Protéines et isoflavones de soja

Protéines et isoflavones de soja


 

Autres noms des isoflavones : Phytoestrogènes.

Indications

Efficace

Réduire les taux de lipides sanguins et les risques de maladies cardiovasculaires associés (protéines de soya en remplacement des protéines animales).

Voir la légende des symboles

Efficacité possible

Réduire le risque de cancer du sein et de cancer de la prostate.

Efficacité incertaine

Prévenir la perte osseuse chez les femmes ménopausées (isoflavones).
Réduire les bouffées de chaleur de la ménopause.

Inefficace

Réduire les bouffées de chaleur chez les femmes ayant déjà eu un cancer du sein.

Posologie des isoflavones et des protéines de soya

Réduction des taux de lipides sanguins

  • Consommer au moins 25 g par jour de protéines de soya, en conjonction avec une alimentation faible en gras.
    Note. L’effet bénéfique sur la santé cardiovasculaire en général est prononcé lorsqu’on remplace complètement les protéines animales par les protéines de soya.

Réduction du risque de cancer du sein et de cancer de la prostate

  • Les recherches indiquent que la consommation quotidienne de 80 g à 160 g de produits de soya non fermentés (apportant au moins 20 mg d'isoflavones) peut contribuer à prévenir le cancer du sein et le cancer de la prostate.

Prévention de l’ostéoporose

  • Consommer chaque jour 80 mg d’isoflavones de soya sous forme d’extrait (supplément) ou sous forme alimentaire.
    Note. La forme alimentaire est à privilégier, car l’innocuité à long terme des extraits n’est pas connue.

Description des isoflavones

Les isoflavones sont des substances chimiques naturelles provenant des plantes. Une fois ingérées, elles agissent dans l'organisme un peu à la manière des hormones naturelles que sont les oestrogènes. Voilà pourquoi on les nomme phytoestrogènes. Leur effet est cependant beaucoup faible que celui des oestrogènes naturellement produits par le corps ou synthétiques (hormonothérapie).

L'action des isoflavones varie selon leur type et selon l'équilibre hormonal de la personne qui les consomme. En résumé, si l'organisme produit trop d'oestrogènes, les isoflavones peuvent bloquer partiellement leur effet négatif, tandis que s'il y a une déficience, elles comblent une partie des besoins1.

Le groupe des isoflavones comprend ieurs substances analogues. Les répandues dans les végétaux comestibles sont la génistéine (la active et la abondante dans le soya), la daidzéine et la glycitéine.

Selon la composition de la flore intestinale, la daidzéine peut se transformer ou non en équol, une molécule active. Chez les personnes qui produisent de l’équol, les effets bénéfiques de la daidzéine seraient importants.

Cela pourrait expliquer pourquoi la consommation de produits du soya aurait un effet marqué sur la réduction des bouffées de chaleur et du risque de cancer du sein chez les Asiatiques que chez les Occidentales. En effet, la proportion de femmes productrices d’équol est élevée en Asie, soit autour de 50 %, comparativement à 30 % chez les Occidentales2-4. Il y aurait également d’individus producteurs d’équol chez les végétariens que chez les non-végétariens5. Ces différences pourraient aussi expliquer, du moins en partie, les résultats divergents des études cliniques5-8.

Sources alimentaires d'isoflavones

Plusieurs aliments d'origine végétale, notamment les légumineuses, les grains entiers et les légumes, contiennent de petites quantités d’isoflavones. C'est toutefois le soya qui en est la source la substantielle. Selon la transformation que subit le haricot de soya, le produit final contient ou moins d'isoflavones. Par exemple, les protéines extraites par un traitement à l’eau contiennent beaucoup d’isoflavones que celles extraites à l’aide d’un procédé à l’alcool.

Bien que la quantité d'isoflavones varie sensiblement d'une source à l'autre, on peut estimer approximativement qu'une portion de soya contient de 30 mg à 40 mg d'isoflavones. Les autres aliments en contiennent beaucoup moins, de même que les produits du soya (fromage de soya, sauce tamari, crème glacée, burger ou saucisse de tofu).

L’apport alimentaire quotidien moyen en isoflavones se situe entre 11 mg et 50 mg et peut atteindre 100 mg dans les pays asiatiques9. Il est beaucoup faible dans les pays occidentaux, soit autour de 1 mg à 2 mg par jour2,10.

Pour avoir des renseignements sur la valeur nutritive complète du soya et les façons de l’apprêter, consulter notre fiche Soya dans la section nutrition.

