Tarse

Tarse


 

Anatomie du tarse

Structure. Le squelette du pied est constitué de trois parties dont le tarse. (1) Positionné à l’arrière du pied et en liaison avec la jambe, le tarse est constitué de sept os :

  • Le talus est l’unique os s’articulant avec les os de la jambe, du tibia et du péroné (également appelé fibula). Il s’articule également avec l’os naviculaire et le calcanéus.
  • Le calcanéus constitue l’os le solide et volumineux du pied, formant le talon. Il s’articule avec le talus et l’os cuboïde, situé à l’avant.
  • L'os cuboïde est un os de forme cubique placé vers la face latérale. Il se situe entre le calcanéus à l’arrière et le métatarse à l’avant.
  • L'os naviculaire est un os aplati en forme de barque. Placé vers la face médiale, il se situe entre le talus à l’arrière et les trois os cunéiformes à l’avant.
  • Les trois os cunéiformes se distinguent par leurs positions. Le cunéiforme médial, le volumineux, et le cunéiforme intermédiaire, le petit, s’articulent avec l’os naviculaire à l’arrière et le métatarse à l’avant. Le cunéiforme latéral s’articule principalement avec l’os cuboïde ainsi qu’avec le métatarse et l’os naviculaire.

Insertions. Les os du tarse servent de zone d’insertion à différents muscles provenant de la jambe. L’ensemble du tarse est également maintenu grâce à de nombreuses articulations et de nombreux ligaments.

Physiologie du tarse

Support du poids du corps. Une des principales fonctions des os du pied, dont ceux de la région du tarse, est de supporter le poids du corps. (2)

Statique et dynamique du pied. Le squelette du pied, notamment celui de la région du tarse, permet de maintenir l’appui du corps et de réaliser différents mouvements dont la propulsion du corps lors de la marche. (2)(3)

Pathologies du tarse

Fractures des os du pied. Les os du tarse peuvent subir des fractures. La fréquente est celle du calcanéus, souvent à une chute brutale sur le pied. Les fractures du talus sont rares mais peuvent survenir lors de la pratique de certains sports (4).

Epine calcanéenne. Connue également sous le nom d’épine de Lenoir, cette épine calcanéenne correspond au développement d’une excroissance au niveau du calcanéus. Celle-ci est due à l’apparition d’une irritation ou inflammation de l’aponévrose plantaire, membrane fibreuse et épaisse reliant les phalanges au talon (5).

Pathologies osseuses. Certaines maladies peuvent affecter les os en modifiant leurs structures.L’ostéoporose est une despathologies les fréquentes. Elle est liée à une perte de la densité osseuse qui se retrouve généralement chez les personnes âgées de de 60 ans. Elle accentue la fragilité osseuse et favorise les factures (6).

Traitements du tarse

Traitement médicamenteux. En fonction de la pathologie, différents traitements peuvent être prescrits pour réguler ou renforcer le tissu osseux, ainsi que pour diminuer les douleurs et les inflammations.

Traitement chirurgical. En fonction du type de fracture, une opération chirurgicale peut être menée avec la pose d’une plaque vissée, de clous ou encore d’un fixateur externe.

Traitement orthopédique. En fonction du type de fracture, la pose d’un plâtre ou d’une résine peut être pratiquée.

Examens du tarse

Examen d’imagerie médicale. Les examens par radiographie, scanner, IRM, scintigraphie ou encore ostéodensitométrie peuvent être utilisés pour évaluer les pathologies osseuses.

Analyses médicales. Afin d’identifier certaines pathologies, des analyses sanguines ou urinaires peuvent être réalisées comme par exemple le dosage du phosphore ou du calcium.

Historique du tarse

« Little Foot » (en français, petit pied) est le nom donné à un squelette d’Australopithecus prometheusdécouvert en 1994 par le paléoanthropologue Ronald J. Clarke. Il doit son nom « Little Foot » à la petite taille des os de pied retrouvés initialement dans une boîte d’ossements classés comme provenant de bovidés. Après la découverte de ces petits os de pied, les chercheurs ont retrouvé 90 % du squelette : « Little Foot » est devenu ainsi le squelette d’australopithèque le complet découvert à ce jour. Après des résultats de datation très variables, une nouvelle méthode a permis de le dater à 3,67 millions d’années (7)(8).

Fiche créée : juillet 2017