Régime spécial grippe et rhume

Régime spécial grippe et rhume


 

Introduction

La grippe et le rhume sont deux maladies infectieuses d'origine virale qui affectent les voies respiratoires. Plus ou moins virulente, la grippe se traduit par un encombrement des voies respiratoires, une fièvre parfois très importante et un état de malaise très intense. Le rhume, quant à lui, provoque toux, enrouement et parfois de la fièvre. Les défenses immunitaires sont alors affaiblies et l'alimentation difficile, il est très important de maintenir une alimentation concentrée en nutriments et vitamines contre le rhume et la grippe.

Les points essentiels du régime spécial grippe et rhume :

  • Miser sur les bonnes graisses
  • Consommer beaucoup de fruits et légumes
  • Avoir un bon apport en vitamines C et D
  • Eviter les viandes grasses et charcuteries
  • Limiter la consommation de sucre et produits sucrés

Bienfaits du régime riche en vitamines contre le rhume

Un régime riche en nutriments et vitamines contre le rhume et la grippe a de nombreux bienfaits, il permet de :

  • Réduire la durée et la gravité des symptômes
  • Récupérer rapidement à la suite de l'épisode grippal
  • Apporter à l'organisme les nutriments dont il a besoin pour se défendre contre le virus
  • Prévenir les infections ultérieures en renforçant les défenses immunitaires
  • Décongestionner les voies respiratoires et se sentir mieux
  • Eviter les aliments qui peuvent porter préjudice au système immunitaire

Quoi manger pendant une grippe ? Nos recommandations alimentaires

On se demande bien souvent quoi manger pendant une grippe ou un rhume. Pour cause, les symptômes désagréables et le manque d'appétit ont souvent tendance à prendre le dessus. Pourtant, nous verrons au travers de cette fiche que l'alimentation a une place de choix en pleine période de grippe ou de rhume.

Alimentation conseillée pendant la grippe

On recommande d'adopter une alimentation très riche en nutriments et vitamines contre le rhume. Toute l'année en prévention, mais aussi pendant l'épisode grippal pour diminuer la durée des symptômes. Les vitamines C et D, les fruits et légumes, les probiotiques et les bonnes graisses sont essentiels pour aider l'organisme à se défendre et à récupérer vite. Toutes ces recommandations doivent être accompagnées d'une bonne hydratation et d'un traitement médicamenteux adapté pour renforcer leur efficacité.

Les vitamines C et D contre le rhume

La vitamine C incite le système immunitaire à fabriquer davantage de lymphocytes T qui attaquent et détruisent un grand nombre d'agents pathogènes. Toutefois, les consommer en supplément ne prévient pas la grippe ni le rhume de manière générale, mais peut aider à prévenir le rhume chez les athlètes et les personnes soumises à des conditions extrêmes. Elle peut aussi aider à réduire très légèrement la durée du rhume, d'un jour par an pour les adultes et de 4 jours par an pour les enfants. La vitamine C en supplément ne fait donc pas de miracle face à une grippe ou à un rhume.

On recommande d'opter plutôt pour des sources alimentaires de vitamine C :

  • Orange
  • Fraises
  • Kiwi
  • Melon
  • Poivrons rouges
  • Brocoli
  • Chou
  • Etc.

Le lien entre vitamine D et grippe vient de l’observation que les grippes surviennent en majorité l’hiver, au moment où la production de vitamine D est presque nulle, faute d'ensoleillement. Certains chercheurs, comme Reinhold Vieth, professeur à l’Université de Toronto, s’avancent même à dire que l’on ne devrait pas attendre les résultats de l’étude avant de commencer à prendre de la vitamine D tant le lien est évident. Il pense que toutes les personnes vivant dans des régions peu ensoleillées devraient faire doser leur vitamine D sanguine et prendre des suppléments en conséquence.

