Définition de la capillaroscopie

"eexamen-capillaroscopie

La capillaroscopie est un examen qui consiste à examiner au microscope les petits vaisseaux sanguins (capillaires) au niveau des cuticules, autour des ongles des doigts. Le but est d’évaluer la qualité de la microcirculation, c’est-à-dire de la circulation sanguine au niveau des petits vaisseaux.

On parle précisément de capillaroscopie « périunguéale », qui signifie « autour de l’ongle ». C’est une technique ancienne et simple, décrite pour la première fois en 1912.

 

Pourquoi pratiquer une capillaroscopie ?

Utilisée initialement en dermatologie pour évaluer la microcirculation cutanée, la capillaroscopie est surtout employée aujourd’hui chez les personnes présentant un phénomène de Raynaud, un trouble de la circulation sanguine qui se manifeste par la constriction des petits vaisseaux aux extrémités, surtout en cas de froid ou de stress (les doigts deviennent blancs ou bleus).

La capillaroscopie est également utile dans le cadre du diagnostic de certaines maladies systémiques (connectivites et vascularites), notamment la sclérodermie systémique, le lupus érythémateux disséminé, la dermatomyosite et la connectivite mixte (syndrome de Sharp).

L'examen

La capillaroscopie est un examen rapide et indolore.

Le principe est simple : le patient place ses mains sous la lampe d’un microscope (capillaroscope) qui permet un grossissement allant de 20 à 200 fois.

Cela permet au médecin de visualiser les vaisseaux capillaires par transparence au niveau de la cuticule des ongles où la peau est fine, après la simple application d’une goutte d’huile de microscope. Une caméra ou un appareil photo permet de prendre des clichés. En général, on examine 8 doigts (pas les pouces car ils sont moins faciles à manipuler).

 

Quels résultats peut-on attendre d’une capillaroscopie ?

Un capillaire en bonne santé a l’aspect d’une boucle rouge en forme d’épingle à cheveux, régulière et ininterrompue. Plusieurs anomalies peuvent être vues par le médecin, notamment un élargissement ou un rétrécissement des capillaires, des irrégularités, des groupes de capillaires fusionnés, des microhémorragies, etc.

En cas de syndrome de Raynaud, la capillaroscopie périunguéale est le souvent normale. Il existe toutefois une forme dite « secondaire », grave, dans laquelle on retrouve des anomalies telles qu’une dilatation des capillaires, des microhémorragies ou des zones dépourvues de capillaires (dites plages désertes).

A lire aussi :

Tout savoir sur le syndrome de Raynaud

Recherche et rédaction : août 2015