Aliment

Quantité

Teneur en
isoflavones

Farine de soya

50 g

65 à 99 mg

Haricots de soya rôtis

50 g

64 mg

Concentré de protéines de soya (extraction à l’eau)

50 g

51 mg

Haricots de soya cuits

125 ml

47 mg*

Tempeh

100 g

43 mg

Tofu

100 g

22 à 30 mg

Boisson de soya

250 ml

20 mg*

Miso

25 g

10 mg

Concentré de protéines de soya (extraction à l’alcool)

50 g

6 mg

Source : USDA-Iowa State University Database on the Isoflavone Content of Foods, Release 1.3 – 199911.
*Source : The Linus Pauling Institute. Micronutrient Information Center, Soy isoflavones12.

Historique

Les premières observations au sujet de l'activité oestrogénique d'une plante ont été faites sur des brebis consommant du trèfle rouge, qui contient aussi des isoflavones, mais dans des proportions différentes de celles du soya.

Les premiers essais cliniques sur les isoflavones et les protéines de soya ont été publiés au début des années 1980. Depuis, les études se sont multipliées sous l'impulsion, notamment, du National Cancer Institute des États-Unis qui, en 1990, a alloué près de 3 millions $ à la recherche sur les effets anticancer des isoflavones.

En octobre 1999, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a autorisé l’industrie alimentaire à utiliser une allégation santé relative au soya. Celle-ci concerne la réduction des risques de maladies coronariennes associée à la consommation de 25 g de protéines de soya par jour, accompagnée d'un régime faible en gras. Seuls les aliments contenant au moins 6,25 g de protéines de soya par portion et qui sont faibles en gras, en gras saturés et en cholestérol, peuvent afficher cette allégation. Cette allégation n'est pas permise au Canada.

Recherches sur les isoflavones et les protéines de soya

 

Les études cliniques sur les isoflavones et les protéines de soya sont nombreuses. Cependant, les préparations et les dosages utilisés par les chercheurs varient beaucoup : protéines de soya, protéines à faible ou haute teneur en isoflavones, supplément d’isoflavone, etc. La durée des études et les caractéristiques des sujets ne sont pas toujours uniformes. Voilà pourquoi il est parfois difficile d’arriver à des conclusions fermes et définitives.

 

 

Les différences de capacité à produire de l’équol à partir de la daidzéine pourraient aussi expliquer les résultats divergents des études cliniques (voir la section Description)2-4,8.

 

Dans ieurs cas, un possible effet bénéfique des isoflavones et des protéines de soya a pu être masqué par un effet placebo important, un phénomène courant au cours des études sur les symptômes de la ménopause.

Efficace Réduction des taux de lipides sanguins et des risques de maladies cardiovasculaires associés. De très nombreuses études des effets d’une diète riche en soya sur la santé cardiovasculaire ont été effectuées depuis la fin des années 1960. Une première méta-analyse publiée en 1995 avait donné des résultats très encourageants, les auteurs ayant conclu que le remplacement des protéines animales par des protéines de soya réduisait de façon nette le taux de cholestérol (-13 %) et de triglycérides13.

Depuis, les études cliniques et les méta-analyses se sont multipliées. L’ensemble des résultats obtenus jusqu’à aujourd’hui indique que la consommation quotidienne d’au moins 25 g de protéines de soya diminue le taux de lipides sanguin et le risque de maladies cardiovasculaires qui y est associé. Les effets passent par une réduction des LDL (« mauvais cholestérol »)14,15,74-79 et des triglycérides 13,76,79,80. L’incidence des protéines de soya sur le cholestérol total n’est pas définitivement établie. Des résultats indiquent qu’elles le réduisent aussi76,78-80, d’autres non77. En ce qui concerne le taux des HDL (« bon cholestérol »), il n’est pas affecté77,78.

Les effets des protéines de soya augmentent avec la dose. Ils sont maximaux pour la santé cardiovasculaire lorsque le soya ou ses produits dérivés remplacent une alimentation riche en protéines animales, en gras saturé et en cholestérol14,16. En effet, ces produits sont riches en fibres, en vitamines et minéraux, tout en étant faibles en gras saturés et en cholestérol.

Les chercheurs se sont demandé quelle était la fraction active du soya sur les lipides sanguins : les protéines elles-mêmes ou les isoflavones qui les accompagnent? La question n’est pas encore réglée. Il existe ieurs études démontrant que les isoflavones n’ont pas d’effets sur le taux de lipides dans le sang14,16,18,19,81 et que la réduction des LDL peut être attribuable aux protéines du soya75. Toutefois, il n’est pas encore exclu que les isoflavones puissent jouer un rôle dans la réduction des risques cardiovasculaires : soit en réduisant directement ou indirectement les lipides sanguins20-23, soit en agissant sur d’autres facteurs de risque24 (glycémie et sur la résistance à l’insuline).