Pour synthétiser suffisamment de vitamine D sans suppléments, assurez-vous de prendre au moins 2 verre de lait ou de boisson de soja par jour, 6 oeufs par semaine en de 2 repas de poissons gras par semaine.

Fruits et légumes

Il est intéressant de mettre les fruits et légumes au menu en grande quantité, ne serait-ce que pour leur teneur incroyable en antioxydants qui s'opposent aux radicaux libres pour renforcer le système immunitaire. Parmi les légumes, les champignons, notamment les shiitakes et les pleurotes, ainsi que l’ail, l’oignon et les échalotes devraient faire davantage partie du menu puisqu'ils stimulent les défenses immunitaires et aident à lutter contre les infections.

Probiotiques

Les probiotiques sont des suppléments alimentaires qui, grâce à leurs micro-organismes utiles, ont des effets bénéfiques sur la flore intestinale et le système immunitaire. Une étude clinique a démontré qu’un supplément de probiotiques ne prévenait pas le rhume ni la grippe, mais pouvait réduire de 2 jours leur durée. Dans une autre étude, la prise quotidienne de probiotiques durant 6 mois a permis de réduire significativement la fièvre, l'écoulement nasal, l'incidence et la durée de la toux, les prescriptions d'antibiotiques et le nombre de jour d'école manqué à cause de la maladie chez des enfants de 3 à 5 ans.

Bonnes graisses

En cas de rhume ou de grippe, il faut aussi s’assurer d'avoir une consommation suffisante, mais modérée, de « bons gras » que sont les acides gras oméga-3, oméga-6 et oméga-9, parce qu'ils sont associés à un meilleur fonctionnement immunitaire.

En ce sens, pour lutter contre le rhume et la grippe on recommande de consommer les aliments suivants :

  • Poissons gras : maquereau, saumon, sardine, thon, etc.
  • Huiles d'olive et de colza
  • Huile de lin
  • Avocat
  • Noix
  • Graines de lin, de chia ou de chanvre

ll ne faut pas non oublier d’atteindre ses besoins en zinc. On en retrouve dans les huîtres, les fruits de mer, le foie de veau, le poulet, le germe de blé, les graines de citrouille et de sésame, les légumineuses, etc.

Hydratation et thé

Les liquides aident à dissoudre l'excès de mucus qui gêne la respiration. Ils préviennent aussi la déshydratation que provoque la fièvre.Toutefois, en de boire beaucoup, il est important de manger équilibré afin d’avoir de l’énergie pour continuer à faire ses activités pour les 10 jours que dure le rhume ou la grippe. Éviter toutefois la suralimentation qui peut se traduire par un excès d'apport en lipides ou en sucres ajoutés et qui peut baisser la résistance aux bactéries.

Selon une étude récente, le thé pourrait être un allié contre le rhume et la grippe. En effet, un ingrédient du thé vert, la théanine, pourrait renforcer le système immunitaire. Dans cette étude, les personnes traitées avec des extraits de thé ont contracté moins de rhumes et de grippes que celles ayant pris un placebo et leurs symptômes ont été moins longs et intenses lorsqu’elles ont été malades. Cette étude devra être reproduite sur un grand nombre de sujets avant de confirmer que le thé peut aider dans la prévention du rhume et de la grippe. En attendant, rien n'empêche de boire du thé, car il est déjà reconnu comme étant une bonne source d'antioxydant.

Bouillons de poulet

Le bouillon de poulet fait maison est un aliment réconfort avant tout. Il a une excellente réputation comme « remède » contre le rhume. Et il se pourrait bien que cela soit justifié. Certains de ses constituants (non identifiés pour l'instant) pourraient procurer un soulagement des symptômes du rhume en agissant sur des cellules du système immunitaire, selon des études in vitro. Cependant, ces études sont trop préliminaires pour en faire une recommandation officielle. Il se peut aussi que les légumes et les fines herbes ajoutés au bouillon de poulet contribuent à son effet bénéfique. La chaleur qui se dégage du bouillon de poulet et qui remplit les voies respiratoires lorsqu'on le consomme favorise la dissolution du mucus. Une recherche a d’ailleurs démontré que cet effet est perceptible avec du bouillon qu'avec de l'eau chaude. Le bouillon fait à partir de poudre, dont la composition est plutôt un concentré de sel, de sucre et d'additifs chimiques, n’apporterait pas ces bienfaits.

