Acide alpha-lipoïque

Acide alpha-lipoïque


 

Autres noms : AAL, acide lipoïque, acide dihydrolipoïque, acide thioctique

 

Cette fiche porte sur l’usage de l’acide alpha-lipoïque (AAL) sous forme de suppléments à prendre par voie orale. Par voie intraveineuse et sous suivi médical, cette substance est utilisée en Europe. En Amérique du Nord, elle ne fait pas partie des protocoles médicaux autorisés.

 

Indications de l'acide alpha-lipoïque

Efficacité possible

Soulager les symptômes de la neuropathie diabétique.

Voir la légende des symboles

Efficacité incertaine

Soulager les symptômes du syndrome de la bouche brûlante.

Posologie de l'acide alpha-lipoïque

Complications du diabète

Prendre de 100 mg à 200 mg d’AAL, 3 fois par jour, permettrait de réduire les symptômes de la neuropathie diabétique, selon des études cliniques. Consulter la section « Recherches » ci-dessous pour en savoir davantage.

Description de l'acide alpha-lipoïque

L’acide alpha-lipoïque (AAL) est un acide soufré présent dans toutes les cellules du corps. Il joue un rôle clé dans la production de l’énergie dont l’organisme a besoin pour bien fonctionner. Le corps produit naturellement de l’AAL, en infimes quantités.

L’acide alpha-lipoïque existe sous deux formes. La forme R est produite naturellement par l’organisme, tandis que la S est obtenue artificiellement et serait moins active.

Doté d’un important pouvoir antioxydant, l’AAL a l’avantage d’être soluble dans l’eau (hydrosoluble) et dans les graisses (liposoluble), ce qui lui permet de neutraliser ieurs types de radicaux libres, puisqu’il peut agir dans ces deux milieux. C’est pour cette raison qu’il est parfois qualifié d’antioxydant universel. L’AAL a aussi la propriété de recycler partiellement d’autres antioxydants, notamment la vitamine E, la vitamine C et le glutathion, ce qui augmente ainsi leur durée de vie et leur efficacité. Il a aussi la capacité de piéger les métaux toxiques, comme l’arsenic, le cadmium et le mercure.

Un organisme en bonne santé produit de l’AAL en quantité suffisante. Cependant, il semble qu’en cas de diabète, de cirrhose du foie ou de maladie du coeur, le taux d’AAL diminue.

Les abats, en particulier le foie, certains légumes verts (épinard, brocoli) et la levure contiennent de l’acide alpha-lipoïque. Mais pour obtenir un effet thérapeutique, il faut avoir recours à des suppléments d’AAL.

Historique de l'acide alpha-lipoïque

Découvert dans les années 1930, l’acide alpha-lipoïque a d’abord été considéré comme étant une vitamine. Cependant, lorsqu’on s’est aperçu que le corps humain pouvait synthétiser l’AAL, cette appellation lui a été enlevée. Il a été officiellement nommé « acide alpha-lipoïque » en 1957.

En Allemagne, l’AAL est utilisé pour prévenir et traiter la neuropathie diabétique par voie intraveineuse et par voie orale. Il a aussi servi à traiter les empoisonnements aux champignons et certains troubles hépatiques liés à l’alcoolisme, mais ces utilisations ont été abandonnées, car elles ne se sont pas révélées efficaces au cours d’un essai clinique contrôlé.

Recherches sur l'acide alpha-lipoïque

 

Note. La neuropathie diabétique demande un diagnostic et un suivi médical.

 

Efficacité possible Neuropathie diabétique. En Allemagne, l’AAL est un médicament prescrit sur ordonnance pour le traitement de la neuropathie diabétique. Dans ce pays, il est souvent administré par voie intraveineuse (non offert en Amérique du Nord) : ieurs essais cliniques (1 258 sujets en tout) ont prouvé son efficacité sous cette forme, selon une méta-analyse publiée en 20041.

Par voie orale, l’efficacité de l’acide alpha-lipoïque reste à confirmer, mais ieurs études donnent des résultats prometteurs2-6. La dernière en date indique qu’une dose de 600 mg par jour permet d’atténuer les symptômes de la neuropathie diabétique, tout en limitant les nausées et les vomissements que peuvent provoquer de fortes doses d’AAL7.

