Sacrum

Sacrum


 

Anatomie du sacrum

Le sacrum est un os issu de la fusion de cinq vertèbres sacrées. Il a une forme de pyramide inversée dont la base supérieure est le promontoire et la pointe, l’apex.Il est situé entre la colonne vertébrale et le coccyx et constitue la paroi postérieure du bassin osseux.

Il présente trois articulations :

  • L’articulation lombo-sacrée formée sur sa face supérieure avec la dernière vertèbre lombaire de la colonne vertébrale.
  • L’articulation sacro-iliaque, située latéralement entre les ailes du sacrum et les deux os iliaques (os de la hanche). L’union de l’os de la hanche, du sacrum et du coccyx forme le bassin osseux dont le sacrum constitue la paroi postérieure.
  • L’articulation sacro-coccygienne formée à sa partie inférieure avec le coccyx.

Le sacrum n’abrite pas dans son canal sacral la moelle épinière en tant que telle car elle ne descend pas jusqu’en bas de la colonne vertébrale (elle s’arrête au niveau de la deuxième vertèbre lombaire). Mais une racine de nerfs rachidiens s’échappe de sa partie inférieure appelée queue de cheval. Certains nerfs ressortent au niveau du sacrum par des trous : les foramens sacraux-dorsaux. Ces nerfs sacrés contrôlent les membres inférieurs et les organes du bassin.

Plusieurs muscles impliqués dans l’articulation de la hanche, comme le grand fessier, l’iliaque et le piriforme, s’insèrent à la surface du sacrum. Ces muscles assurent la stabilité du corps en position debout.

Physiologie du sacrum

Le sacrum fait partie du bassin dont le rôle principal est de supporter le poids du haut du corps. Il est également le trait d’union entre ce dernier et la colonne vertébrale.
Le sacrum, grâce à son canal sacral, protège également les nerfs rachidiens.

Pathologies et douleurs du sacrum

Fracture du sacrum : peu fréquentes, les fractures du sacrum surviennent généralement spontanément chez les personnes âgées (fragilité des os) ou suite à un traumatisme important chez le sujet jeune. Dans 40 à 45 % des cas, elles sont associées à une fracture du bassin et seulement 5 à 10 % sont des fractures isolées (4). Selon sa localisation, une fracture peut léser les nerfs sacrés et entraîner des troubles neurologiques importants.

Tumeurs sacrococcygiennes

  • Tératome saccrococcygien : maladie rare, elle se caractérise par le développement d’une tumeur, le souvent bénigne, durant la vie embryonnaire. Elle touche spécialement les filles à hauteur de 75 % (5). Le diagnostic a généralement lieu avant la naissance. Une intervention chirurgicale est pratiquée dans la première semaine de vie afin de retirer rapidement la tumeur.
  • Chordome : tumeur maligne rare qui se retrouve principalement chez l’adulte. Le sacrum est un des lieux principaux de localisation de ces tumeurs. Elle se caractérise par une croissance lente associée à une destruction locale de l'os et d’une propagation aux tissus adjacents.

Lombalisation : malformation congénitale de la première vertèbre sacrée (S1). Elle n’est pas soudée aux autres vertèbres du sacrum mais séparée de la deuxième vertèbre (S2) par un véritable disque intervertébral. S1 est donc libre.

Anomalie de forme et de position du sacrum : le sacrum peut présenter un défaut de longueur (sacrum à 4 vertèbres), un développement asymétrique ou un spina-bifida au niveau de la première vertèbre sacrée. Sa courbure peut aussi varier ; le sacrum peut en effet être plat ou prendre la forme d’un hameçon. Chez la femme, ces anomalies peuvent avoir un impact sur le déroulement de l’accouchement en gênant le passage du bébé.

Mouvements du bassin lors de l’accouchement

Mouvements spécifiques au niveau des articulations sacro-iliaques qui permettent l’accouchement par voie basse :

  • : une verticalisation du sacrum (recul et élévation du promontoire) se produit simultanément à une avancée et un abaissement du coccyx et un écartement des ailes iliaques. Ces mouvements ont pour conséquence d’agrandir le détroit supérieur* et de réduire le détroit inférieur**.
  • : il se produit le mouvement inverse : avancée et abaissement du promontoire du sacrum, recul et élévation du coccyx et rapprochement des ailes iliaques. Ces mouvements ont pour conséquence d’agrandir le détroit inférieur et de réduire le détroit supérieur.

*Le détroit supérieur correspond à l’orifice supérieur du bassin.
 ** Le détroit inférieur correspond à l’orifice inférieur du bassin.

Traitements et prévention du sacrum

Les pathologies de sacrum sont essentiellement dues à des traumatismes, des tumeurs et à des facteurs congénitaux. Elles sont donc difficiles à prévenir.
Néanmoins, des fractures peuvent survenir à cause d’une fragilité osseuse. Consommer des aliments riches en calcium et vitamine D afin de renforcer les os peut aider à éloigner les risques de fractures.

Examens du sacrum

Examen clinique : réalisé par le médecin, il comprend dans un premier temps l’interrogatoire (général, sur les causes de la consultation). Il est suivi de l’examen physique du sacrum (examen des articulations sacro-iliaques, tests de mobilité…) qui est complété d’un examen des lombaires, du bassin et des membres inférieurs.

Radiographie : technique d’imagerie médicale qui utilise les rayons X. La radiographie de face et de profil permet de détecter essentiellement les fractures et les tumeurs (chordome). L’analyse du sacrum est parfois délicate en radiographie du fait de la complexité de son anatomie ; dans ces cas-là, les professionnels de santé ont recourt à l’IRM et au scanner (9).

Echographie : technique d’imagerie qui repose sur l’utilisation d’ultrasons pour visualiser la structure interne d’un organe. L’échographie du sacrum est l’examen principal pour le diagnostic, la décision thérapeutique et le suivi des tératomes sacrococcygiens.

IRM (imagerie par résonance magnétique) : examen médical à visée diagnostic réalisé grâce à un grand appareil cylindrique dans lequel sont produits un champ magnétique et des ondes radio. Là où la radiographie ne le permet pas, il reproduit des images très précises. Il est notamment utilisé dans les cas de tumeurs pour la caractériser et déterminer son étendue.

Scanner : technique d’imagerie à visée diagnostique qui consiste à « balayer » une région du corps donnée afin de créer des images en coupe, grâce à l’utilisation d’un faisceau de rayons X. Le terme « scanner » est en réalité le nom de l’appareil médical, mais il est communément utilisé pour nommer l’examen. On parle aussi de tomodensitométrie ou de scanographie. Dans le cas du sacrum, un scanner peut être utilisé dans les cas de tumeurs pour déterminer la composition de la tumeur et son étendue.

Historique et symbolique du sacrum

Le mot sacrum est apparu au XIVème siècle. Chez les grecs, il était désigné par les termes « herion osteon », soit l’os temple. On y retrouve donc cette idée de sacralité. Cela peut être dû à son rôle lors de la reproduction ou au fait qu’il faisait partie des os d’animaux donnés en sacrifice aux Dieux (10).

Fiche créée : juillet 2017
Auteur : Elise Magnin