Tea-tree (Melaleuca)

Tea-tree (Melaleuca)


 

Indications

Efficacité possible

Traitement topique du pied d'athlète.

Voir la légende des symboles

Efficacité incertaine

Traitement topique de l'acné, de l'onychomycose, des pellicules, des poux, de la mauvaise haleine et de la gingivite

Usage reconnu

Traitement topique de diverses affections cutanées et des muqueuses (acné, pied d’athlète, vaginite, etc.).

Usage traditionnel

Traitement topique des blessures cutanées, des infections buccales et des infections à champignons.
Par voie interne : infections virales des voies respiratoires, infections urinaires.

Posologie du melaleuca

Melaleuca

Usage externe

L'huile essentielle de melaleuca, également appelée mélaleuque, théier ou arbre à thé, est vendue pure (100 % d'huile essentielle) ou diluée en quantités variables dans divers produits : lotions, crèmes, onguents, shampoings, tampons ou suppositoires vaginaux. Poursuivre les applications jusqu'à la disparition du problème à traiter.
Note. L’huile essentielle de melaleuca peut être irritante : faites un test sur une petite portion de peau avant de commencer le traitement et diluez-la dans un peu d’huile végétale si nécessaire.

Infections cutanées

  • Appliquer l'huile essentielle pure sur les parties atteintes, ieurs fois par jour.

Acné

  • Appliquer sur les parties atteintes d’acné une lotion ou une crème renfermant de 5 % à 15 % d'huile essentielle, de 2 à 3 fois par jour.

Infections fongiques (à champignons) : pied d'athlète, muguet (candidose buccale), onychomycose, etc.

  • Appliquer l'huile essentielle pure ou une préparation en renfermant au moins 70 % sur les parties atteintes, de 2 à 3 fois par jour. Attention, en traitant le muguet, de ne pas avaler l'huile essentielle.

Infections vaginales

  • On les traite par une douche vaginale, des suppositoires ou des pessaires renfermant de 1 % à 40 % d'huile essentielle. Appliquer de 1 à 3 fois par jour.

Usage interne

L'usage interne de l'huile essentielle de melaleuca doit se faire sous la supervision d'un aromathérapeute dûment formé.

Recherches sur le melaleuca

 

Les vertus antiseptiques, antibactériennes, antimicrobiennes, antivirales et antifongiques de l'huile essentielle de melaleuca ne font aucun doute dans l'esprit des experts des plantes médicinales. Malgré le petit nombre d’essais cliniques publiés, de nombreux essais in vitro et in vivo en rendent compte1.

 

 

Par exemple, de multiples essais in vitro indiquent que l’huile essentielle de melaleuca possède une activité antifongique à large spectre. Bien qu’on dispose d’études cliniques indiquant qu’elle peut être utile pour traiter ce genre d’infections chez l’humain, nombre de ces essais présentent des faiblesses méthodologiques.

 

Efficacité possible

Efficacité possible Pied d'athlète. On dispose de 2 essais de qualité raisonnable dans le cas de cette infection causée par le champignon Tinea pedis. Une crème renfermant 10 % d'huile essentielle de melaleuca a été testée au cours d’un essai sur 104 sujets atteints du pied d’athlète : elle a été efficace qu'un placebo et aussi efficace qu'une crème renfermant 1 % de tolnaftate pour soulager les symptômes2. Cependant, le tolnaftate s’est révélé beaucoup efficace que le melaleuca pour éliminer le champignon.

Un autre essai à double insu avec placebo a été mené sur 158 sujets : des solutions à 25 % et à 50 % d’huile essentielle de melaleuca ont éliminé l’infection de façon nettement efficace qu’un placebo3. Le traitement actif et le placebo ont été appliqués 2 fois par jour, durant 4 semaines. Cependant, ces mêmes solutions ne semblent pas être aussi efficaces que des traitements standard tels que le clotrimazole ou la terbinafine (Martin)41.

Efficacité possible Acné. Au cours d'un essai à simple insu mené auprès de 124 sujets souffrant d'acné, un gel renfermant 5 % d'huile essentielle a été aussi efficace qu’un anti-acnéique classique contenant 5 % de peroxyde de benzoyle. Les effets du melaleuca ont été longs à se manifester, mais l'huile essentielle a entraîné moins d'effets indésirables que le traitement au peroxyde (rougeurs, desquamation, démangeaisons, etc.)4. Dans un essai récent sur 60 sujets, l’application d’huile essentielle de melaleuca (25 % dans une base d’huile d’amande douce ; deux fois par jour pendant 45 jours) a été nettement efficace qu’un gel placebo pour réduire le nombre de lésions d’acné et leur gravité5. Toutefois, les données cliniques restent insuffisantes pour conclure à l’efficacité de l’huile essentielle de melaleuca pour traiter cette affection de la peau, à cause de leur faible qualité méthodologique.

