Analyse du THC dans le sang (Tétrahydrocannabinol)

"analyse-thc-sang

Définition du THC (Tétrahydrocannabinol) 

Le THC ou tétrahydrocannabinol est l’une des principales molécules actives du cannabis. Il s’agit d’un cannabinoïde. On estime qu’un « joint » renferme de 2 à 20 mg de THC et, lorsqu’il est inhalé, 15-20% du THC présent dans la fumée passe dans le sang.

On peut aussi détecter sa présence dans la salive, l’urine, les cheveux, les poils, etc.

Les effets psychotropes du cannabis persistent jusqu’à 12 heures, selon la consommation et la sensibilité du sujet.

La fenêtre de détectabilité du THC dépend donc de l’ancienneté, de l’importance et de la régularité de la consommation.

Notons qu’une fois dans l’organisme, le THC est dégradé en deux composés, le 11OH-THC et le THC-COOH. Le THC est détectable dans le sang quelques secondes après la première inhalation, la concentration maximale en 11OH-THC est atteinte en environ 30 minutes et la concentration en THC-COOH en moins de 2 heures.

 

Pourquoi faire une analyse du THC ?

Après consommation de cannabis, principalement par inhalation, le THC est immédiatement détectable dans le sang. Sa présence est aussi décelable dans l’urine et la salive. Le THC est donc utilisé comme marqueur pour dépister la consommation de cannabis, souvent dans un contexte médico-légal (accident de la route, suspicion d’usage de stupéfiants, etc.) ou professionnel (médecine du travail).

Plusieurs tests sont utilisés, dépendamment du contexte :

  • dépistage sanguin : il permet de détecter une consommation de cannabis dans un délai maximum de 2 à 10 heures après la prise (THC, 11OH-THC et THC-COOH sont recherchés). Ce test est privilégié en cas d’accident de la route, par exemple. Il permet d'estimer le temps écoulé entre la dernière consommation et la prise de sang. Lorsque la concentration de THC est supérieure à celle du 11OH-THC, cela témoigne d’une consommation par inhalation. L’inverse témoigne d’une consommation par ingestion. Après 3 à 4 jours, les cannabinoïdes sont totalement éliminés du sang.
  • dépistage urinaire (THC-COOH) : il permet de repérer une consommation occasionnelle jusqu’à 2 à 7 jours après, et même longtemps en cas de consommation chronique (7 à 21 jours, voire ).
  • dépistage salivaire (THC) : il est utilisé parfois par les forces de l’ordre pour un contrôle auprès des automobilistes. Il permet de détecter une consommation datant de 2 à 10 heures. Sa fiabilité scientifique ne fait toutefois pas consensus (existence de faux positifs).

Dans les cheveux (généralement en cas d’autopsie), la consommation peut se voir ieurs mois voire ieurs années après (les cheveux poussent en moyenne de un cm/mois et les traces de THC ne disparaissent pas).

 

Quels résultats peut-on attendre d'une analyse du THC ?

Quelque soit le test effectué (sanguin, urinaire ou salivaire), il consiste à déceler, grâce à l’usage d’anticorps anti-THC, la présence de cannabinoïde dans le fluide testé.

Selon le type de test effectué, on effectuera un prélèvement sanguin, urinaire (recueil d’urine) ou salivaire (équivalent d’un frottement par coton-tige).

Les analyses sont réalisées par les experts judiciaires.

 

Quels résultats peut-on attendre d’une analyse de THC ?

À titre indicatif, on estime que le test est négatif si :

  • concentration urinaire < 25 à 50 ng/mL
  • concentration sanguine < 0,5 à 5 ng/mL (l’analyse sanguine quantifie aussi le 11OH-THC et le THC-COOH).
  • concentration salivaire < 15 ng/mL (difficultés d’interprétation entre 0,5 et 14,99 ng/mL)

Recherche et rédaction : août 2015