Analyse du nombre de plaquettes

analyse-nombre-plaquettes

La détermination du nombre de plaquettes (numération plaquettaire) est un examen sanguin de routine. C'est pour diagnostiquer une maladie du sang ou un trouble de la coagulation que le médecin le prescrit.

Définition des plaquettes sanguines

Appelées aussi thrombocytes, les plaquettes sont des cellules sans noyaux, de 2 à 4 micromètres, produites par la moelle osseuse. Elles font parties des éléments du sang, avec les globules rouges (que l’on appelle aussi les hématies) et les globules blancs (aussi connu sous le nom de leucocytes).

Elles interviennent dans le processus de coagulation, un phénomène essentiel à la protection du système vasculaire.

C’est dans l’initiation qu’elle intervient précisément : le premier stade nécessaire à l’arrêt de l’une hémorragie débute par l’adhésion des plaquettes à la paroi du vaisseaux sanguin endommagé. Puis elles s’agrègent et libèrent leur contenu. C’est alors la formation du « clou plaquettaire », qui colmate la brèche dans le vaisseau sanguin.

Autrement dit, quand on se coupe, les plaquettes servent à combler les brèches dans les vaisseaux sanguins abimés et éviter ainsi un saignement trop important.

A quoi sert l'analyse des plaquettes sanguines?

Le médecin prescrit un dosage des plaquettes, on parle de numération plaquettaire, s’il suspecte chez son patient une maladie du sang ou des troubles de la coagulation.

Cette analyse fait partie d’un examen global appelé hémogramme ou Numération Formule Sanguine (NFS), qui est proposé de manière routinière pour évaluer l’état de santé général d’un patient. Le nombre de globules rouges et de globules blancs est aussi déterminé dans cet examen.

Comment interpréter les résultats ?

Le nombre normal de plaquette est compris entre 150 000 et 450 000 / mm3 (pour millimètre cube) de sang.

Une augmentation du nombre de plaquettes (on parle de thombocytose) peut être le signe de :

  • une inflammation ;
  • une infection ;
  • une carence en fer entraînant une anémie ;
  • la présence de brûlures sévères ;
  • un stress important ;
  • une cirrhose ;
  • une splénectomie (c’est à dire une ablation de la rate)
  • une hémorragie importante (qu’elle soit interne ou externe) ;
  • ou encore une stimulation de la moelle osseuse.

Au contraire, une diminution du nombre de plaquette (on parle de thrombopénie) peut signifier :

  • une atteinte de la moelle osseuse, et notamment une aplasie médullaire (c’est à dire l’arrêt de production de cellules sanguine normalement synthétisées par la moelle osseuse) ;
  • une maladie auto-immune (quand le système immunitaire se bat contre les cellules de l’organisme, croyant qu’il s’agit de cellules étrangères) ;
  • un alcoolisme aigu ;
  • un purpura (c’est à dire une lésion dermatologique dur à une sortie des hématies des vaisseaux sanguins vers les tissus environnants) ;
  • une toxicité médicamenteuse ;
  • ou encore une infection virale (comme une hépatite, la varicelle, les oreillons, la rougeole ou encore une mononucléose).

Une thombopénie peut à son tour être la source de maux variés. Citons notamment :

  • un saignement de nez ;
  • unehémorragie gingivale, digestive ou encore au niveau d’autres organes ;
  • l’apparition de bleus ;
  • des maux de tête ;
  • ou encore une vision double.

Comment se déroule l'analyse ? 

L’examen consiste en un prélèvement de sang veineux, en général au niveau de pli du coude.

Notons qu’en complément, le médecin peut prescrire une analyse de leur agrégation et une mesure du temps de saignement.

Quels sont les facteurs de variation  ?

Certaines situations physiologiques peuvent entrainer un taux de plaquettes haut ou bas que la normale. Citons par exemple :

  • la grossesse, pendant laquelle les plaquettes sont moins nombreuses ;
  • une consommation d’alcool (qui fait baisser le nombre de plaquettes) ;
  • un effort prolongé ou encore le fait de vivre en altitude, qui font augmenter le nombre de plaquettes.

Il est donc important d’en parler au personnel médical.

A lire aussi : 

Comment interpréter le résultat de sa prise de sang

Marion Spée, journaliste scientifique
Avril 2017

 


suivez-nous sur

consultez d’abord un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé. En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

La reproduction totale ou partielle des textes, images, extraits vidéo et audio de Ninjagames.info, sur quelque support que ce soit, de même que l’utilisation du nom de Ninjagames.info ou toute allusion à Ninjagames.info à des fins publicitaires sont formellement interdites sous peine de poursuites.


Reproduction et droit d'auteur © 1998-2018 Oxygem - Conditions d'utilisation - Charte de confidentialité