Efficacité possible Onychomycose (infection des ongles par un champignon). 100% d'huile essentielle de melaleuca en application topique durant 6 mois a été aussi efficace que le clotrimazole (117 sujets)6. Les symptômes diminuent chez environ 60% des patients après 6 mois de traitement6. Une crème renfermant de la buténafine et de l'huile essentielle de melaleuca a été efficace qu'un placebo pour traiter l'onychomycose7 au cours d’un essai sur 60 sujets traités durant 4 mois.

Efficacité incertaine

Efficacité incertaine Pellicules. Au cours d'un essai clinique mené auprès de 126 sujets, une préparation renfermant 5 % d'huile essentielle s'est révélée efficace qu'un placebo pour combattre les pellicules15.

Efficacité incertaine Poux de tête et mites. Deux petites études indiquent que l’huile essentielle de melaleuca seule16 ou en combinaison avec de la lavande17 semble aussi active ou active que les traitements classiques pour prévenir ou traiter les poux chez l’humain. Des données in vitro confirment son action insecticide contre Pediculus humanus capitis, le nom scientifique du fameux pou de tête18-21.

L’huile essentielle de melaleuca serait également efficace contre un petit acarien (mite) qui se loge dans les follicules des cils oculaires (Demodex folliculorum)22-23.

Efficacité incertaine Mauvaise haleine. On a comparé, au cours d'une étude menée auprès de 30 sujets, les effets de la chlorhexidine, de l'ail et de l'huile essentielle de melaleuca. Les résultats ont montré qu'une solution renfermant 0,2 % d'huile essentielle de pouvait jouer le rôle d'un antiseptique buccal à large spectre11. Un autre essai a été mené en Corée du Sud auprès de 32 sujets traités aux soins intensifs. Un rince-bouche à base d’huiles essentielles de melaleuca, de menthe poivrée et de citron a été efficace qu’une solution orale classique (chlorhydrate de benzydamine) pour réduire la mauvaise haleine des participants12.

Efficacité incertaine Gingivite. Deux essais cliniques indiquent que l’utilisation topique d’un gel contenant de l’huile essentielle de melaleuca (de 1,5% à 2,5%) peut réduire la plaque dentaire et les symptômes de la gingivite39,40. Cependant, cet effet réducteur sur la plaque dentaire n’a pas été rapporté dans une autre étude (Arweiler)42.

Efficacité incertaineDermatite de .Deux études préliminaires suggèrent que l’huile essentielle de melaleuca (20% à 50%) réduit la dermatite (ou exéma) allergique de au nickel, comparée à un placebo (Pearce, Walengren)43,44.

Usage reconnu Affections cutanées et des muqueuses. L’Organisation mondiale de la Santé reconnaît l’usage topique de l’huile essentielle de melaleuca pour soulager les symptômes de diverses affections communes de la peau et des muqueuses : acné, pied d’athlète, bromidrose (sueur nauséabonde généralisée ou localisée), furoncles et onychomycose, de même que la vaginite, la cystite et cervicite (inflammation d’origine infectieuse du col de l’utérus).

Divers

Infections vaginales. De multiples essais in vitro ont établi l'action germicide de l'huile essentielle sur ieurs pathogènes classiques du milieu vaginal, notamment Trichomonas vaginalis et Candida albicans, mais les essais cliniques fiables manquent à l’appel. Une série d'études de cas portant sur 130 femmes a été publiée en 1962. Selon l’auteur, un traitement au melaleuca a été aussi efficace que des suppositoires vaginaux renfermant un germicide de synthèse13. Le traitement consistait en des douches vaginales avec une solution à 1 % d'huile essentielle et des tampons vaginaux imbibés d'une solution à 20 %, gardés en place pendant 24 heures. Une étude de cas publiée en 1991 rapportait qu’une patiente, ayant refusé le traitement classique au métronidazole, avait soigné avec succès sa vaginite bactérienne à l'aide de tampons imbibés d'huile essentielle de melaleuca14.

Muguet (candidose buccale). Les résultats d'un essai mené auprès de 27 patients atteints de sida et sujets au muguet indiquent qu'une solution d'huile essentielle, avec ou sans alcool, peut enrayer ou atténuer cette infection fongique buccale8. Au cours d’un essai in vitro, des chercheurs britanniques ont exposé à de l’huile essentielle de melaleuca des levures prélevées chez des patients cancéreux souffrant d’une candidose buccale. Les 301 échantillons testés ont tous été sensibles à ce traitement, y compris les 41 qui contenaient des levures résistantes aux traitements classiques à base de fluconazole et d’itraconazole9.

