Analyse du cholestérol

"analyse-cholesterol-sang

Définition du cholestérol

Le cholestérol est un corps gras indispensable au fonctionnement de l’organisme. Il entre notamment dans la composition des membranes des cellules et sert, entre autres, de « matière première » à la synthèse de nombreuses hormones (stéroïdes).

Cela étant, le cholestérol en excès peut être nuisible, car il a tendance à s’accumuler dans les vaisseaux sanguins et à former des plaques dites d’athérosclérose qui peuvent, à terme, augmenter le risque cardiovasculaire.

Le cholestérol n’est pas soluble dans le sang : il doit donc y être transporté par des protéines, avec qui il forme des complexes que l’on appelle lipoprotéines.

Le cholestérol peut, dans le sang, être associé à ieurs types de « transporteurs » :

  • des LDL (pour low-density lipoproteins) : le cholestérol-LDL est considéré comme le « mauvais» cholestérol. La raison ? Les LDL amènent le cholestérol du foie vers le reste de l’organisme. Si le LDL-cholestérol est présent en trop grandes quantités, il est associé à un risque cardiovasculaire accru.
  • des HDL (pour high-density lipoproteins) : le cholestérol-HDL est souvent désigné comme le « bon » cholestérol. En effet, les HDL ont pour fonction de « pomper » le cholestérol sanguin et de le transporter jusqu’au foie, où il est stocké. Elles ont donc pour effet de diminuer le taux de cholestérol dans le sang, et un taux élevé de HDL est associé à un risque cardiovasculaire faible.
  • des VLDL (pour very low-density lipoproteins) : elles contribuent principalement à transporter un autre type de graisse, les triglycérides.

Le cholestérol sanguin provient de l’alimentation mais aussi de la synthèse dite endogène, au niveau du foie.

 

Pourquoi faire une analyse du cholestérol ?

La mesure du taux de cholestérol sanguin (cholestérolémie) est faite de façon routinière, notamment après 40 ans (ou 35 ans chez les hommes et 45 ans chez les femmes), dans le but de déceler une hypercholestérolémie et de faire un « bilan lipidique ». Ce bilan doit être effectué une fois tous les 5 ans minimum après cet âge.

La mesure peut être aussi indiquée, entre autres :

  • avant la prescription d’une contraception
  • chez une personne sous traitement hypocholestérolémiant, pour vérifier l’efficacité du traitement
  • en cas de symptômes suggérant la présence d’un taux élevé de cholestérol (nodules cutanés appelés xanthomes).

L’analyse du cholestérol fera le point sur le taux de cholestérol total, mais aussi sur le LDL-cholestérol, le HDL-cholestérol et le rapport cholestérol total/HDL, qui permet d'évaluer le risque cardiovasculaire. Une mesure des triglycérides sanguins est effectuée en même temps.

 

Déroulement de l’examen du cholestérol

Le dosage du cholestérol s’effectue par prise de sang dans un laboratoire d’analyse médicale.

Le médecin vous donnera des indications sur la nécessité d’être à jeun ou non, de ne pas boire d’alcool avant le test et de prendre (ou non) vos médicaments, si vous êtes sous traitement.

 

Quels résultats peut-on attendre d'une analyse du cholestérol ?

En fonction du résultat, le médecin pourra décider ou non d’instaurer un traitement dit « hypolipémiant » ou « hypocholestérolémiant », afin de faire baisser le taux de graisses dans le sang, si celui-ci est trop élevé. On distingue :

  • l’hypercholestérolémie pure : taux de LDL-cholestérol élevé.
  • L’hypertriglycéridémie pure : taux de triglycérides élevé (≥ 5 mmol/l).
  • L’hyperlipidémie mixte : taux de LDL-cholestérol et triglycérides élevés.

Le bilan est considéré comme normal si :

  • le LDL-cholestérol < 1,60 g/l (4,1 mmol/l),
  • le HDL-cholestérol > 0,40 g/l (1 mmol/l),
  • les triglycérides < 1,50 g/l (1,7 mmol/l).

Cela étant, les recommandations de traitement dépendent de l’âge du patient et des autres facteurs de risque cardiovasculaire. Elles varient aussi légèrement selon les pays.

En général, un traitement (prise en charge diététique et/ou médicamenteuse) est instauré lorsque le LDL-cholestérol est supérieur à 1,6 g/l (4,1 mmol/l) mais lorsque le risque cardiovasculaire combiné est très élevé (hypertension, diabète, antécédents cardiovasculaires, etc.), le traitement peut débuter si le taux de LDL-cholestérol est supérieur à 1 g/l.

A lire aussi :

Notre fiche sur l'hyperlipidémie

Recherche et rédaction : août 2015