Avant-bras


 

Anatomie de l'avant-bras

Structure. L’avant-bras est composé de deux os : le radius et l’ulna (couramment connu sous l’appellation cubitus). Ils sont reliés entre eux par une membrane interosseuse (1). Une vingtaine de muscles s’agencent autour de cet axe et sont répartis à travers trois parties distinctes :

  • la loge antérieure, qui regroupe les muscles fléchisseurs et pronateurs,
  • la loge postérieure, qui regroupe les muscles extenseurs,
  • la loge externe, comprise entre les deux loges précédentes, qui regroupe les muscles extenseurs et supinateurs.

Innervation et vascularisation. L’innervation de l’avant-bras est soutenue par trois principaux nerfs : les nerfs médian et ulnaire au niveau de la loge antérieure et le nerf radial au niveau des loges postérieure et latérale. La vascularisation de l’avant-bras est principalement réalisée par l’artère ulnaire et l’artère radiale.

Mouvements de l'avant-bras

Le radius et l’ulna permettent les mouvements de pronosupination de l’avant-bras.2 La pronosupination est composée de deux mouvements distincts :

  • Le mouvement de supination : orienter la paume de la main vers le haut
  • Le mouvement de pronation : orienter la paume de la main vers le bas

Mouvements du poignet et des doigts. Les muscles et les tendons présents dans l’avant-bras se prolongent pour constituer une partie de la musculature de la main et du poignet. Ces prolongements confèrent à l’avant-bras les mouvements :

  • d’abduction et d’adduction du poignet, qui permettent donc respectivement d’écarter ou d’approcher le poignet du corps
  • les mouvements de flexion et extension des doigts.

Pathologies de l'avant-bras

Fractures. L’avant-bras est souvent le lieu de fractures, que ce soit celle du radius, de l’ulna ou des deux. (3)(4) Nous retrouvons notamment la fracture de Pouteau-Colles au niveau du radius, et celle de l’olécrane, partie formant la pointe du coude, au niveau de l ‘ulna.

Ostéoporose. Perte de densité des os et risque élevé de fractures chez les personnes âgées de de 60 ans.

Tendinopathies. Elles désignent l’ensemble des pathologies pouvant survenir au niveau des tendons. Les symptômes de ces pathologies sont surtout des douleurs au niveau du tendon lors d’efforts. Les causes de ces pathologies peuvent être variées. Au niveau de l’avant-bras, l’épicondylite, aussi appelée épicondylalgie, désignent les douleurs apparaissant au niveau de l’épicondyle, une région du coude. (6)

Tendinites. Elles désignent les tendinopathies associées à une inflammation des tendons.

Traitements de l'avant-bras

Traitement médicamenteux. En fonction de la maladie, différents traitements peuvent être prescrits pour réguler ou renforcer le tissu osseux ou diminuer les douleurs et inflammations.

Traitement chirurgical. En fonction du type de fracture, une opération chirurgicale peut être pratiquée avec par exemple la pose de broches, d’une plaque vissée ou encore d’un fixateur externe.

Examens de l'avant bras

Examen clinique. Le diagnostic commence par une évaluation des douleurs de l’avant-bras pour identifier leurs causes.

Examen d’imagerie médicale. Les examens par radiographie, scanner, IRM, scintigraphie ou encore ostéodensitométrie peuvent être utilisés pour confirmer ou approfondir le diagnostic.

Historique et symbolique de l'avant-bras

Les épicondylites, ou épicondylalgies, externes du coude sont également nommées sous le terme de « tennis elbow » ou « coude du joueur de tennis » puisqu’elles survenaient régulièrement chez les joueurs de tennis. (7) Elles sont beaucoup moins fréquentes aujourd’hui grâce au poids beaucoup léger des raquettes actuelles. Moins fréquentes, les épicondylites, ou épicondylalgies, internes sont attribuées au « coude du golfeur ».

Fiche créée : juillet 2017