Schisandra

Schisandra


 

Indications

Efficacité incertaine

Améliorer les performances sportives, augmenter la résistance au stress physique ou mental (en combinaison avec d’autres plantes adaptogènes).

Voir la légende des symboles

Usage traditionnel

Médecine traditionnelle chinoise et japonaise – tonifier le Rein, traiter la toux chronique et l'insomnie, soutenir la fonction hépatique.
Médecine traditionnelle russe - augmenter la résistance au stress physique ou mental (effet adaptogène).

Posologie du schisandra

Historique du schisandra

Les baies de schisandra font partie de la pharmacopée chinoise et russe depuis très longtemps. Elles ont aussi été adoptées par la médecine traditionnelle japonaise (Kampo).

Le nom chinois des baies séchées (Wu Wei Zi) veut dire « fruit aux cinq saveurs », car elles combineraient tous les goûts : aigre, sucré, salé, piquant et amer. Les baies de schisandra se retrouvent dans de nombreuses préparations de la Médecine traditionnelle chinoise, dont les propriétés varient selon les autres plantes utilisées.

Traditionnellement, les baies de schisandra étaient utilisées pour soulager l'asthme, la toux, les troubles respiratoires ainsi que la diarrhée, l'insomnie, les troubles reliés à une déficience rénale et l'impuissance. Les chasseurs et les athlètes en prenaient pour augmenter leur endurance.

Les Nanai, un peuple de l’extrême est de la Russie, utilisaient les baies et les graines de schisandra pour améliorer la vision nocturne et pour atténuer la faim, la soif et l’épuisement des chasseurs. Voilà qui explique peut-être l’intérêt du gouvernement russe qui a financé des études sur le schisandra dans les années 1940, dans le but notamment de soutenir la santé de ses soldats.

Recherches sur le schisandra

Comme c'est souvent le cas en Médecine traditionnelle chinoise, on utilise très fréquemment les baies du schisandra en association avec d'autres plantes. Il est donc difficile d'en évaluer l'efficacité selon les critères occidentaux qui s'attachent à déterminer l'action spécifique d'une plante.

De nombreux essais effectués en ex-URSS, en Russie et en Arménie sur des animaux, dont la plupart ne sont pas répertoriés dans Medline, ont révélé les effets suivants : protection contre des stress divers, augmentation de la capacité de travail physique, stimulation du système nerveux central, réduction de la tension artérielle, effets antioxydants, anti-inflammatoire et antitumeur1.

Des études du même type (non répertoriées dans Medline) ont également été menées sur des humains. Les chercheurs ont notamment constaté les effets suivants : augmentation de l’endurance et des performances physiques et mentales, amélioration de la vision nocturne et normalisation de la pression artérielle et du rythme cardiaque1.

Quelques essais récents ont été publiés dans des revues répertoriées dans Medline.

Efficacité incertaine Performances sportives. Au cours d’un essai auprès de 109 athlètes arméniens, la prise de schisandra a eu un effet bénéfique sur les marqueurs de leur performance physique2. La faible qualité méthodologique de cette étude limite cependant la portée de ces résultats.

Efficacité incertaine Effet adaptogène (schisandra en combinaison avec d’autres plantes adaptogènes). Un produit fabriqué en Suède a fait l’objet de quelques essais préliminaires. Il s’agit d’un extrait normalisé contenant du schisandra, de la rhodiole et de l’éleuthérocoque (ADAPT-232®). Par rapport au groupe ayant pris un placebo, les sujets traités avec ce produit ont eu les effets suivants : une attention soutenue et une grande vitesse et précision durant des tests de cognition stressants après une prise unique3; une accélération de la guérison d’une pneumonie traitée aux antibiotiques4. Un de ces essais n’a cependant pas été concluant au chapitre de la réduction du stress des participants5.

Divers. D’après 2 études cliniques de faible envergure menées en Russie et en Arménie, 2 autres produits contenant entre autres du schisandra ont eu des effets bénéfiques : amélioration de la réponse du système immunitaire de patientes atteinte d’un cancer des ovaires traité par chimiothérapie (AdMax®)6 et réduction du nombre de crises de péritonite causée par une maladie rare d’origine génétique (Immunoguard®)7.

Usage médical en Chine : traitement et protection du foie

Hépatites. Plusieurs essais sur les animaux indiquent que les lignanes contenues dans les graines du schisandra peuvent protéger le foie, améliorer son fonctionnement et favoriser la régénération des cellules hépatiques en cas d'atteinte toxique2. D’ailleurs, certains extraits de la plante sont normalisés en fonction de leur contenu en lignanes. Des études cliniques de qualité discutable menées en Chine révèlent que les ingrédients actifs du schisandra peuvent combattre les hépatites d'origine virale ou médicamenteuse8,9. Dans ce pays, on a même synthétisé un médicament destiné à combattre les intoxications du foie à partir d'un composé du schisandra (schizandrine C.)10-12.

