La glaire cervicale : un indice de l'ovulation ?

La glaire cervicale : un indice de l'ovulation ?


 

La glaire cervicale : qu'est-ce que c'est ?

Il s’agit d’une substance blanche et visqueuse sécrétée par les glandes endocervicales du col de l’utérus. Composée de mucus, d'eau, de substances nutritives et enzymatiques, la glaire cervicale forme un réseau de mailles tri-dimensionnelles qui au fil du cycle, vont ou moins de serrer, empêchant ou favorisant le passage des spermatozoïdes. De ce fait, elle joue un rôle essentiel dans la fécondité. Pendant les jours fertiles, elle favorise le passage des spermatozoïdes vers le col, et les protège de l'acidité du vagin ; en période infertile, elle forme au niveau du col un bouchon qui l'obstrue.

Lorsqu’elle s’écoule dans le vagin, la glaire cervicale est à l’origine des pertes vaginales, dites « pertes blanches » que toutes femmes observent régulièrement.

La glaire cervicale pendant les différentes phases du cycle

La quantité, la composition et la consistance de la glaire cervicale évoluent au fil du cycle menstruel :

  • en début de cycle, pendant la phase folliculaire, la glaire cervicale est très peu abondante, blanche et épaisse. Son rôle : fermer hermétiquement le col de l’utérus pour le protéger des bactéries et empêcher le passage des spermatozoïdes ;
  • à l’approche de l’ovulation (dans les 48 à 72 heures), la glaire cervicale augmente en quantité et devient fluide et filante.
  • le jour de l’ovulation, sa texture est comparable à celle du blanc d’œuf : fluide, élastique, brillante et transparente, elle est aussi abondante. Ses mailles se sont élargies afin de laisser passer les spermatozoïdes, tout en filtrant les spermatozoïdes mal formés ou peu vigoureux. Parallèlement, son PH a augmenté (entre 7 et 8) pour compenser l’acidité du vagin et favoriser la survie des spermatozoïdes ;
  • après l’ovulation (phase lutéale), la glaire s’appauvrit et se dessèche. Elle va reprendre son rôle de fermeture du col de l’utérus.

Observer la glaire pour concevoir

Observer sa glaire cervicale permet de déterminer sa période d’ovulation et donc sa période fertile. Il suffit de prélever avec ses deux doigts un peu de glaire cervicale et d’en apprécier la texture. L’objectif : déceler le moment où la glaire cervicale est abondante, signe que l’ovulation approche, et la texture de « blanc d’œuf » (la glaire s’étire de quelques centimètres entre les deux doigts), qui signe l’ovulation. C’est durant jours clefs qu’il faudra avoir des rapports sexuels pour augmenter ses chances de conception.

Cette méthode est-elle efficace ? Oui, à condition d’avoir une bonne connaissance de son corps et de bien l’observer. Par ailleurs, de nombreux éléments peuvent modifier la glaire cervicale : le désir sexuel (on peut alors confondre lubrification et glaire cervicale), le sperme, une infection vaginale.

L’observation de la glaire cervicale comme moyen de contraception

Observer sa glaire cervicale pour connaitre sa période de fertilité peut également être utilisé, a contrario, comme méthode de contraception. La méthode Billings ou méthode d’ovulation Billings (MOB), du nom de deux médecins australiens, consiste ainsi à pratiquer l’abstinence (aucun rapport sexuel, même avec un préservatif ou un coït interrompu) :

  • les jours pendant lesquels la glaire cervicale est présente ainsi que les trois jours suivant ;
  • durant les règles ;
  • les jours où des saignements, même légers, surviennent en cours de cycle, et les trois jours suivant.

Cette méthode de contraception n’est cependant pas efficace à 100%. Selon l’OMS, l’indice de Pearl (indice permettant d’évaluer la fiabilité d’une méthode contraceptive) de la méthode Billings est de 3% (3 femmes sur 100 utilisant cette méthode sont tombées enceintes dans l’année) (1).

Rédaction : Julie Martory, journaliste spécialiste de l'univers parental.
Mai 2017