Efficacité possible Réduction du risque de cancer du sein et de cancer de la prostate. Des études épidémiologiques montrent que le taux de certains cancers, notamment ceux du sein43, 44, 66 et de la prostate82, est moins important dans les pays asiatiques, où les gens sont de grands consommateurs de produits dérivés du soya (environ 80 g à 160 g de produits dérivés du soya par jour, soit de 25 mg à 50 mg d’isoflavones).

Dans le cas du cancer du sein, la réduction du risque n’est significative que chez les femmes consommant de 20 mg d’isoflavones par jour83. D’autre part, l’efficacité des isoflavones serait influencée par : l’âge de la première exposition36, la durée de la consommation, la source alimentaire d’isoflavones, la capacité à produire de l’équol, le profil hormonal de la femme et la sensibilité de la tumeur aux oestrogènes36,84.

Concernant la réduction du risque du cancer de la prostate, l’effet, attribuable à la génistéine et la daidzéine85, dépend du type de produits consommés. Seuls les produits non fermentés, comme le tofu ou le lait de soya seraient efficaces85,86. Une synthèse conclue que les données sur l’effet protecteur de la génistéine sont suffisantes pour recommander la consommation de produits du soya42. Du côté du traitement de ce cancer, les données cliniques préliminaires sont encourageantes, mais encore insuffisantes pour conclure à l’efficacité des isoflavones du soya42,45,46.

Plusieurs s’inquiètent des effets oestrogéniques potentiels des isoflavones sur les personnes à risque de cancer hormonodépendant, notamment le cancer du sein (voir la section Précautions)70.

Selon une méta-analyse publiée en 2010, le soya réduirait les risques de cancer colorectal, mais uniquement chez les femmes87.

Efficacité incertaine Prévention de l'ostéoporose. Le rôle des isoflavones dans la prévention de l’ostéoporose est encore très controversé. Si les données épidémiologiques montrent une corrélation entre l’apport alimentaire en isoflavones et la densité osseuse25-27, l’effet bénéfique s’exercerait surtout au moment de la préménopause et peu après la ménopause. Les effets préventifs sur l’ostéoporose ne se feraient sentir qu’à partir de 90 mg d’isoflavones par jour29, 30, voire 120 mg88.

Toutefois, ces données ne font pas l’unanimité. La variabilité des protocoles de recherche, du nombre de sujets et de la durée des études rend difficile l’interprétation des résultats15, 18. D’autre part, la réduction de la perte de densité osseuse ne serait pas propre aux isoflavones puisqu’elle peut être obtenue avec n’importe quel supplément en protéines89. Enfin, 3 études cliniques90-92 et 1 méta-analyse totalisant 896 femmes93 concluent à l’absence totale d’effet des isoflavones pour la prévention de l’ostéoporose.

Si la capacité à produire de l’équol (voir la section « Description ») a été émise pour expliquer la divergence des résultats32, 33, elle a été rapidement réfutée. En effet, aucun effet bénéfique d’une alimentation riche en isoflavones (110 mg/jour en moyenne) n’a été confirmé chez des femmes ménopausées qui produisaient de l’équol34.

Note. L’ipriflavone, une isoflavone de synthèse, a donné des résultats concluants au chapitre du traitement de l’ostéoporose. Voir notre fiche pour en savoir à ce sujet.

Efficacité incertaine Réduction des bouffées de chaleur de la ménopause. À cause de leur léger effet oestrogénique et des effets indésirables des hormones de synthèse, les protéines de soya et les isoflavones ont suscité beaucoup d’intérêt pour le traitement des symptômes de la ménopause.

Les études sur la réduction des bouffées de chaleur par les isoflavones arrivent à des conclusions contradictoires. Selon certaines d’entre elles, les isoflavones (à partir de 30 mg/jour), en particulier la génistéine (à partir 15 mg/jour), réduiraient la fréquence des bouffées de chaleur39,40,41,94,95.

À l’opposé, une analyse de 30 études cliniques sur les phytoestrogènes, dont 18 sur les protéines et les isoflavones de soya38 montre que les phytoestrogènes, qu’ils proviennent d’une alimentation riche en soya, d’extraits de soya ou de trèfle rouge, ne réduisent ni la fréquence ni l’intensité des bouffées de chaleur.

Plus récemment, une recension systématique des publications scientifiques est arrivée à la conclusion qu’il n’existe aucune preuve définitive d’un effet des isoflavones sur la réduction des bouffées de chaleur, compte tenu de la disparité des protocoles utilisés et des résultats obtenus96.