Deux autres essais récents menés en Chine indiquent que le schisandra peut avoir des effets protecteurs sur le foie en cas de transplantation de cet organe13 et en cas d’hépatite B14.

 

Précautions

Attention

Contre-indications

  • Les données sont insuffisantes pour établir l’innocuité du schisandra chez les femmes enceintes et celles qui allaitent.

Effets indésirables

  • On a rapporté de rares cas de suppression de l'appétit, d'inconfort gastrique et d'éruption cutanée15.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

  • Aucune connue.

Avec des médicaments

  • Dans des études in vitro et chez les animaux, les produits dérivés du schisandra augmentent les enzymes du foie (CYP3A4) qui dégradent ieurs médicaments (warfarine, nifédipine, paclitaxel, par exemple)16-18. On ne connaît pas l’importance de cet effet chez l’humain. La prudence est donc de mise en cas de consommation de schisandra avec des médicaments.
  • Certains des composés du schisandra, selon des essais in vitro, pourraient combattre la résistance à certains médicaments anticancer (polychimiothérapie)19-21.

Sur les tablettes

Le schisandra fait habituellement partie de combinaisons de plantes utilisées en médecine chinoise pour traiter divers malaises, dont l’insomnie.

 

Réviseure :
Shannon Cowan, Ph.D., professeure adjointe, Programme de biologie appliquée, Faculty of Land and Food Systems, Université de Colombie-Britannique (février 2011)

Recherche et rédaction : PasseportSanté.net

Mise à jour : février 2011

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l'information désirée.

Bibliographie

National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 3 février 2011]. www.ncbi.nlm.nih.gov
Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements - Schisandra (Schisandra chinensis, Schisandra spenanthera), Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 10 décembre 2010]. www.naturalstandard.com
The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements - Schisandra, ConsumerLab.com. [Consulté le 10 décembre 2010]. www.consumerlab.com

Notes

1. . Panossian A, Wikman G. Curr Clin Pharmacol. 2009 Sep;4(3):198-219. Review.
2. . Panossian AG, Oganessian AS, et al. Phytomedicine. 1999 Mar;6(1):17-26.
3. . Aslanyan G, Amroyan E, et al. Phytomedicine. 2010 Jun;17(7):494-9.
4. Narimanian M, Badalyan M, et al. . Phytomedicine. 2005 Nov;12(10):723-9.
5. . Schutgens FW, Neogi P, et al. Phytother Res. 2009 Aug;23(8):1103-8.
6. Kormosh N, Laktionov K, Antoshechkina M. . Phytother Res. 2006 May;20(5):424-5.
7. Amaryan G, Astvatsatryan V, et al. . Phytomedicine. 2003 May;10(4):271-85.
8. Sinclair S. . Altern Med Rev. 1998 Oct;3(5):338-44. Review. Texte intégral : www.thorne.com
9. Liu G-T. . Chin Med J. 1989;102:740-749.
10. Akbar N, Tahir RA, et al. . Chin Med J (Engl). 1998 Mar;111(3):248-51.
11. Zhang JT. . Therapie. 2002 Mar-Apr;57(2):137-50.
12. Li XY. . Mem Inst Oswaldo Cruz. 1991;86 Suppl 2:31-7. Review.
13. . Jiang W, Wang X, et al. Int J Clin Pharmacol Ther. 2010 Mar;48(3):224-9.
14. . Yip AY, Loo WT, Chow LW. Biomed Pharmacother. 2007 Oct;61(9):588-90.
15. McGuffin M (Dir). Botanical Safety Handbook, CRC Press, États-Unis, 1997, p. 104.
16. Mu Y, Zhang J, et al. . J Pharmacol Exp Ther. 2006 Mar;316(3):1369-77. Texte intégral : http://jpet.aspetjournals.org
17. Iwata H, Tezuka Y, et al. . Drug Metab Dispos. 2004 Dec;32(12):1351-8. Texte intégral : http://dmd.aspetjournals.org
18. Makino T, Mizuno F, Mizukami H. Biol Pharm Bull. 2006 Oct;29(10):2065-9.
19. Pan Q, Lu Q, Zhang K, Hu X. . Cancer Chemother Pharmacol. 2006 Jul;58(1):99-106.
20. Wan CK, Zhu GY, et al. . Biochem Pharmacol. 2006 Sep 28;72(7):824-37.
21. Qiangrong P, Wang T, et al. . Biochem Biophys Res Commun. 2005 Sep 23;335(2):406-11.