Un essai clinique sur 4 années effectué en Amérique du Nord et en Europe (NATHAN I) s’est terminé à la fin de l’année 2009. Il permettra d’évaluer l’efficacité à long terme de l’AAL (prise orale) pour ralentir la progression la polyneuropathie diabétique8.

Fait à noter : les bienfaits de l’AAL pour les personnes souffrant de diabète de type 2 ne se limiteraient pas à la neuropathie. L’acide alpha-lipoïque améliorerait également la circulation sanguine périphérique9, 10 et pourrait réduire la résistance à l’insuline. Cependant, la voie intraveineuse semble davantage efficace dans ce cas que la voie orale11, 12.

Efficacité incertaine Syndrome de la bouche brûlante. Comme les symptômes de cette affection (sensations de brûlure et de démangeaisons à la bouche) ressemblent à ceux d’une neuropathie, un chercheur italien a testé l’AAL avec succès au cours d’essais préliminaires, à raison de 600 mg par jour13-17. Il existe peu de traitements pour ce syndrome et l’AAL semble le prometteur, selon une méta-analyse publiée en 200518. Toutefois, aucune étude publiée depuis 2005 n’a pu mettre en évidence son efficacité19-21.

Divers. Les résultats d’essais préliminaires indiquent que l’AAL pourrait être utile en cas de glaucome22, de perte de l’odorat23 ou de perte du goût24, ainsi que pour prévenir la migraine25 et réduire le vieillissement de la peau attribuable à une exposition au soleil (usage externe d’une crème contenant 5 % d’AAL)26.

Précautions avec l'acide alpha-lipoïque

Attention

  • Comme l’acide alpha-lipoïque peut réduire la résistance à l’insuline et la glycémie, il est nécessaire de surveiller attentivement sa glycémie et d’avertir son médecin, afin qu’il adapte la posologie des médicaments hypoglycémiants classiques, si nécessaire.
  • L’innocuité de l’AAL n’est pas établie chez les enfants, les femmes enceintes et celles qui allaitent, ainsi que chez les personnes souffrant de maladies du foie ou des reins.
  • Il est recommandé aux personnes qui prennent de l’AAL de surveiller leur taux de fer, car l’AAL peut piéger le fer (effet chélateur)27.

Contre-indication

  • Aucune contre-indication connue à ce jour.

Effets indésirables

  • L’acide alpha-lipoïque provoque peu d’effets indésirables, même à long terme, et ils sont bénins. Des doses supérieures à 600 mg par jour peuvent entraîner des maux de tête, des éruptions cutanées, des nausées et des vomissements.

Interactions de l'acide alpha-lipoïque

Avec des plantes ou des suppléments

  • Aucune interaction connue à ce jour.

Avec des médicaments

  • Prévoir une période de deux heures entre la prise d’antiacides et d’AAL, en raison de l’effet chélateur de ce dernier27.

L'avis de notre pharmacien

Les produits naturels ont-ils leur place dans le traitement du diabète? par Jean-Yves Dionne

En vente libre

Les suppléments d’acide alpha-lipoïque sont vendus sous forme de gélules contenant de 50 mg à 300 mg d’un mélange des deux formes d’AAL (consulter la section « Description » de la fiche).

Réviseur : Guy Rousseau, PhD, professeur agrégé, Département de pharmacologie, Université de Montréal (juillet 2010)

Recherche et rédaction : PasseportSanté.net

Mise à jour : août 2010

 

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Bibliographie

Lands Lark. Nutrient Therapy for Neuropathy. 2005. [Consulté le 13 juillet 2010]. www.larrylands.com
National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 13 juillet 2010]. www.ncbi.nlm.nih.gov
Natural Standard (Ed). Foods, Herbs & Supplements – Alpha-lipoic acid, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 13 juillet 2010]. www.naturalstandard.com
The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements – Alpha-Lipoic Acid, ConsumerLab.com. [Consulté le 14 juilet 2010]. www.consumerlab.com
The Linus Pauling Institute. Micronutrient Information Center, Lipoic Acid. [Consulté le 13 juillet 2010] http://lpi.oregonstate.edu

