Duodénum

Duodénum


 

Anatomie

Position. Le duodénum se situe entre le pylore de l’estomac et l’angle duodéno-jéjunal.

Structure du duodénum. Il est l’un des trois segments de l’intestin grêle (le duodénum, le jéjunum et l’iléon). D’une longueur de 5 à 7 m et d’un diamètre de 3 cm, l’intestin grêle fait suite à l’estomac et est prolongé par le gros intestin (1). En forme de C et localisé en profondeur, le duodénum constitue la partie fixe de l’intestin grêle. Les canaux excréteurs en provenance du pancréas et de la voie biliaire arrivent au niveau de ce segment (1)(2).

Structure de la paroi du duodénum. Le duodénum est formé de 4 enveloppes (1) :

  • La muqueuse est la couche interne, contenant de nombreuses glandes sécrétant notamment un mucus protecteur.
  • La sous-muqueuse est la couche intermédiaire constituée notamment de vaisseaux sanguins et de nerfs.
  • La musculeuse est la couche externe constituée de fibres musculaires.
  • La membrane séreuse, ou péritoine, est une enveloppe tapissant la paroi externe de l’intestin grêle.

Physiologie / Histologie

Digestion. La digestion se fait principalement au sein de l’intestin grêle, et particulièrement au niveau du duodénum par le biais d’enzymes digestives et d’acides biliaires. Les enzymes digestives proviennent du pancréas grâce aux canaux excréteurs, tandis que les acides biliaires proviennent du foie par les voies biliaires (3). Les enzymes digestives et les acides biliaires vont permettre de transformer le chyme, liquide comprenant les aliments pré-digérés par les sucs digestifs en provenance de l’estomac, en chyle, liquide clair contenant des fibres alimentaires, glucides complexes, des molécules simples, ainsi que des nutriments (4).

Absorption. Pour son activité, l’organisme va absorber certains éléments tels que les glucides, les lipides, les protéines, les électrolytes, les vitamines, ainsi que l’eau (5). L’absorption des produits de la digestion se fait majoritairement au sein de l’intestin grêle, et principalement au niveau du duodénum et du jéjunum.

Protection de l’intestin grêle. Le duodénum se défend des agressions chimiques et mécaniques par la sécrétion de mucus, protégeant la muqueuse (3).

Pathologies associées au duodénum

Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Ces maladies correspondent à une inflammation de la paroi d’une partie du système digestif, comme la maladie de Crohn. Les symptômes sont notamment des douleurs abdominales intenses et des diarrhées (6).

Syndrome de l’intestin irritable. Ce syndrome se manifeste par une hypersensibilité de la paroi de l’intestin, notamment au niveau du duodénum, et une irrégularité au niveau des contractions musculaires. Il se manifeste par différents symptômes associées à des troubles digestifs tels que des diarrhées, des constipations, ou encore des douleurs abdominales. La cause de ce syndrome reste encore aujourd’hui méconnue.

Occlusion intestinale. Elle désigne un arrêt du fonctionnement du transit, provoquant des douleurs intenses et des vomissements. L’occlusion intestinale peut être d’origine mécanique avec la présence d’un obstacle au cours du transit (calculs biliaires, tumeurs,..) mais peut également être chimique en étant liée à une infection d’un tissu proche comme par exemple lors d’une péritonite.

Ulcère gastroduodénal. Cette pathologie correspond à la formation d’un plaie profonde au niveau de la paroi de l’estomac ou de celle du duodénum. L’ulcère gastroduodénal est souvent due à un développement bactérien mais peut aussi survenir par la prise de certains médicaments (7).

Traitements

Traitement médicamenteux. En fonction de la pathologie diagnostiquée, certains médicaments pourront être prescrits tels que des anti-inflammatoires ou des antalgiques.

Traitement chirurgical. En fonction de la pathologie et de son évolution, une intervention chirurgicale pourra être mise en place.

Examen du duodénum

Examen clinique. L’apparition de douleurs passe dans un premier temps par un examen clinique pour évaluer les symptômes et identifier les causes de la douleur.

Examen biologique. Des analyses de sang et des selles peuvent être réalisées pour établir ou confirmer un diagnostic.

Examen d’imagerie médicale. En fonction de la pathologie supposée ou avérée, des examens complémentaires pourront être réalisés comme une échographie, un scanner ou une IRM.

Examen par endoscopie. Une endoscopie peut être pratiquée pour étudier les parois du duodénum.

Historique

Les anatomistes ont donné le nom de duodénum, du latin duodenum digitorum, signifiant « de douze doigts », à cette partie de l’intestin grêle puisqu’elle mesurait douze doigts de long.

Fiche créée : juillet 2016
Auteur : Quentin Nicard