Caecum

Caecum


 

Anatomie du caecum

Localisation. Le caecum se situe dans la fosse iliaque droite au niveau du bas de l’abdomen, et à l’arrière de la paroi abdominale antérieure. (1)

Structure. Segment initial intestinal du côlon, le caecum fait suite à l’iléon, dernière partie de l’intestin grêle. L’embouchure de l’iléon au niveau du caecum est constituée d’une valvule iléo-caecale ainsi que d’un sphincter épais et forme l’angle iléo-caecal. S’achevant en cul-de-sac, le caecum mesure 6 à 8 cm de largeur. Il possède un prolongement atrophié se situant sous l’orifice de l’iléon, connu sous le nom d’appendice vermiculaire.

Le caecum et l’appendice sont formés de 4 tuniques, couches superficielles :

  • séreuse, qui forme la membrane à l’extérieur et qui correspond au péritoine viscéral
  • musculeuse, qui est constituée de bandelettes musculaires longitudinales
  • sous-muqueuse
  • muqueuse

Vascularisation et innervation. L’ensemble est vascularisé par les artères caecale et appendiculaire et innervé par les nerfs issus du plexus solaire et plexus mésentérique supérieur.

Physiologie du caecum

Absorption d’eau et d’électrolytes. Le rôle principal du caecum est d’absorber l’eau et les électrolytes encore présents après la digestion et l’absorption, réalisées dans l’intestin grêle (2).

Rôle de barrière. La valvule iléo-caecale et le sphincter permet généralement d’empêcher le retour de la matière vers l’iléon. Cette barrière à sens unique est essentielle pour éviter la contamination de l’intestin grêle par les bactéries présentes dans le colon (3).

Pathologies et douleurs du caecum

Typhlite. Elle correspond à une inflammation du cæcum et se manifeste par des douleurs abdominales accompagnées de diarrhées. Cette pathologie apparaît le souvent chez les patients immunodéprimés. (4)

Appendicite. Elle résulte d’une inflammation de l’appendice, se manifeste en une douleur intense et doit être traitée rapidement.

Volvulus du cæcum. Elle correspond à une torsion du cæcum due à une hypermobilité de ce dernier. Les symptômes peuvent être des douleurs et crampes abdominales, une constipation ou encore des vomissements.

Tumeurs. Les cancers du côlon proviennent principalement d’une tumeur bénigne, appelée polype adénomateux qui peut évoluer en tumeur maligne (4)(5). Ces tumeurs peuvent notamment se développent au niveau des cellules de la paroi interne du cæcum.

Traitements du caecum

Traitement médicamenteux. En fonction de la pathologie, un traitement médicamenteux pourra être prescrit tel que des antalgiques, des laxatifs ou encore des pommades.

Traitement chirurgical. En fonction de la pathologie et de son avancée, un traitement chirurgical pourra être réalisé comme une ablation du côlon (colectomie).

Chimiothérapie, radiothérapie ou thérapie ciblée. Ce sont différents types de traitements utilisés pour détruire les cellules cancéreuses.

Examens du caecum

Examen clinique. L’apparition de douleurs passe dans un premier temps par un examen clinique pour évaluer les caractéristiques de la douleur et les symptômes l’accompagnant.

Examen biologique. Des analyses de sang et des selles peuvent être réalisés.

Examen d’imagerie médicale. En fonction de la pathologie supposée ou avérée, des examens complémentaires pourront être réalisés comme l’échographie, un scanner ou une IRM.

Examen par endoscopie. Une coloscopie peut être réalisée pour étudier les parois du côlon.

Historique et symbolique du caecum

La forme du cæcum est assimilée à un cul-de-sac, d’où son origine latine : cæcum intestinum, intestin aveugle (6).

Fiche créée : juillet 2017