Humérus

Humérus


 

Anatomie de l'humérus

Structure globale. Parmi les os du membre supérieur, l’humérus constitue l’os le long et le volumineux. (1) De forme allongée, cet os est composé de trois parties :

  • une extrémité proximale, située au niveau de l’épaule, qui s’articule avec la scapula (ou omoplate).
  • une extrémité distale, située au niveau du coude, qui s’articule avec le radius et l’ulna (ou cubitus).
  • une diaphyse, partie centrale de l’os située entre les deux extrémités.

Articulations. L’extrémité proximale de l’humérus forme la tête de l’humérus, d’aspect hémisphérique, qui vient s’ancrer dans la cavité de la scapula (ou omoplate).
L’extrémité distale est composée de deux condyles ou surfaces articulaires : la trochlée et le capitulum s’articulant respectivement avec l’ulna (ou cubitus) et le radius. Trois fosses composent également l’extrémité distale, où l’ulna et le radius viennent s’ancrer lors des mouvements de flexion et d’extension du coude.

Insertion des muscles et ligaments. L’extrémité proximale de l’humérus est composée de deux tubercules, majeur et mineur, ainsi que d’un sillon intertuberculaire. L’ensemble sert de points d’attaches aux muscles et aux tendons.
Au centre de la diaphyse, se trouve la tubérosité deltoïdienne servant de point d’attache au muscle deltoïde de l’épaule.
L’extrémité distale est composée de deux épicondyles, médial et latéral, saillies osseuses servant de points d’attaches aux muscles et aux ligaments.

Physiologie de l'humérus

Mouvements de l’avant-bras. Ancrés au niveau de l’humérus, les muscles du bras sont responsables des différents mouvements de l’avant-bras comme la flexion, l’extension, la supination ou encore l’abduction.(2)

Mouvements du bras. Ancrés au niveau de l’humérus, les muscles de l’articulation de l’épaule permettent les mouvements du bras.

Mouvements des articulations. Les muscles ancrés au niveau de l’humérus participent à la mobilité des articulations du coude et du poignet.

Pathologies de l'humérus

L’humérus peut subir des fractures. Ces dernières peuvent survenir au niveau de la diaphyse (partie centrale de l’humérus), de l’extrémité inférieure (coude), ou de l’extrémité supérieure (épaule). Une fracture au niveau de l’extrémité supérieure peut être accompagnée d’une luxation de l’épaule (3).

Maladies osseuses.

  • Ostéoporose. Cette pathologie constitue une perte de la densité osseuse qui se retrouve généralement chez les personnes âgées de de 60 ans. Elle accentue la fragilité osseuse et favorise les factures. (4)
  • Cancer des os. Des métastases peuvent se développer au niveau des os. Ces cellules cancéreuses proviennent généralement d’un cancer primitif sur un autre organe. (5)
  • Dystrophie osseuse. Cette pathologie constitue un développement ou un remodelage anormal du tissu osseux et regroupe de nombreuses maladies. Une des fréquentes, la maladie de Paget (6) provoque une densification et déformation des os, entraînant des douleurs. L’algodystrophie correspond, quant à elle, à l’apparition de douleurs et/ou de raideurs suite à un traumatisme (fracture, chirurgie,…).

Traitements et prévention de l'humérus

Traitements médicamenteux. En fonction de la maladie, différents traitements peuvent être prescrits pour réguler ou renforcer le tissu osseux, ainsi que pour diminuer les douleurs et les inflammations.

Traitement chirurgical. En fonction du type de fracture, une opération chirurgicale peut être réalisée avec la pose de broches, d’une plaque vissée, d’un fixateur externe ou dans certains cas d’une prothèse.

Traitement orthopédique. En fonction du type de fracture, la pose d’un plâtre ou d’une résine peut être réalisée.

Traitement physique. Des thérapies physiques, telles que la kinésithérapie ou encore la physiothérapie, peuvent être prescrites.

Traitement hormonal, radiothérapie ou chimiothérapie. Ces traitements peuvent être prescrits en fonction du stade d’évolution du cancer. 

Examens de l'humérus

Examen clinique. Le diagnostic commence par une évaluation des douleurs du bras pour identifier leurs causes.

Examen d’imagerie médicale. En fonction de la pathologie supposée ou avérée, des examens complémentaires pourront être réalisés comme une radiographie, une échographie, un scanner, une IRM, une scintigraphie ou encore ostéodensitométrie.

Analyses médicales. Afin d’identifier certaines pathologies, des analyses sanguines ou urinaires peuvent être réalisées comme par exemple le dosage du phosphore ou du calcium.

Biopsie osseuse. Dans certains cas, un prélèvement osseux est réalisé pour confirmer un diagnostic.

Historique et symbolique de l'humérus

En 2014, le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) ainsi que l’Institut national d’archéologie préventive ont dévoilé la découverte d’os de bras et d’avant-bras, dont celui de l’humérus, sur les bords de Seine en Normandie. Ces os appartenaient à un ancêtre pré-Néandertalien datant de 200 000 ans (7).

Fiche créée : juillet 2017