Autres aliments conseillés :

  • Antioxydants
  • Fibres alimentaires
  • Zinc, Sélénium, Magnésium
  • Cuisine maison
  • Cuissons douces

Grippe et rhume : aliments à éviter

En cas de grippe ou de rhume, certains aliments sont à éviter. C'est le cas du lait, du sucre et des graisses saturées contenues dans les viandes. Pour cause, ces aliments auraient un effet négatif sur le système immunitaire et sa capacité à se défendre contre les agressions. Il est aussi recommandé de limiter la consommation d'alcool, de graisses trans, de plats industriels et de produits raffinés tout au long de l'année pour prévenir la survenue des maladies de manière générale.

Lait

On entend souvent que la consommation de lait augmenterait la formation de mucus dans la gorge, surtout en cas de grippe ou de rhume. Deux études démontrent cependant que ce n'est pas le cas. On suggère toutefois de choisir un lait écrémé parce que les gras saturés du lait ne favorisent pas une bonne immunité.

Le réputé Dr Andrew Weil suggère, quant à lui, d'éliminer le lait de vache et ses dérivés puisque la caséine, une protéine du lait, peut altérer le système immunitaire. Il recommande plutôt le lait de chèvre. La controverse se poursuit, mais il n’y a à ce jour aucun lien scientifiquement établit entre lait de vache et formation accrue de mucus.

Sucre

La consommation élevée de sucres concentrés diminuerait l’immunité. Cette croyance provient de 2 études publiées dans les années 1970. Elles ont démontré que l'administration de quantités croissantes de glucose réduisait, de façon progressive, la capacité des globules blancs à envelopper les bactéries pour les détruire et défendre l'organisme. Aujourd'hui, on sait que si l'apport en sucre est très élevé et qu'il remplace la consommation d'aliments nutritifs, il peut interférer avec l'atteinte des besoins nutritionnels journaliers et compromettre l'immunité. Étant donné cette éventualité, il est conseillé de modérer sa consommation de sucres concentrés, surtout en période d’infection, à moins de 10 % des calories totales.

Viandes grasses et charcuterie

La suralimentation qui peut se traduire par un excès d'apport en lipides, provenant de viandes grasses notamment, peut baisser la résistance bactérienne.

Les aliments sources de gras à éviter pendant la grippe sont

  • Fritures et panures
  • Pâtes feuilletées
  • Pâtisseries, viennoiseries, biscuits
  • Viandes grasses et charcuteries
  • Fromage
  • Beurre
  • Crème
  • Lait et produits laitiers entiers

Par contre, les protéines que l’on retrouve en grandes quantités dans le groupe des viandes et substituts (viandes, volailles, oeufs, poissons, fruits de mer, noix et légumineuses) permettent de produire des anticorps, des molécules-clés du système immunitaire. Elles doivent faire partie du menu en quantité adéquate soit de 2 à 3 portions de viandes et substituts par jour. Il faut cependant s’assurer de choisir des coupes maigres de viandes.

