Définition de l'ablation de la prostate

examen-ablation-prostate

L’ablation de la prostate (ou prostatectomie radicale) est une intervention chirurgicale qui consiste à retirer la prostate et certains tissus avoisinants (les vésicules séminales, la région où la prostate rejoint la vessie, la partie de l’urètre qui traverse la prostate et les ganglions lymphatiques pelviens).

La prostate est une glande de l’appareil génital masculin située sous la vessie et devant le rectum. Son rôle est de sécréter et stocker le liquide séminal (fluide composant la majorité du sperme et chargé notamment de nourrir et de véhiculer les spermatozoïdes lors d’un rapport sexuel).

L’ablation de la prostate est pratiquée en cas de cancer de la prostate.

Les techniques d'ablation de la prostate

Il existe ieurs techniques chirurgicales pour pratiquer une ablation de la prostate, en fonction du type de tumeur et du type d’incision pratiquée par le chirurgien:

  • prostatectomie par voie rétropubienne : l’incision est pratiquée dans la partie inférieure de l’abdomen. C’est la technique la utilisée, car elle permet de bien voir la prostate et les vésicules séminales.
  • prostatectomie par voie périnéale : l’incision se réalise entre le scrotum et l’anus (par le périnée). Cette technique peut être utilisé chez les personnes ayant déjà subi ieurs opérations du ventre ou chez les personnes obèses.
  • prostatectomie par voie cœlioscopique : il s’agit de pratiquer ieurs petites incisions dans l’abdomen au lieu d’une seule grosse et de retirer la prostate avec l’aide d’un endoscope. Celui-ci permet d’examiner la cavité abdominale et le bas ventre. Un robot d’assistance à la est parfois utilisé: il permet une meilleure visualisation en 3 dimensions de la prostate et des structures adjacentes, facilitant ainsi la réalisation de l’acte chirurgical.

Comme toute intervention chirurgicale, l’ablation la prostate comporte des risques pour le patient. Les effets secondaires peuvent être les suivants :

  • hématome
  • infection
  • incontinence urinaire (c’est la complication la appréhendée par les patients)
  • troubles sexuels : la prostatectomie supprime l’éjaculation de manière définitive mais n’altère pas la sensation de plaisir

Il se peut aussi que le médecin ait à retirer les nerfs et vaisseaux sanguins permettant l’érection et passant de part et d’autre de la prostate, si les cellules cancéreuses ont atteint ces structures. Dans ce cas, l’homme sera impuissant (il ne pourra pas maintenir une érection ferme pour avoir une relation sexuelle).

Les conséquences d'une ablation de la prostate

Entre 6 semaines et 3 mois après l’intervention, une consultation médicale est programmée. Le médecin effectuera un toucher rectal ainsi qu’un dosage de PSA (antigène prostatique spécifique), qui est un indicateur de l’activité de la prostate. Ensuite, une consultation annuelle est recommandée.

On parlera de rémission après une prostatectomie radicale si la valeur du PSA est indétectable (c’est à dire inférieure à 0,2 ng/ml) dans les 10 ans suivants l’intervention chirurgicale. Si, en revanche, le taux de PSA est élevé lors de ieurs dosages consécutifs, alors le médecin effectuera un bilan complet et proposera un traitement adapté.

A lire aussi :

Tout savoir sur le cancer de la prostate

Recherche et rédaction : août 2015