Définition de l'IRM en rhumatologie

"examen-IRM-rhumatologie

L’IRM est un examen à visée diagnostique, qui utilise un champ magnétique et des ondes radio pour générer des images très précises, en 2D ou en 3D, de parties du corps ou organes internes.

En rhumatologie, une spécialité médicale qui concerne l’appareil locomoteur (maladies des os, des articulations et des muscles), elle trouve une place de choix. Elle est même devenue indispensable dans de nombreux diagnostics rhumatologiques, en permettant d’obtenir des images beaucoup précises que ce que permet d’avoir la radiographie. Ainsi l’IRM offre des images des os, muscles, tendons, ligaments et cartilages.

Pourquoi pratiquer une IRM en rhumatologie ?

Le médecin peut demander une IRM pour diagnostiquer des pathologies au niveau des os, des muscles et des articulations. Ainsi l’examen est effectué pour :

  • Comprendre l’origine de douleurs persistantes au niveau des hanches, des épaules, des genoux, des chevilles, du dos, etc.
  • comprendre l’intensification des douleurs au cours d’une arthrose
  • évaluer les rhumatismes inflammatoires, et notamment la polyarthrite rhumatoïde
  • trouver l’origine de douleurs et troubles vasculaires des membres.

L'examen

Le patient est placé sur une table étroite capable de glisser dans l’appareil cylindrique à laquelle elle est reliée. Le personnel médical, placé dans une autre pièce, gère les mouvements de la table sur laquelle le patient est placé à l’aide d’une télécommande et communique avec lui par l’intermédiaire d’un microphone.

Plusieurs séries de coupes sont réalisées, selon tous les plans de l’espace. Pendant la prise des clichés, la machine émet des bruits forts et il est demandé au patient de ne pas bouger.

Dans certains cas, un colorant ou produit de contraste peut être utilisé. Il est alors injecté dans une veine avant l’examen.

 

Quels résultats peut-on attendre d’une IRM en rhumatologie ?

Les images produites lors de l’IRM permettront au médecin d’établir un diagnostic précis de maladies osseuses, musculaires ou articulaires.

Ainsi, il pourra par exemple détecter :

  • dans le cas de la polyarthrite : des synovites (inflammation de la synoviale, membrane tapissant l’intérieur de la capsule des articulations mobiles) et des érosions précoces dans des localisations qui ne peuvent être étudiées par l'échographie
  • une atteinte des ligaments croisés, du tendon d’Achille ou encore du cartilage du genou
  • une infection osseuse (ostéomyélite) ou un cancer osseux
  • une hernie discale, une compression de la moelle épinière
  • ou encore une algodystrophie ou algoneurodystrophie : syndrome douloureux d’une main ou d’un pied à la suite d’un traumatisme comme une fracture

Recherche et rédaction : août 2015

 


suivez-nous sur

consultez d’abord un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé. En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

La reproduction totale ou partielle des textes, images, extraits vidéo et audio de Ninjagames.info, sur quelque support que ce soit, de même que l’utilisation du nom de Ninjagames.info ou toute allusion à Ninjagames.info à des fins publicitaires sont formellement interdites sous peine de poursuites.


Reproduction et droit d'auteur © 1998-2018 Oxygem - Conditions d'utilisation - Charte de confidentialité