Nerf optique

Nerf optique


 

Anatomie du nerf optique

Nerf sensitif. Le nerf optique est un nerf sensitif permettant l’assimilation et l’intégration de la perception visuelle.

Origine. Comme tous les nerfs crâniens chez l’Homme, le nerf optique est un nerf pair. Chaque nerf optique prend naissance au niveau des cellules ganglionnaires de la rétine (1).

Trajet. Les fibres issues des cellules ganglionnaires de la rétine nasale et de la rétine temporale se réunissent et quittent le globe oculaire pour former les deux nerfs optiques. Chaque nerf optique passe par le trou optique de l’os sphénoïde et se prolonge en dedans et en arrière du crâne. Les deux nerfs se rejoignent à l’avant et au-dessus de l’hypophyse pour former le chiasma optique. A ce niveau, les fibres provenant de la rétine nasale se croisent tandis que celles de la rétine temporale continuent dans la même trajectoire pour former les deux tractus optiques (2).

Terminaison. Les tractus optiques se poursuivent en arrière avant de se terminer sous la forme de synapses au sein du corps géniculé latéral du thalamus (2).

Physiologie

Rôle dans le message visuel. Le rôle essentiel du nerf optique est la transmission des informations perçues par la rétine vers le cerveau. L’information est d’abord traitée par le thalamus puis transmise au cortex cérébral (3).

Pathologies du nerf optique

Neuropathies optiques. Elles correspondent à l’ensemble des pathologies affectant le nerf optique. Leur origine peut être d’origine infectieuse, tumorale ou encore génétique (4).

Glaucome. Cette maladie est due à une augmentation des pressions au sein de l’œil, pouvant endommager le nerf optique. Un glaucome peut affecter la vision et entraîner une cécité définitive dans les cas les graves (2).

Névrite optique. Cette neuropathie optique est liée à une inflammation du nerf optique dont les causes sont variées. Dans les cas les graves, elle peut entraîner une perte partielle ou totale de la vue (4).

  • Sclérose en plaques. Cette pathologie est une maladie auto-immune du système nerveux central, provoquant des réactions inflammatoires. Le système immunitaire attaque la myéline, gaine entourant les fibres nerveuses dont notamment celles du nerf optique (5).
  • Uvéite. Cette pathologie correspond à une inflammation de l’uvée, constituée de la choroïde, du corps filaire et de l’iris. Les symptômes sont des douleurs et des rougeurs oculaires, ainsi qu’une diminution de la vision (6).

Compression du nerf optique. Certaines pathologies peuvent entraîner une compression du nerf optique et altérer la vision. Ce phénomène est notamment constaté dans certains cas de tumeurs cérébrales, d’anévrismes de l’artère ophtalmique ou de l’artère carotide supraclinoïde (4).

Traitements

Traitement pharmacologique. En fonction de la pathologie diagnostiquée, certains traitements pharmacologiques peuvent être prescrits tels que des collyres (gouttes ophtalmologiques).

Traitements médicamenteux. En fonction de la pathologie diagnostiquée, certains médicaments peuvent être prescrits comme la prise de corticoïdes ou de bêta-bloquants.

Traitement chirurgical. Dans les cas les graves, une intervention chirurgicale peut être mise en place.

Examen du nerf optique

Examen clinique. L’examen de la fonction pupillaire est systématiquement réalisé lors d’une évaluation ophtalmologique.

Examen d’imagerie médicale. Afin de compléter le diagnostic, une IRM, ou une tomodensitométrie peuvent être pratiquées.

Historique

De nombreuses recherches sont actuellement réalisées pour guérir les patients atteints de cécité. Certains systèmes tels que l’œil bionique ou la rétine artificielle ont déjà montré leur efficacité en redonnant partiellement la vue à certains patients. Ces systèmes captent les messages lumineux et les transmettent au cerveau via le nerf optique (7). A ce stade des recherches, le nerf optique du patient doit être intact pour permettre la transmission des informations vers le cerveau.

Fiche créée : juillet 2016
Auteur : Quentin Nicard