Note. Les isoflavones ne sont pas efficaces pour réduire les bouffées de chaleur chez les femmes ayant déjà souffert d’un cancer du sein (voir ci-dessous).

Les isoflavones auraient aussi des effets sur d’autres symptômes de la ménopause. Ainsi, 38 femmes ont noté une amélioration de leur qualité de vie, autant d’un point de vue physique, psychique que sexuel, après avoir consommé quotidiennement, pendant 12 semaines, 20 g de protéines de soya contenant 160 mg d’isoflavones95. Une amélioration de l’humeur a aussi été mesurée chez des Japonaises recevant un supplément d’équol pour compenser leur absence de production naturelle97. Cette variabilité individuelle dans la production d’équol pourrait d’ailleurs expliquer la disparité de l’ensemble des effets des isoflavones.

Efficacité incertaine Amélioration des fonctions cognitives. Huit études cliniques ont mesuré les effets des isoflavones du soya (de 60 mg à 160 mg par jour) sur les fonctions cognitives des femmes ménopausées (mémoire visuelle et verbale, attention, etc.). La moitié des essais a donné des résultats positifs, mais modestes47-50, et les 4 autres n’ont pas été concluants51-53,95. Par ailleurs, une étude épidémiologique menée auprès de femmes asiatiques n’a rapporté aucun lien entre une alimentation riche en génistéine et la performance cognitive.

Les auteurs d’une synthèse récente soulignent que les futures études sur le sujet devraient être uniformisées (dose et composition, participantes, durée de l’intervention, etc.) afin de pouvoir tracer un portrait clair de l’efficacité des isoflavones sur les fonctions cognitives54.

Efficacité incertaine Contrôle du poids. Des essais sur les animaux et quelques essais préliminaires sur les humains indiquent que la consommation de soya ou de protéines de soya pourrait être utile pour perdre du poids, dans le cadre d’un régime faible en calories55. Les effets seraient attribuables aux isoflavones, et en particulier à la génistéine98. Des études approfondies chez l’être humain sont cependant nécessaires avant de conclure définitivement99.

Inefficace Bouffées de chaleur après un cancer du sein. Quatre études portant en tout sur 375 femmes ayant eu un cancer du sein ont conclu que la consommation d'isoflavones n’avait pas été efficace qu'un placebo pour soulager leurs bouffées de chaleur55-58.

Précautions

 

Isoflavones et cancer du sein

 

 

Est-ce que les femmes ayant souffert d’un cancer du sein ou à risque peuvent consommer des isoflavones? Quelques données in vitro et sur des animaux indiquent que les isoflavones peuvent contribuer à la formation de tumeurs hormonodépendantes ou, au contraire, à réduire la prolifération des cellules cancéreuses.

 

 

Au cours d’une étude récente, la prise de 200 mg d’isoflavones par jour, durant 2 semaines, n’a pas eu d’influence néfaste sur la prolifération des cellules cancéreuses prélevées sur les tumeurs de femmes souffrant d’un cancer du sein39. Il s’agit cependant de données à court terme.

 

 

Le débat reste donc ouvert59,60,71, mais une consommation alimentaire modérée de soya ne présenterait pas de danger pour les femmes à risque de cancer du sein ou y ayant survécu43,67,100. En revanche, une consommation élevée de suppléments alimentaires d’isoflavones est à éviter chez les femmes à risque100.

 

Isoflavones et cancer de l’endomètre

Dans la majorité des études qui ont mesuré l’effet des isoflavones du soya sur l’endomètre, celles-ci n’ont pas stimulé la croissance des cellules (hyperplasie) de cette muqueuse de l’utérus19. Il ressort d’une méta-analyse qu’ils pourraient même avoir un effet protecteur contre les cancers dits gynécologiques (cancer de l’endomètre et de l’ovaire101.

Il faut toutefois rester prudent, car une étude de 5 ans, auprès de 298 femmes ménopausées et en bonne santé, montre un nombre d’hyperplasies de l’endomètre un peu important chez les femmes qui consomment des isoflavones. Aucun cas de cancer de l’endomètre n’a été constaté au cours de cette étude61.

Attention

  • L'innocuité à long terme des concentrés d'isoflavones vendus sous forme d'extraits de soya n'est pas connue. Cependant, jusqu'à présent, on n'a pas relié de problèmes à une consommation élevée d'isoflavones de source alimentaire. Au cours des recherches, l’apport quotidien pouvait atteindre 110 mg.
  • Les produits du soya peuvent légèrement influer sur la fonction thyroïdienne, surtout chez les personnes carencées en iode62. Les personnes sous médication thyroïdienne devraient consulter leur médecin avant d'ajouter de grandes quantités de soya à leur alimentation ou de prendre de hautes doses de suppléments d’isoflavones.