Infection au staphylocoque doré. Des essais in vitro ont démontré que l’huile de melaleuca a été efficace que des antibiotiques topiques classiques pour combattre les infections au staphylocoque doré, y compris les souches résistantes à la méticilline24. Un essai clinique a été effectué auprès de 20 patients hospitalisés infectés par une souche de staphylocoque doré résistante à la méticilline : un onguent nasal renfermant 4 % d'huile essentielle de melaleuca et un savon corporel en contenant 5 % ont été légèrement efficaces qu'un traitement médical classique (mupirocine et triclosan)25.

Herpès labial. Au cours d'un essai à simple insu mené auprès de 18 sujets souffrant d'herpès labial, le traitement à l'huile essentielle de melaleuca s'est révélé légèrement supérieur au placebo, mais la différence n'était pas statistiquement significative10.

Cystite (infection urinaire). Les résultats d’un essai préliminaire (non publié dans Medline) indiquent qu’un traitement par voie orale durant 6 mois (8 mg d’huile essentielle de melaleuca dans une capsule qui se dissout dans l’intestin) serait efficace contre la cystite chronique causée par des coliformes27.

Précautions

Attention

  • L'usage interne de l'huile essentielle de melaleuca doit se faire sous la supervision d'un aromathérapeute dûment formé.
  • L'application topique d’huile essentielle de melaleuca peut déclencher des réactions cutanées chez les personnes allergiques. On conseille de faire d'abord un essai sur une petite surface de la peau avant d'appliquer l'huile essentielle sur la zone à traiter. On a rapporté ieurs cas de réactions allergiques (dermatose) clairement attribuées à l’huile de melaleuca32,33. Celle-ci contient notamment de l’eucalyptol.

Contre-indications

  • Les personnes allergiques au melaleuca ou à d'autres membres de la famille des myrtacées (eucalyptus, myrte).

Effets indésirables

  • Voir Attention haut.
  • En 2007, des chercheurs américains ont rapporté un cas de développement excessif des glandes mammaires (gynécomastie) chez un garçon ayant régulièrement utilisé du shampoing et du gel pour les cheveux contenant de l’huile essentielle de melaleuca et de lavande38. Le lien de cause à effet n’a cependant pas été établi hors de tout doute.
  • L’ingestion de l’huile, même en petite quantité, peut causer des atteintes neurologiques graves chez les jeunes enfants (ataxie, troubles moteurs, stupeur)34-37. Garder hors de la portée des enfants.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

  • Aucune connue.

Avec des médicaments

  • Aucune connue.

Sur les tablettes

Une norme internationale a été fixée en 1996 pour 14 des composés de l'huile de melaleuca, dont le terpinen-4-ol ( de 30 %) et le cinéol (moins de 15 %), ce dernier étant un composé irritant pour la peau.

L’huile essentielle de melaleuca est largement utilisée dans les produits d’hygiène corporelle comme les savons, les shampoings, ainsi que dans les produits cosmétiques.

 

   

Réviseur : Stéphane Bastianetto, Ph.D., fondateur de  (novembre 2015)

Sandra C. Miller, Ph.D., professeure titulaire, Département d’anatomie et biologie cellulaire, Faculté de Médecine, Université McGill (janvier 2011)

Recherche et rédaction : PasseportSanté.net

Mise à jour : novembre 2015

 

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l'information désirée.

Bibliographie

Baudoux Dominique. L'aromathérapie - Se soigner par les huiles essentielles, Atlantica, 2001.
Ernst Edzard (Ed). The Desktop Guide to Complementary and Alternative Medicine, Mosby, Grande-Bretagne, 2001.
National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 12 janvier 2011]. www.ncbi.nlm.nih.gov
Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements - Tea Tree Oil, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 25 nov 2010]. www.naturalstandard.com
Organisation mondiale de la Santé. WHO monographs on selected medicinal plants, vol. 2, Suisse, 2002.
Pizzorno JE Jr, Murray Michael T (Ed). Textbook of Natural Medicine, Churchill Livingstone, États-Unis, 3e édition, 2006.
The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements - Tea Tree Oil, ConsumerLab.com. [Consulté le Consulté le 25 nov 2010]. www.consumerlab.com