Autres aliments déconseillés :

  • Produits raffinés
  • Fast-food
  • Plats industriels
  • Graisses trans
  • Alcool
  • Tabac
  • Stress

Quoi manger pendant une grippe ? Conseils pratiques au quotidien

  • En cas de rhume ou de grippe, favoriser la qualité à la quantité en mangeant des soupes de légumes et des bouillons maison concentrés en vitamines et minéraux
  • En prévention, consommer suffisamment de fruits et de légumes colorés tout au long de l'année
  • Intégrer une source de protéine maigre animale ou végétale à chaque repas pour booster les défenses immunitaires
  • Prendre l'habitude d'ajouter un filet d'huile de lin ou de colza aux salades, soupes et plats après cuisson
  • Consommer du poisson au moins 2 fois par semaine, et une fois du poisson gras
  • Pour remplacer le sucre, penser au miel qui regorge de micro nutriments et a un pouvoir succrant supérieur
  • De temps en temps, remplacer les laitages au lait de vache, par des fromages et produits laitiers à base de lait de chèvre ou de soja
  • Cuisiner au maximum et éviter les fast-food, plats préparés et autres plats surgelés

Pour aller loin : que penser des suppléments en vitamines contre le rhume et la grippe ?

La malnutrition protéino-énergétique est la cause la commune de déficience immunitaire dans le monde. Mais, elle est très rare dans les pays développés. Des déficiences en certains nutriments (zinc, sélénium, fer, cuivre, vitamine A, C, E, et acide folique), même faibles, ont une importante influence sur la réponse immunitaire. Toutefois, lors d’absence de carence, les suppléments de vitamines et minéraux ne sont d’aucune utilité. Une analyse sanguine complète peut permettre de déceler certaines carences, mais pas toutes. Si vous avez des infections à répétition, il serait justifié d’obtenir une analyse sanguine et une évaluation nutritionnelle avant de prendre des suppléments.

Rédaction : Léa Zubiria, Diététicienne-Nutritionniste
Mars 2018

D'après le travail : Hélène Baribeau, Nutritionniste

 

Références

Notes

  1. Hopkins AB. Chicken soup cure may not be a myth. Nurse Pract. 2003 Jun;28(6):16.
  2. Rennard BO, Ertl RF, et al. Chicken soup inhibits neutrophil chemotaxis in vitro. Chest. 2000 Oct;118(4):1150-7.
  3. Saketkhoo K, Januszkiewicz A, Sackner MA. Effects of drinking hot water, cold water, and chicken soup on nasal mucus velocity and nasal airflow resistance. Chest. 1978 Oct;74(4):408-10.
  4. Heimer KA, Hart AM, et al. Examining the evidence for the use of vitamin C in the prophylaxis and treatment of the common cold. J Am Acad Nurse Pract. 2009 May;21(5):295-300.
  5. Pinnock CB, Graham NM, et al. Relationship between milk intake and mucus production in adult volunteers challenged with rhinovirus-2. Am Rev Respir Dis. 1990 Feb;141(2):352-6.
  6. Arney WK, Pinnock CB. The milk mucus belief: sensations associated with the belief and characteristics of believers. Appetite. 1993 Feb;20(1):53-60.Forchielli ML, Walker WA. The role of gut-associated lymphoid tissues and mucosal defence. Br J Nutr. 2005 Apr;93 Suppl 1:S41-8.
  7. Cross ML. Immune-signalling by orally-delivered probiotic bacteria: effects on common mucosal immunoresponses and protection at distal mucosal sites. Int J Immunopathol Pharmacol. 2004 May-Aug;17(2):127-34.
  8. de Vrese M, Winkler P, et al. Probiotic bacteria reduced duration and severity but not the incidence of common cold episodes in a double blind, randomized, controlled trial. Vaccine. 2006 Nov
  9. Leyer GJ, Li S, et al. Probiotic effects on cold and influenza-like symptom incidence and duration in children. Pediatrics. 2009 Aug;124(2):e172-9. Epub 2009 Jul 27
  10. Sanchez, A, Reeser JL et al. Role of sugars in human neutrophilic phagocytosis. Am J Clin Nutr. 1973 Nov; 26(11): 1180-4
  11. Rowe CA, Nantz MP, et al. Specific formulation of Camellia sinensis prevents cold and flu symptoms and enhances gamma,delta T cell function: a randomized, double-blind, placebo-controlled study. J Am Coll.Nutr 2007;26(5):445-452.