Contre-indications

  • On déconseille aux femmes enceintes de consommer des suppléments d'isoflavones.

Effets indésirables

  • Au cours des nombreuses études, seuls des effets indésirables bénins ont été observés : constipation, ballonnements, nausées. Même constatation au cours d’un essai récent où 30 femmes ménopausées en bonne santé ont pris, durant 84 jours, une très haute dose d’isoflavones sous forme de supplément, soit 900 mg par jour73. Les nombreuses mesures effectuées par les chercheurs indiquent que cette haute dose n’a pas eu d’effet oestrogénique ou cancérigène.
  • Certaines personnes sont allergiques au soya et réagissent par de la rougeur et des démangeaisons. D'autres voient leurs symptômes d'asthme se déclencher lorsqu'ils respirent de la poussière de soya ou qu’ils sont en avec la gousse.

Interactions

Avec des suppléments

  • Aucune connue.

Avec des médicaments

  • Hormones thyroïdiennes. Pris simultanément, le soya peut réduire l'absorption de ces médicaments63. Il est donc préférable de ne pas consommer de soya dans les 3 heures avant ou après la prise d'une médication thyroïdienne.
  • Tamoxifène et raloxifène. Étant donné les effets oestrogéniques du soya, certains s'inquiètent de la possibilité qu'il interfère avec ces médicaments qu'on utilise pour traiter l'ostéoporose ou le cancer chez les femmes. Une synthèse d'études in vitro et sur des animaux indique que, à petites doses, les isoflavones de soya pourraient contrer les effets antitumoraux du tamoxifène. Paradoxalement, à hautes doses, ces isoflavones rehaussent les effets du tamoxifène in vitro64. Au cours d'une étude croisée ayant porté sur 149 femmes atteintes d'un cancer, aucune interaction indésirable n'a résulté d'un usage simultané de tamoxifène ou de raloxifène et d'un supplément d'isoflavones de soya (50 mg par jour, durant 4 semaines)55.
  • Antibiotiques. Ces médicaments pourraient réduire la capacité de la flore intestinale à convertir les isoflavones en composés actifs (équol).

Sur les tablettes

  • En 2005, le laboratoire indépendant américain ConsumerLab.com a analysé le contenu en isoflavones de 12 suppléments à base de soya. Un des produits ne contenait que la moitié de la quantité annoncée sur son étiquette, tandis qu’un autre n’en renfermait que 59 %. Par ailleurs, un supplément contenant des isoflavones de soya et du trèfle rouge ne se désagrégeait pas correctement, ce qui peut entraîner une mauvaise assimilation de certains ingrédients45.

 

Réviseur :
Stéphane Bastianetto, Ph. D, fondateur de .

Recherche et rédaction : PasseportSante.net

Mise à jour : mai 2010

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l'information désirée.

Bibliographie

Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA). Sécurité et bénéfices des phyto-estrogènes apportés par l’alimentation – Recommandations (rapport complet de 370 pages), mars 2005. [Consulté le 20 avril 2010] ww.academie-medecine.fr
Agency for Healthcare Research and Quality. Evidence Report/Technology Assessment number 126. Effect of Soy on Health Outcomes, 2005. [Consulté le 20 avril 2010] www.ahrq.gov
ConsumerLab.com. Product Review: Supplements for Menopausal Symptoms (Soy and Red Clover Isoflavones, Black Cohosh, and Progesterone Cream), 2005. [Consulté le 20 avril 2010] www.consumerlab.com
Harkness Richard, Bratman Steven. Handbook of Drug-Herb and Drug-Supplement Interactions, Mosby, Elsevier Science, État-Unis, 2003.
National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 15 avril 2010]. www.ncbi.nlm.nih.gov
Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements - Soy, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 15 avril 2010]. www.naturalstandard.com
Pizzorno JE Jr, Murray Michael T (Ed). Textbook of Natural Medicine, Churchill Livingstone, États-Unis, troisième édition, 2006, pages 1890 à 1892.
The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements – Isoflavones, ConsumerLab.com. [Consulté le 20 avril 2010]. www.consumerlab.com
USDA-Iowa State University Database on the Isoflavone Content of Foods, Release 1.3 – 1999. [Consulté le 20 avril 2010] www.nal.usda.gov

