Propolis

Propolis


 

Autres noms : cire de propolis, résine de propolis, baume de propolis.

Indications

Efficacité incertaine

Voie externe - Traiter l’herpès génital et la vaginite; traiter la gingivite; accélérer la guérison des plaies de la muqueuse buccale; prévenir la carie dentaire.
Voie interne - Prévenir et traiter les infections des voies respiratoires, traiter les verrues.

Voir la légende des symboles

Usage traditionnel

Voie externe - Contribuer à la guérison des brûlures, des plaies et des affections de la peau ou des muqueuses (particulièrement les infections de la bouche et de la gorge).
Voie interne – Renforcer le système immunitaire.

Pour de détails, voir Recherches sur la propolis.

Posologie de la propolis

Il n’existe présentement aucun consensus sur la normalisation des produits thérapeutiques à base de propolis. On trouve la propolis sous forme de morceaux bruts, de capsules, de comprimés, de gomme à mâcher, d’extrait fluide ou sec, de teinture, de rince-bouche, de dentifrice, de pommade, etc. De , certains sirops, remèdes à base de plantes ou suppléments vitaminiques et minéraux en renferment des quantités variables.

Par voie interne

Infections des voies respiratoires

  • Traditionnellement, les cliniciens (surtout européens) recommandent de prendre 1 g de propolis pure, de 1 à 3 fois par jour. Pour les extraits, suivre les indications du fabricant ou d’un professionnel de la santé.

Par voie externe

  • Rince-bouche (plaque dentaire et gingivite). Les produits du commerce renferment des pourcentages variables de propolis. Se rincer la bouche durant 60 à 90 secondes, de 1 à 2 fois par jour.
  • Pommade (brûlures, plaies cutanées, infections vaginales, herpès génital, etc.). Les pommades du commerce renferment des pourcentages variables de propolis. Appliquer sur les parties atteintes, 4 fois par jour, durant 10 jours.

N.B. Cesser les applications de propolis en cas de réactions allergiques. De même, interrompre le traitement si l’on n’obtient aucun résultat au bout de 2 à 3 semaines. Un traitement à la propolis ne devrait pas être prolongé au-delà de 3 semaines.

 

Description de la propolis

PropolisLa propolis est un enduit dont les abeilles se servent pour recouvrir toutes les surfaces intérieures de la ruche afin d'en assurer l’étanchéité, la solidité et l’asepsie. Elles la fabriquent à partir de diverses résines qu’elles recueillent sur les bourgeons et l’écorce des arbres (surtout sur les peupliers et les conifères), et auxquelles elles ajoutent de la cire et des sécrétions salivaires.

La propolis joue un rôle hygiénique en créant une couche protectrice contre les invasions microbiennes ou fongiques. L’ouverture, nommée le « trou d’envol », qui se trouve à l’entrée de la ruche, est constamment ajustée et remodelée à l’aide de propolis afin d’adapter ses dimensions et son orientation en fonction des conditions climatiques. Ce passage constitue par la même occasion une sorte de chambre de stérilisation à l’entrée de la ruche, d’où le nom propolis qui signifie, en grec ancien, « devant » (pro) la « cité » (polis).

Dure et friable à 15 °C, la propolis devient molle et malléable aux alentours de 30 °C, puis collante ou gluante à des températures élevées. Sa couleur peut varier du jaune clair au brun très foncé, presque noire, en passant par toute une gamme de bruns suivant les types de résines recueillies par les ouvrières. Elle possède une saveur âcre, voire amère, et dégage une odeur douceâtre liée aux résines aromatiques qu’elle renferme.

On attribue généralement les propriétés thérapeutiques (antiseptiques, antibactériennes et antioxydantes) de la propolis à sa teneur en flavonoïdes (pinocembrine, galangine et pinobanksine notamment). Cette teneur peut cependant varier beaucoup d’un produit à l’autre, notamment en fonction du lieu de la récolte.

Historique de la propolis

En Égypte, la propolis servait à l'embaumement. Elle était également connue des Grecs anciens puisque Aristote la présentait, dans son Histoire des animaux, comme un « remède aux affections de la peau, plaies et suppurations ». Elle connut un regain de popularité au XIXe siècle lorsque les médecins de l’armée anglaise l’employèrent pour désinfecter les blessures et faciliter leur cicatrisation durant la Guerre des Boers en Afrique du Sud.

