Le sevrage de l'allaitement : comment s'y prendre ?

Le sevrage de l'allaitement : comment s'y prendre ?


 

Comment arrêter l'allaitement ?

Quelles que soient les raisons à l'origine du sevrage maternel, ce dernier doit avoir lieu de manière douce et progressive. Pour cela, il vous faudra supprimer une tétée par une tétée, idéalement tous les deux à trois jours, en la remplaçant par un biberon. Cette méthode de sevrage progressif sera profitable à la fois pour vous, en évitant tout risque d'engorgement ou de mastite, et pour votre enfant pour lequel le détachement se fera en douceur. L'adaptation peut prendre ieurs semaines, voire ieurs mois, en fonction des réactions de de votre enfant.

L'idéal est de supprimer en priorité les tétées qui correspondent au moment ou la lactation est la moins importante - les seins sont moins remplis. Vous pouvez ainsi commencer par supprimer la ou les tétée(s) de l'après-midi, puis celle du soir pour éviter l'engorgement la nuit et vous supprimerez en dernier lieu la tétée du matin et les tétées éventuelles de la nuit. La production de lait étant en effet très importante la nuit.

Retenez bien que l'allaitement répond à la loi de l'offre et de la demande : moins les tétées sont nombreuses, moins la production de lait est stimulée. Elle finira même certainement par se tarir à partir du moment où vous n'offrirez que deux tétées par jour à votre enfant.

Pour le cas où vos seins seraient douloureux ou gonflés, n'hésitez pas à les vider un peu sous l'eau chaude de la douche en les pressant ou en trempant votre mamelon dans un verre d'eau chaude mais non brulante, bien sûr. Evitez en revanche le tire-lait qui stimulerait la lactation.

Savoir si bébé est vraiment prêt

Le sevrage peut être naturel (dirigé par le nourrisson) ou planifié (dirigé par la mère).

En cas de sevrage "dirigé par le nourrisson", le bébé peut montrer certains signes qu'il est prêt à cesser de prendre le sein : il peut se raidir et jeter sa tête en arrière ou encore tourner la tête de gauche à droite ieurs fois de suite quand le sein lui est présenté. Ce comportement peut être passager (ce qu'on appelle communément une "grève de la tétée", qui souvent ne dure pas) ou définitif.

Vers 6 mois, votre bébé est généralement prêt à débuter la diversification alimentaire pour découvrir d’autres aliments et répondre à ses besoins nutritionnels croissants. C'est généralement à cet âge que le sevrage progressif à lieu : vous continuerez à allaitez votre enfant, en parallèle que vous débuterez la diversification alimentaire. A ce sujet, vous saurez que votre bébé est prêt à commencer à manger d’autres aliments lorsqu’il :

  • semble avoir faim souvent qu’à l’habitude,
  • peut s’asseoir sans aide et contrôle bien les muscles de son cou,
  • conserve les aliments dans sa bouche sans les faire ressortir immédiatement avec la langue ( disparition du réflexe de protrusion de la langue)
  • s’intéresse aux aliments lorsque des personnes proches de lui mangent et ouvre la bouche lorsqu’il voit des aliments arriver dans sa direction,
  • est capable de vous signifier qu’il ne veut pas manger en se reculant ou en tournant la tête.

En général, les bébés sevrés graduellement abandonnent complètement l’allaitement quelque part entre 2 et 4 ans.

Comment nourrir son enfant après l'arrêt de l'allaitement ?

Si votre bébé n'a que quelques mois et n'a pas encore débuté la diversification alimentaire, les tétées seront remplacées par du lait infantile en poudre qui sera donné au biberon. Attention toutefois à bien choisir un lait adapté à l'âge de l'enfant :

  • De la naissance à 6 mois : lait premier âge ou lait pour nourrisson
  • De 6 mois à 10 mois : lait deuxième âge ou lait de suite
  • De 10 mois à 3 ans: lait de croissance

Pour rappel, il est déconseillé de donner du lait de vache à votre enfant avant l'âge d'un an, et mieux encore, avant l'âge de trois ans. Attention également aux boissons végétales : elles ne sont pas adaptées aux besoins des bébés et sont formellement déconseillée pour votre tout petit du fait des risques de sérieuses carences qu'elles engendrent.

Les quantités de lait infantile seront bien entendu à adapter en fonction de l'âge de votre enfant. Si vous voyez que bébé finit ses biberons à chaque fois et qu'il semble en vouloir davantage, préparez-lui un autre biberon de 30 ml (1 dose de lait). En revanche, si votre bébé vous signifie qu'il n'a faim en rejetant son biberon, ne le forcez pas à finir.