Notes

1. Carson CF, Hammer KA, Riley TV. . Clin Microbiol Rev. 2006 Jan;19(1):50-62. Texte intégral : cmr.asm.org
2. Tong MM, Altman PM, Barnetson RS. Australas J Dermatol. 1992;33(3):145-9.
3. Satchell AC, Saurajen A, et al. Australas J Dermatol. 2002 Aug;43(3):175-8.
4. Bassett IB, Pannowitz DL, Barnetson RS. Med J Aust. 1990 Oct 15;153(8):455-8.
5. . Enshaieh S, Jooya A, et al. Indian J Dermatol Venereol Leprol. 2007 Jan-Feb;73(1):22-5. Texte intégral  www.ijdvl.com
6. Buck DS, Nidorf DM, Addino JG. J Fam Pract. 1994 Jun;38(6):601-5.
7. Syed TA, Qureshi ZA, et al. Trop Med Int Health. 1999 Apr;4(4):284-7.
8. Vazquez JA, Zawawi AA. HIV Clin Trials. 2002 Sep-Oct;3(5):379-85.
9. . Bagg J, Jackson MS, et al. Oral Oncol. 2006 May;42(5):487-92.
10. Carson CF, Ashton L, et al. J Antimicrob Chemother. 2001 Sep;48(3):450-1. Texte intégral : http://jac.oupjournals.org
11. Groppo FC, Ramacciato JC, et al. Int Dent J. 2002 Dec;52(6):433-7.
12. . Hur MH, Park J, et al. Phytother Res. 2007 Jul;21(7):641-3.
13. Peña EF. Melaleuca alternifolia oil. Its use for trichomonal vaginitis and other vaginal infections. Obstet Gynecol 1962;19(6):793-795. Cité et décrit dans Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements - Tea Tree Oil, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 25 novembre 2010]. www.naturalstandard.com
14. Blackwell AL. Tea tree oil and anaerobic (bacterial) vaginosis. Lancet 1991;337(8736):300. Cité et décrit dans Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements - Tea Tree Oil, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 25 novembre 2010]. www.naturalstandard.com
15. Satchell AC, Saurajen A, et al. J Am Acad Dermatol. 2002 Dec;47(6):852-5. Étude analysée dans la publication suivante : Prensner R. J Fam Pract. 2003 Apr;52(4):285-6. No abstract available. Texte intégral : www.jfponline.com
16. . Canyon DV, Speare R. Int J Dermatol. 2007 Apr;46(4):422-6.
17. . Barker SC, Altman PM. BMC Dermatol. 2010 Aug 20;10:6. Texte intégral : www.biomedcentral.com
18. . Heukelbach J, Canyon DV, et al. Med Vet Entomol. 2008 Sep;22(3):264-72.
19. . Williamson EM, Priestley CM, Burgess IF. Fitoterapia. 2007 Dec;78(7-8):521-5.
20 . Veal L. . Complement Ther Nurs Midwifery. 1996 Aug;2(4):97-101.
21. Mills C, Cleary BJ, et al. . J Pharm Pharmacol. 2004 Mar;56(3):375-9.
22. Gao YY, Di Pascuale MA, et al. . Br J Ophthalmol. 2005 Nov;89(11):1468-73.
23. . Gao YY, Di Pascuale MA et al. Cornea. 2007 Feb;26(2):136-43.
24. Ferrini AM, Mannoni V, et al. . Int J Immunopathol Pharmacol. 2006 Jul-Sep;19(3):539-44.
25. Caelli M, Porteous J, et al. J Hosp Infect. 2000 Nov;46(3):236-7.
27. Belaiche P. Lettre à l’éditeur. Phytotherapy Research, 1988, 2:157. Décrit dans : Organisation mondiale de la santé. WHO monographs on selected medicinal plants, vol. 2, Suisse, 2002.
32. . Rutherford T, Nixon R, et al. Australas J Dermatol. 2007 May;48(2):83-7. Review.
33. . Zug KA, Warshaw EM, et al. Dermatitis. 2009 May-Jun;20(3):149-60. Erratum in: Dermatitis. 2009 Oct;20(5):300. Marks, James [added].
34. Hammer KA, Carson CF, et al. Food Chem Toxicol. 2006 May;44(5):616-25.
35. Jacobs MR, Hornfeldt CS. . J Toxicol Clin Toxicol. 1994;32(4):461-4.
36. Del Beccaro MA. . Vet Hum Toxicol. 1995 Dec;37(6):557-8.
37. Morris MC, Donoghue A, et al. . Pediatr Emerg Care. 2003 Jun;19(3):169-71.
38. . Henley DV, Lipson N, et al. N Engl J Med. 2007 Feb 1;356(5):479-85. Texte integral : www.nejm.org
39. Soukoulis, S. and Hirsch, R. . Aust.Dent.J. 2004;49(2):78-83.
40. Saxer UP et al. []. Schweiz.Monatsschr.Zahnmed. 2003;113(9):985-996.

41. Martin KW, Ernst E. Herbalmedicines for treatment of fungal infections: asystematicreview of controlledclinical trials. Mycoses 2004;47:87-92. .

42. Arweiler NB et al. Clinical and antibacterialeffect of teatreeoil--a pilot study. Clin Oral Investig 2000;4(2):70-73. .

43.Pearce AL et al. Reduction of nickel-induced hypersensitivityreactions by topicalteatreeoil in humans. InflammRes 2005;54:22-30. .

44. Wallengren J. Teatreeoilattenuatesexperimental dermatitis. ArchDermatolRes 2011;303(5):333-338. .