Notes

1. Hwang CS, Kwak HS, et al. . J Steroid Biochem Mol Biol. 2006 Nov;101(4-5):246-253.
2. Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA). Sécurité et bénéfices des phyto-estrogènes apportés par l’alimentation – Recommandations (rapport complet de 370 pages), mars 2005. [Consulté le 20 avril 2010] www.academie-medecine.fr
3. Song KB, Atkinson C, et al. . J Nutr. 2006 May;136(5):1347-51.
4. Setchell KD, Brown NM, Lydeking-Olsen E. . J Nutr. 2002;132(12):3577-3584. Texte intégral : http://jn.nutrition.org
5. Setchell KD, Cole SJ. . J Nutr. 2006 Aug;136(8):2188-93.
6. Niculescu MD, Pop EA, et al. . J Nutr Biochem. 2006 Sep 7.
7. Meyer BJ, Larkin TA, et al.. Ann Nutr Metab. 2004;48(2):67-78.
8. Yuan JP, Wang JH, Liu X. . Mol Nutr Food Res. 2007 Jul;51(7):765-81. Review.
9. Messina M, Nagata C, Wu AH. . Nutr Cancer. 2006;55(1):1-12.
10. de Kleijn MJ, van der Schouw YT, et al. . J Nutr. 2001;131(6):1826-1832. Texte intégral : jn.nutrition.org
11. USDA-Iowa State University Database on the Isoflavone Content of Foods, Release 1.3 – 1999. [Consulté le 20 avril 2010] www.nal.usda.gov
12. The Linus Pauling Institute. Micronutrient Information Center, Soy isoflavones. [Consulté le 16 mai 2008] lpi.oregonstate.edu
13. Anderson JW, Johnstone BM, Cook-Newell ME. . N Engl J Med. 1995;333(5):276-282. Texte intégral : content.nejm.org
14. Reynolds K, Chin A, et al. . Am J Cardiol. 2006 Sep 1;98(5):633-40.
15. Balk E, Chung M, et al. . Evid Rep Technol Assess (Summ). 2005 Aug;(126):1-8. Review. Texte intégral : www.ahrq.gov
16. Sacks FM, Lichtenstein A, et al. . Arterioscler Thromb Vasc Biol. 2006 Aug;26(8):1689-92. Review. Texte integral : http://atvb.ahajournals.org
17. Dewell A, Hollenbeck PL, Hollenbeck CB. . J Clin Endocrinol Metab. 2006 Mar;91(3):772-80. Review.
18. Weggemans RM, Trautwein EA. . Eur J Clin Nutr. 2003 Aug;57(8):940-6.
19. Geller SE, Studee L. . Climacteric. 2006 Aug;9(4):245-63. Review. Texte intégral : www.pubmedcentral.nih.gov
20. . Am J Clin Nutr. 2005 Feb;81(2):397-408. Texte intégral : www.ajcn.org
21. Taku K, Umegaki K, et al. . Am J Clin Nutr. 2007 Apr;85(4):1148-56. Erratum in: Am J Clin Nutr. 2007 Sep;86(3):809. Texte integral : www.ajcn.org
22. Fuchs D, Vafeiadou K, et al. . Am J Clin Nutr. 2007 Nov;86(5):1369-75.
23. Clerici C, Setchell KD, et al. . J Nutr. 2007 Oct;137(10):2270-8.
24. Atteritano M, Marini H, et al. . J Clin Endocrinol Metab. 2007 Aug;92(8):3068-75.
25. Setchell KD, Lydeking-Olsen E. Am J Clin Nutr. 2003 Sep;78(3 Suppl):593S-609S. Review. Texte intégral : http://www.ajcn.org
26. Reinwald S, Weaver CM. J Nat Prod. 2006 Mar;69(3):450-9. Review.
27. Messina M, Ho S, Alekel DL. . Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2004 Nov;7(6):649-58. Review.
28. Whelan AM, Jurgens TM, Bowles SK. . Ann Pharmacother. 2006 May;40(5):836-49. Review.
29. Ma DF, Qin LQ, et al. . Clin Nutr. 2008 Feb;27(1):57-64.
30. Ma DF, Qin LQ, et al. Eur J Clin Nutr 2008 Feb;62(2):155-61.
32. Vatanparast H, Chilibeck PD. Nutr Rev. 2007 Jun;65(6 Pt 1):294-9. Review.
33. Wu J, Oka J, et al. . Menopause. 2007 Sep-Oct;14(5):866-74.
34. Brink E, Coxam V, et al; PHYTOS Investigators. . Am J Clin Nutr. 2008 Mar;87(3):761-70.
36. Tempfer CB, Bentz EK, et al. . Fertil Steril. 2007 Jun;87(6):1243-9.