Pour vous qui débutez dans la préparation des biberons, voici quelques précautions à prendre :

  • Versez toujours de l'eau froide (en bouteille ou du robinet) dans le biberon en dosant la quantité selon les graduations inscrites dessus.
  • Faites chauffer le biberon au bain marie, au chauffe biberon ou au micro-ondes.
  • Ajoutez une mesurette rase de lait pour 30 ml d'eau. Ainsi pour un biberon de 150 ml, comptez 5 mesures et 7 mesures de lait pour un biberon de 210 ml
  • Vissez la tétine puis roulez le biberon entre vos mains avant de le secouer de haut en bas afin de bien mélanger la poudre à l'eau.
  • Vérifiez toujours la température du lait à l'intérieur de votre poignet avant de le proposer à votre enfant. Vous éviterez ainsi tout risque de brûlure.

Si votre enfant à commencé la diversification, des aliments ou moins solides et d'autres liquides pourront remplacer les tétées. Adaptez bien sûr les textures en fonction de l'étape où en est votre bébé : aliments lisses, moulinés, écrasés, en petits morceaux. Vous veillerez également à bien suivre les étapes d'introduction de nouveaux aliments en fonction de l'âge de votre enfant et à ajuster les quantités en fonction de son appétit.

Après 6 mois et en dehors des repas, vous pourrez éventuellement proposer à votre bébé de petites quantités d'eau dans une tasse d'apprentissage. Evitez en revanche les jus de fruits, surtout s'ils sont industriels car ils ne présentent aucun intérêt nutritionnel.

Et si bébé réclame toujours le sein ?

Le sevrage est une étape ou moins facile selon les enfants et selon les circonstances mais il doit toujours avoir lieu manière très progressive : bébé doit se familiariser à son rythme à ce grand changement.

Si votre enfant est réticent au biberon et même au gobelet ou à la tasse, ne le forcez surtout pas. Cela serait contre-productif. Changez-lui plutôt les idées, réessayez de lui proposer le biberon un peu tard et faites une transition en douceur en lui proposant votre lait maternel dans un biberon avant de passer au lait maternisé en poudre. Quand bébé refuse catégoriquement le biberon, il est parfois nécessaire que ce soit une autre personne que la maman - le papa par exemple - qui propose le biberon à l'enfant. Souvent, la situation est facile quand la maman quitte la pièce ou même la maison le temps du boire car bébé ne sent pas l'odeur du sein de sa mère. Passez donc le relais !

Et s’il refuse toujours, il sera certainement nécessaire de reporter le sevrage de quelques jours. En attendant, diminuez éventuellement la durée de chaque tétée.

Par ailleurs, pour que le sevrage ait lieu des les meilleures condition possibles, voici quelques conseils supplémentaires :

  • Multipliez les échanges affectifs hors de la tétée pendant toute la durée du sevrage... et même après !
  • Rassurez et chouchoutez votre bébé le temps du biberon : soyez particulièrement attentionnée et délicate dans vos gestes pour mettre en confiance votre enfant. Murmurez-lui des mots doux, caressez-le et adoptez la même position que lorsque vous l'allaitiez (son corps et son visage sont entièrement tournés vers vous). Ce rapprochement supplémentaire vous aidera tous les deux pendant le processus de sevrage. Ne laissez pas votre bébé boire son biberon seul, même s'il semble savoir le faire.
  • Changez de contexte quand vous proposez le biberon par rapport à celui quand vous allaitez votre enfant : changez de pièce, de fauteuil, etc.

Par ailleurs, pour que le sevrage se passe le mieux possible, il est conseillé de sevrer votre enfant à un moment isolé de tout autre événement qui pourrait le perturber : déménagement, entrée en crèche ou en maternelle, garde chez la nounou, séparation, voyage, etc.

Pensez également à bien positionner le biberon en "petite vitesse" afin que bébé puisse satisfaire son besoin de téter et ne rencontre pas de souci de digestion.

Est-il possible de reprendre l'allaitement après avoir essayé d'arrêter ?

En cours de sevrage, il est toujours possible de revenir en arrière et de relancer l'allaitement. Il suffit simplement de remettre bébé au sein pour stimuler la production de lait.

Si le sevrage est terminé, relancer la lactation est difficile mais reste possible. Pour cela, des professionnels de la santé spécifiquement formés peuvent vous aider. Consultez une conseillère en lactation, une sage femme ou une intervenante spécialisée en allaitement.

Rédaction : Claire-Aurore Doray, Diététicienne-Tabacologue
Mai 2017