En raison des résines végétales qu’elle renferme, la propolis est depuis longtemps considérée dans l'herboristerie traditionnelle comme un remède utile pour combattre les infections de toutes sortes, tant par voie interne que par voie externe.

Signalons par ailleurs que la propolis entrait dans la composition du vernis utilisé par le célèbre luthier Stradivarius.

Recherches sur la propolis

Bien que l’on ait mené relativement peu d’essais cliniques avec placebo visant à démontrer l’efficacité de la propolis, ses vertus antimicrobiennes, antivirales, anti-inflammatoires et antioxydantes sont bien documentées par des essais in vitro et sur des animaux1-7.

Efficacité incertaine Herpès génital. Quelques données in vitro indiquent que la propolis est efficace contre le virus de l’herpès. On ne dispose cependant que d’un seul essai clinique auprès de 90 sujets, et sa méthodologie laisse à désirer. Au cours de cette étude, une pommade à la propolis (3 % de propolis), a été efficace qu’une pommade à l’acyclovir (médicament classique pour le traitement de l’herpès) et qu’un placebo pour guérir les lésions de l'herpès génital et en atténuer les symptômes8.

Efficacité incertaine Vaginite. Selon 2 essais de faible qualité méthodologique, la propolis serait utile pour traiter la vaginite (94 patientes en tout)9,10.

Efficacité incertaine Gingivite, plaies et infections de la muqueuse buccale. Des essais in vitro indiquent que la propolis est efficace contre divers pathogènes susceptibles d’infecter la cavité buccale (bactéries et champignons). Quelques essais cliniques indiquent que la propolis, en usage topique, favorise le processus de guérison des plaies et des infections de la muqueuse buccale (gingivite, parodontite, abcès, blessures, champignons)11-15 et peut réduire la récidive d’aphtes chez les personnes qui en souffrent de façon récurrente (usage interne)16.

Efficacité incertaine Prévention des caries. Les vertus antiseptiques de la propolis étant bien documentées, on trouve, surtout en Europe, des dentifrices et des rince-bouche qui en renferment à titre d’agent anticarie. Plusieurs essais sur des animaux ont donné des résultats prometteurs, mais les quelques essais sur des humains ont donné des résultats mitigés. Selon l’auteur d’une synthèse sur les propriétés anticarie de la propolis, ces résultats divergents sont probablement attribuables à la composition variable des propolis utilisées au cours des essais17.

Par ailleurs, au cours d’une étude préliminaire sans placebo menée en Arabie Saoudite,on a observé que la propolis pouvait réduire l’hypersensibilité dentaire18. Un essai sur des dents humaines indique que c’est en agissant à titre de scellant, que la propolis pourrait avoir cet effet, c’est-à-dire en comblant les petits canaux (tubules) qui se trouvent sous l’émail19.

Efficacité incertaine Infections des voies respiratoires. Les données issues d’études cliniques manquent de solidité. Selon un essai mené auprès de 50 sujets, la propolis a réduit la durée des symptômes du rhume20 rapidement qu’un placebo. La propolis, sous forme de pulvérisation nasale, a diminué le nombre de rhinopharyngites chez les enfants traités par rapport à un groupe témoin n’ayant reçu aucun traitement (94 sujets)21. Cependant, la qualité méthodologique de ces 2 études est faible.

Un essai de bonne qualité méthodologique a été mené auprès de 328 enfants d’âge préscolaire : par rapport à un placebo, une préparation (Chizukit®) à base d’échinacée, de propolis et de vitamine C a réduit le nombre et la gravité des infections des voies respiratoires22. L’échinacée et la vitamine C pouvant avoir aussi des effets sur les symptômes de ces infections, il est difficile de déterminer quel a été le rôle propre à la propolis dans ces résultats.

Efficacité incertaine Verrues. Un essai a été mené en Égypte sur 135 personnes ayant des verrues. Elles ont pris durant 3 mois de la propolis (500 mg par jour), de l’échinacée (Echinacea purpurea, 600 mg par jour) ou un placebo (voie orale). Dans le cas des verrues vulgaires et planes, la propolis a été nettement efficace que le placebo et l’échinacée pour guérir les participants. Dans le cas des verrues plantaires (sous le pied), aucun des 3 traitements n’a été efficace.