Treatment of menopause-associated vasomotor symptoms: position statement of 37. 37. The North American Menopause Society (2004). [Document consulté le 20 avril 2010] www.menopause.org.
38. Lethaby AE, Brown J, et al. . Cochrane Database Syst Rev. 2007 Oct 17;(4):CD001395. Review.
39. Jou HJ, Wu SC, et al. . Int J Gynaecol Obstet. 2008 Apr 8.
40. D'Anna R, Cannata ML, et al. . Menopause. 2007 Jul-Aug;14(4):648-55.
41. Williamson-Hughes PS, Flickinger BD, et al. . Menopause. 2006 Sep-Oct;13(5):831-9. Review.
42. Perabo FG, Von Löw EC, et al. . Prostate Cancer Prostatic Dis. 2008;11(1):6-12. Review.
43. Trock BJ, Hilakivi-Clarke L, Clarke R. . J Natl Cancer Inst. 2006 Apr 5;98(7):459-71. Texte intégral : jnci.oxfordjournals.org
44. Qin LQ, Xu JY, et al. . J Nutr Sci Vitaminol (Tokyo). 2006 Dec;52(6):428-36. Texte intégral : www.jstage.jst.go.jp
45. Vaishampayan U, Hussain M, et al. . Nutr Cancer. 2007;59(1):1-7.
46. Hamilton-Reeves JM, Rebello SA, et al. . J Nutr. 2007 Oct;137(10):2258-63.
47. Duffy R, Wiseman H, File SE. . Pharmacol Biochem Behav. 2003;75:721–729.
48. Kritz-Silverstein D, Von Muhlen D, et al. . Menopause. 2003;10:196–202.
49. File SE, Hartley DE, et al. . Menopause. 2005;12:193–201.
50. Casini ML, Marelli G, et al. . Fertil Steril. 2006 Apr;85(4):972-8.
51. Kreijkamp-Kaspers S, Kok L, et al. . JAMA. 2004 Jul 7;292(1):65-74. Texte intégral : http://jama.ama-assn.org
52. Fournier LR, Ryan Borchers TA, et al. . J Nutr Health Aging. 2007 Mar-Apr;11(2):155-64.
53. Ho SC, Chan AS, et al. . Menopause. 2007 May-Jun;14(3 Pt 1):489-99.
54. Zhao L, Brinton RD. . Expert Rev Neurother. 2007 Nov;7(11):1549-64. Review.
55. Velasquez MT, Bhathena SJ. . Int J Med Sci. 2007 Feb 26;4(2):72-82. Review.Texte intégral : www.medsci.org
55. Quella SK, Loprinzi CL, et al. . J Clin Oncol. 2000 Mar;18(5):1068-74.
56. Van Patten CL, Olivotto IA, et al. . J Clin Oncol. 2002 Mar 15;20(6):1449-55.
57. Nikander E, Kilkkinen A, et al. . Obstet Gynecol. 2003 Jun;101(6):1213-20.
58. MacGregor CA, Canney PA, et al. . Eur J Cancer. 2005 Mar;41(5):708-14.
59. Messina M, McCaskill-Stevens W, Lampe JW. . J Natl Cancer Inst. 2006 Sep 20;98(18):1275-84. Review.
60. Martinez ME, Thomson CA, Smith-Warner SA. . J Natl Cancer Inst. 2006 Apr 5;98(7):430-1. Texte intégral : http://jncicancerspectrum.oxfordjournals.org
61. Unfer V, Casini ML, et al. . Fertil Steril. 2004 Jul;82(1):145-8, quiz 265.
62. Messina M, Redmond G. . Thyroid. 2006 Mar;16(3):249-58. Review.
63. Bell DS, Ovalle F. . Endocr Pract. 2001;7(3):193-194.
64. de Lemos ML.Ann Pharmacother 2001 Sep;35(9):1118-21.
65. ConsumerLab.com. Product Review: Supplements for Menopausal Symptoms (Soy and Red Clover Isoflavones, Black Cohosh, and Progesterone Cream), 2005. [Consulté le 20 avril 2010] www.consumerlab.com
66. Wu AH, Yu MC, et al. . Br J Cancer. 2008 Jan 15;98(1):9-14. Review.
67. Duffy C, Perez K, Partridge A. . CA Cancer J Clin. 2007 Sep-Oct;57(5):260-77. Review. Texte intégral : caonline.amcancersoc.org
68. Banerjee S, Li Y, et al. . Cancer Lett. 2008 May 18.
70. Mense SM, Hei TK, et al. . Environ Health Perspect. 2008 Apr;116(4):426-33. Texte intégral : www.pubmedcentral.nih.gov