Notes

1. Ziegler D, Nowak H, et al. . Diabet Med. 2004 Feb; 21(2):114-21.
2. Ruhnau KJ, Meissner HP, et al. . Diabet Med, 1999 Dec; 16(12):1040-3.
3. Reljanovic M, Reichel G, et al. Free Radic Res. 1999 Sep; 31(3):171-9.
4. Ziegler D, Hanefeld M, et al.. Diabetes Care. 1999; 22:1296-1301. Texte intégral : http://care.diabetesjournals.org
5. Hahm JR, Kim BJ, Kim KW. . J Diabetes Complications. 2004 Mar-Apr; 18(2):79-85.
6. Ziegler D, Gries FA. . Diabetes. 1997; 46(suppl 2):S62–S66.
7. . Ziegler D, Ametov A, Barinov A, Dyck PJ, Gurieva I, Low PA, Munzel U, Yakhno N, Raz I, Novosadova M, Maus J, Samigullin R. Diabetes Care. 2006 Nov; 29(11):2365-70.
8. Ziegler D. . Treat Endocrinol. 2004; 3(3):173-89. Review.
9. . Xiang GD, Sun HL, Zhao LS, Hou J, Yue L, Xu L. Clin Endocrinol (Oxf). 2008 May; 68(5):716-23. Epub 2007 Dec 7.
10. . Heinisch BB, Francesconi M, Mittermayer F, Schaller G, Gouya G, Wolzt M, Pleiner J. Eur J Clin Invest. 2010 Feb; 40(2):148-54. Epub 2009 Dec 27.
11. Jacob S, Ruus P, et al. . Free Radic Biol Med, 1999 Aug; 27(3-4):309-14.
12. Evans JL, Goldfine ID. . Diabetes Technol Ther, 2000 Autumn; 2(3):401-13.
13. Femiano F, Gombos F, et al. . Oral Dis. 2000 Sep; 6(5):274-7.
14. Femiano F. . Minerva Stomatol. 2002 Sep; 51(9):405-9.
15. Femiano F, Scully C. . J Oral Pathol Med. 2002 May; 31(5):267-9.
16. Femiano F, Gombos F, Scully C. . Med Oral. 2004 Jan-Feb; 9(1):8-13. English, Spanish. Texte intégral : www.medicinaoral.com
17. Femiano F, Gombos F, Scully C. . J Eur Acad Dermatol Venereol. 2004 Nov; 18(6):676-8.
18. Zakrzewska JM, Foell H, Glenny AM. . Cochrane Database Syst Rev. 2005 Jan 25;(1):CD002779. Review.
19. . López-Jornet P, Camacho-Alonso F, Leon-Espinosa S. J Oral Rehabil. 2009 Jan; 36(1):52-7. Epub 2008 Oct 18.
20. . Carbone M, Pentenero M, Carrozzo M, Ippolito A, Gandolfo S. Eur J Pain. 2009 May; 13(5):492-6. Epub 2008 Dec 9.
21. . Cavalcanti DR, da Silveira FR. J Oral Pathol Med. 2009 Mar; 38(3):254-61. Epub 2009 Jan 23.
22. Filina AA, Davydova NG, et al. . 1995; 111:6–8.
23. Hummel T, Heilmann S, Huttenbriuk KB. . Laryngoscope. 2002 Nov; 112(11):2076-80.
24. Femiano F, Scully C, Gombos F. . Int J Oral Maxillofac Surg. 2002 Dec; 31(6):625-8.
25. . Magis D, Ambrosini A, Sándor P, Jacquy J, Laloux P, Schoenen J. Headache. 2007 Jan; 47(1):52-7.
26. Beitner H. . Br J Dermatol. 2003 Oct; 149(4):841-9.
27. Halat KM, Dennehy CE . . J Am Board Fam Pract. 2003 Jan-Feb; 16(1):47-57. Texte intégral : www.jabfp.org


suivez-nous sur

consultez d’abord un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé. En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

La reproduction totale ou partielle des textes, images, extraits vidéo et audio de Ninjagames.info, sur quelque support que ce soit, de même que l’utilisation du nom de Ninjagames.info ou toute allusion à Ninjagames.info à des fins publicitaires sont formellement interdites sous peine de poursuites.


Reproduction et droit d'auteur © 1998-2018 Oxygem - Conditions d'utilisation - Charte de confidentialité