Divers

Otite. Au cours d’un essai de faible qualité méthodologique, un traitement à base de propolis et de zinc a été efficace qu’un placebo pour réduire les otites récurrentes chez des enfants24.

Asthme. Par rapport à un placebo, la propolis a atténué sensiblement le nombre et la gravité des crises nocturnes d’asthme, a amélioré les fonctions respiratoires et diminué les mécanismes de l’inflammation (46 sujets)25.

Cancer. Selon l’auteur d’une synthèse, la propolis pourrait être un traitement adjuvant intéressant du cancer, notamment vu ses propriétés antitumeur documentées par des essais in vitro et sur des animaux26. Les recherches se poursuivent, mais aucun essai clinique n’est venu confirmer cette hypothèse.

Usage traditionnel Usages traditionnels. Quelques essais cliniques ont confirmé ieurs des usages traditionnels de la propolis, par exemple pour le traitement de brûlures (aussi efficace qu’une crème médicamentée)27, de lésions oculaires post-herpétiques28 et de la giardase (aussi efficace qu’un médicament)29. La giardase est une infection intestinale attribuable au parasite Giarda intestinalis.

Des données in vitro indiquent que la propolis possède une action antifongique comparable à celle de l’itraconazole, un antifongique de synthèse classique30, et qu’elle peut augmenter l’action bactéricide de la clarithromycine pour lutter contre Helicobacter pylori, la bactérie qui cause les ulcères gastriques31. Il semble qu’elle puisse également améliorer l’efficacité de certains antibiotiques couramment employés contre la salmonelle32.

Précautions

Attention

  • Le risque de développer une allergie à la propolis augmente avec la durée du traitement. Ne pas utiliser pendant de 2 ou 3 semaines consécutives.
  • Il existe un risque d’allergie croisée en cas d’allergie au baume du tigre (Tiger Balm®) ou au peuplier baumier33.

Contre-indications

  • Personnes allergiques aux produits de l’abeille.

Effets indésirables

  • Réactions allergiques. Plusieurs cas ont été rapportés, quelques-uns graves, notamment en Italie et au Canada34-39.
  • Quelques cas de troubles gastro-intestinaux mineurs et temporaires ont été rapportés.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

  • Aucune connue.

Avec des médicaments

  • Comme nous le mentionnons dans la section Recherches, la propolis pourrait améliorer l’efficacité de certains médicaments antifongiques ou antibiotiques.

 

Réviseure :
Cécile Bertin,Ph.D (mai 2011)

Recherche et rédaction : PasseportSanté.net

Mise à jour : mai 2011

 

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l'information désirée.

Bibliographie

Donadieu Y. La propolis. Produits de la ruche / Docteur-nature.com, France, 2004. [Consulté le 27 avril 2011]. www.01sante.com
National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 27 avril 2011]. www.ncbi.nlm.nih.gov
Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements - Propolis, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 27 avril 2011]. www.naturalstandard.com
The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements - Propolis, ConsumerLab.com. [Consulté le 27 avril 2011]. www.consumerlab.com