71. Rice S, Whitehead SA. Endocr Relat Cancer. 2006 Dec;13(4):995-1015. Review. Texte intégral : erc.endocrinology-journals.org
72. Huang MH, Luetters C, et al. . Menopause. 2006 Jul-Aug;13(4):621-30.
73. Pop EA, Fischer LM, et al. Menopause. 2008 Apr 28.
74. . Harland JI, Haffner TA. Atherosclerosis. 2008 Sep;200(1):13-27. Epub 2008 Apr 15. Review.
75. . Hooper L, Kroon PA, et al. Am J Clin Nutr. 2008 Jul;88(1):38-50
76. . Rideout TC, Chan YM, et al. Lipids Health Dis. 2009 Oct 20;8:45.
77. . Pipe EA, Gobert CP, et al. J Nutr. 2009 Sep;139(9):1700-6.
78. . Weidner C, Krempf M, et al. Lipids Health Dis. 2008 Oct 6;7:35.
79. . Shidfar F, Ehramphosh E, et al. Int J Food Sci Nutr. 2009 May;60(3):195-205
80. . Thorp AA, Howe PR, et al. Am J Clin Nutr. 2008 Aug;88(2):298-304.
81. . Rios DR, Rodrigues ET, et al. Nutrition. 2008 Nov-Dec;24(11-12):1153-8.
82. . Jian L. Mol Nutr Food Res. 2009 Feb;53(2):217-26. Review
83. . Wu AH, Yu MC, et al. Br J Cancer. 2008 Jan 15;98(1):9-14. Epub 2008 Jan 8. Review.
84. . Nagata C. J Epidemiol. 2010 Mar 5;20(2):83-9. Epub 2010 Feb 20. Review.
85. . Hwang YW, Kim SY, et al. Nutr Cancer. 2009;61(5):598-606.
86. . Yan L, Spitznagel EL. Am J Clin Nutr. 2009 Apr;89(4):1155-63. Epub 2009 Feb 11.
87. . Yan L, Spitznagel EL, Bosland MC. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2010 Jan;19(1):148-58.
88. . Wong WW, Lewis RD, et al. Am J Clin Nutr. 2009 Nov;90(5):1433-9. Epub 2009 Sep 16.
89. . Darling AL, Millward DJ, et al. Am J Clin Nutr. 2009 Dec;90(6):1674-92. Epub 2009 Nov 4. Review.
90. . Kenny AM, Mangano KM, et al. Am J Clin Nutr. 2009 Jul;90(1):234-42. Epub 2009 May 27.
91. . Vupadhyayula PM, Gallagher JC, et al. Menopause. 2009 Mar-Apr;16(2):320-8.
92. . Alekel DL, Van Loan MD, et al. Am J Clin Nutr. 2010 Jan;91(1):218-30. Epub 2009 Nov 11.
93. . Liu J, Ho SC, et al. Bone. 2009 May;44(5):948-53. Epub 2009 Jan 3.
94. . Kurzer MS. Inflammopharmacology. 2008 Oct;16(5):227-9. Review.
95. . Basaria S, Wisniewski A, et al. J Endocrinol Invest. 2009 Feb;32(2):150-5.
96. . Jacobs A, Wegewitz U, Sommerfeld C, Grossklaus R, Lampen A. Mol Nutr Food Res. 2009 Sep;53(9):1084-97. Review.
97. . Ishiwata N, Melby MK, et al. Menopause. 2009 Jan-Feb;16(1):141-8.
98. . Ørgaard A, Jensen L. Exp Biol Med (Maywood). 2008 Sep;233(9):1066-80. Epub 2008 Jun 5. Review.
99. The potential role of soyfoods in weight and adiposity reduction: an evidence-based review. Cope MB, Erdman JW Jr, Allison DB. Obes Rev. 2008 May;9(3):219-35. Review.
100. . Enderlin CA, Coleman EA, et al. Oncol Nurs Forum. 2009 Sep;36(5):531-9.
101. . Myung SK, Ju W, et al; Korean Meta-Analysis (KORMA) Study Group. BJOG. 2009 Dec;116(13):1697-705. Epub 2009 Sep 19. Review.


suivez-nous sur

consultez d’abord un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé. En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

La reproduction totale ou partielle des textes, images, extraits vidéo et audio de Ninjagames.info, sur quelque support que ce soit, de même que l’utilisation du nom de Ninjagames.info ou toute allusion à Ninjagames.info à des fins publicitaires sont formellement interdites sous peine de poursuites.


Reproduction et droit d'auteur © 1998-2018 Oxygem - Conditions d'utilisation - Charte de confidentialité