Lobe occipital

Lobe occipital


 

Anatomie

Position. Le lobe occipital se situe au niveau de l’os occipital, sur la partie latérale et inférieure du cerveau. Il est séparé des autres lobes par différents sillons :

  • Le sillon occipito-temporal, le sépare du lobe temporal situé à l’avant.
  • Le sillon pariéto-occipital, le sépare du lobe pariétal situé au-dessus et à l’avant.
  • Le sillon calcarin, se situe en dessous du lobe occipital.

Structure principale. Le lobe occipital constitue une des régions du cerveau. Ce dernier est la partie la développée de l’encéphale et en occupe la majeure partie. Il est composé de neurones, dont les corps cellulaires sont localisés en périphérie et forment la substance grise. Cette surface externe est nommée cortex. Les prolongations de ces corps, nommées fibres nerveuses, sont situées au centre et forment la substance blanche. Cette surface interne est nommé région médullaire (1)(2). De nombreux sillons, ou fissures lorsqu’ils sont profonds, permettent de distinguer différentes zones au sein du cerveau. La fissure longitudinale du cerveau permet de le séparer en deux hémisphères, gauche et droit. Ces hémisphères sont reliés entre eux par des commissures, dont la principale est le corps calleux. Chaque hémisphère est ensuite divisé, à travers les sillons primaires, en quatre lobes : le lobe frontal, le lobe pariétal, le lobe temporal et le lobe occipital (2)(3).

Structure du lobe occipital. Le lobe occipital possède des sillons secondaires et tertiaires, permettant de former des circonvolutions nommées gyri.

Fonctions

Le cortex cérébral est associé aux activités mentales, sensitivomotrice, ainsi que l’origine et le contrôle de la contraction musculaire squelettique. Ces différentes fonctions sont réparties dans les différents lobes du cerveau (1).

Fonction du lobe occipital. Le lobe occipital possède essentiellement des fonctions somato-sensitive. Il inclut le centre de la vision (2)(3).

Pathologies associées au lobe occipital

D’origine dégénérative, vasculaire ou tumorale, certaines pathologies peuvent se développer au niveau du lobe occipital et affecter le système nerveux central.

Accident vasculaire cérébral. L’accident vasculaire cérébral, ou AVC, survient lors de l’obstruction d’un vaisseau sanguin cérébral, notamment par la formation de caillots sanguins ou par la rupture d’un vaisseau (4). Cette pathologie peut impacter sur les fonctions du lobe occipital.

Traumatisme crânien. Il correspond à un choc au niveau du crâne qui peut provoquer des lésions cérébrales, notamment au niveau du lobe occipital. (5)

Sclérose en plaques. Cette pathologie est une maladie auto-immune du système nerveux central. Le système immunitaire attaque la myéline, gaine entourant les fibres nerveuses, provoquant des réactions inflammatoires. (6)

Tumeur du lobe occipital. Des tumeurs bénignes ou malignes peuvent se développer au niveau du cerveau, notamment au niveau du lobe occipital. (7)

Pathologies dégénératives cérébrales. Certaines pathologies peuvent entraîner une modification des tissus nerveux au niveau de l’encéphale.

  • Maladie d’Alzheimer. Elle a pour conséquence une modification des facultés cognitives avec notamment une perte de mémoire ou de raisonnement. (8)
  • Maladie de Parkinson. Elle se manifeste notamment un tremblement au repos, un ralentissement et une diminution de l’amplitude des mouvements. (9)

Traitements

Traitements médicamenteux. En fonction de la pathologie diagnostiquée, certains traitements peuvent être prescrits tels que des anti-inflammatoires.

Thrombolyse. Utilisé lors d’accidents vasculaires cérébraux, ce traitement consiste à désagréger les thrombos, ou caillots sanguins, à l’aide de médicaments. (4)

Traitement chirurgical. En fonction du type de pathologie diagnostiquée, une intervention chirurgicale peut être pratiquée.

Chimiothérapie, radiothérapie, thérapie ciblée. En fonction du stade de la tumeur, ces traitements peuvent être mis en place.

Examen cérébral

Examen clinique. Dans un premier temps,un examen clinique est réalisé afin d’observer et d’évaluer les symptômes perçus par le patient.

Examen d’imagerie médicale. Afin d’établir ou de confirmer un diagnostic, un scanner cérébral et rachidien ou une IRM cérébrale peuvent notamment être pratiqués.

Biopsie. Cet examen consiste en un prélèvement de cellules.

Ponction lombaire. Cet examen permet d’analyser le liquide céphalo-rachidien.

Historique

Louis Pierre Gratiolet, anatomiste français du 19ème siècle, est l’un des premiers à avoir introduit le principe de divisions du cortex en lobes.

Fiche créée : juillet 2016
Auteur : Quentin Nicard