Notes

1. Bankova V. . Evid Based Complement Alternat Med. 2005 Mar;2(1):29-32. Texte intégral : www.pubmedcentral.nih.gov
2. Hegazi AG, Abd El Hady FK. . Z Naturforsch [C]. 2002 Mar-Apr;57(3-4):395-402.
3. Kumazawa S, Goto H, et al. . Biosci Biotechnol Biochem. 2004 Jan;68(1):260-2.
4. Ahn MR, Kumazawa S, et al. . J Agric Food Chem. 2004 Dec 1;52(24):7286-92.
5. Melliou E, Chinou I. . Planta Med. 2004 Jun;70(6):515-9.
6. Borrelli F, Maffia P, et al. Fitoterapia. 2002 Nov;73 Suppl 1:S53-63.
7. . Viuda-Martos M, Ruiz-Navajas Y, et al. J Food Sci. 2008 Nov;73(9):R117-24. Review.
8. Vynograd N, Vynograd I, Sosnowski Z. Phytomedicine. 2000 Mar;7(1):1-6.
9. Santana Perez E, Lugones Botell M, et al. [Article en espagnol, résumé en anglais]. Rev Cubana Enferm. 1995 Jan-Jun;11(1):51-6.
10. Imhof M, Lipovac M, et al. . Int J Gynaecol Obstet. 2005 May;89(2):127-32.
11. Magro-Filho O, de Carvalho AC. J Nihon Univ Sch Dent. 1994 Jun;36(2):102-11.
12. Bruschi ML, Lara EH, et al. . Drug Dev Ind Pharm. 2006 Feb;32(2):229-38.
13. Tsarev NI, Petrik EV, Aleksandrova VI. []. Vestn Khir Im I I Grek. 1985 May;134(5):119-22. Russian.
14. . Gebaraa EC, Pustiglioni AN, et al. Oral Health Prev Dent. 2003;1(1):29-35.
15. . Santos VR, Pimenta FJ, et al. Phytother Res 2005;19(7):652-654.
16. . Samet N, Laurent C, et al. Clin Oral Investig. 2007 Jun;11(2):143-7.
17. Libério SA, Pereira AL, et al. J Ethnopharmacol. 2009 Aug 17;125(1):1-9. Review.
18. Mahmoud AS, Almas K, Dahlan AA. Indian J Dent Res. 1999 Oct-Dec;10(4):130-7.
19. Almas K, Mahmoud A, Dahlan A. Indian J Dent Res. 2001 Jan-Mar;12(1):21-7.
20. Szmeja Z, Kulczynski B, et al. [Article en polonais, résumé en anglais]. Otolaryngol Pol. 1989;43(3):180-4.
21. Crisan I, Zaharia CN, et al. Rom J Virol. 1995 Jul-Dec;46(3-4):115-33.
22. Cohen HA, Varsano I, et al. Arch Pediatr Adolesc Med. 2004 Mar;158(3):217-21.
23. . Zedan H, Hofny ER, Ismail SA. Int J Dermatol. 2009 Nov;48(11):1246-9.
24. . Marchisio P, Esposito S, et al. Int J Immunopathol Pharmacol. 2010 Apr-Jun;23(2):567-75.
25. Khayyal MT, el-Ghazaly MA, et al. Fundam Clin Pharmacol. 2003 Feb;17(1):93-102.
26. . Sforcin JM. J Ethnopharmacol. 2007 Aug 15;113(1):1-14. Review.
27. Gregory SR, Piccolo N, et al. J Altern Complement Med. 2002 Feb;8(1):77-83.
28. Maichuk IF, Orlovskaia LE, Andreev VP. []. Voen.Med Zh. 1995;12:36-9, 80.
29. Miyares C, Hollands I, et al. [Article en espagnol, résumé en anglais]. Acta Gastroenterol Latinoam. 1988;18(3):195-201.
30. Silici S, Koc AN. . Lett Appl Microbiol. 2006 Sep;43(3):318-24.
31. Nostro A, Cellini L, et al. . Phytother Res. 2006 Mar;20(3):187-90.
32. Orsi RO, Sforcin JM, et al. Synergistic effect of propolis and antibiotics on the Salmonella Typhi. Braz Jour Microbiol. 2006; 37(2). Texte intégral : www.scielo.br
33. . Hausen BM, Evers P, et al. Contact Dermatitis. 1992 Jan;26(1):34-44.
34. . Komericki P, Kränke B. Contact Dermatitis. 2009 Dec;61(6):353-5. Review.
35. . Menniti-Ippolito F, Mazzanti G, et al. Drug Saf. 2008;31(5):419-23.
36. . [No authors listed] Prescrire Int. 2010 Aug;19(108):170.
37. Santé Canada. Bulletin canadien des effets indésirables, Volume 15 • numéro 2 • Avril 2005. Produits dérivés des abeilles : effets indésirables graves. www.hc-sc.gc.ca
38. . Münstedt K, Kalder M. Allergol Immunopathol (Madr). 2009 Nov-Dec;37(6):298-301. Texte intégral www.elsevier.es
39. . Rajpara S, Wilkinson MS, et al. Contact Dermatitis. 2009 Nov;61(5):287-90.


suivez-nous sur

consultez d’abord un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé. En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

La reproduction totale ou partielle des textes, images, extraits vidéo et audio de Ninjagames.info, sur quelque support que ce soit, de même que l’utilisation du nom de Ninjagames.info ou toute allusion à Ninjagames.info à des fins publicitaires sont formellement interdites sous peine de poursuites.


Reproduction et droit d'auteur © 1998-2018 Oxygem - Conditions d'utilisation - Charte de confidentialité