Analyse de l'acide urique

analyse-acide-urique

La concentration d'acide urique peut être déterminée dans le sang ou dans les urines. A l'excès, c'est surtout un symptôme de la goutte, d'une consommation trop importante d'alcool ou d'une insuffisance rénale.

Qu'est-ce que l'acide urique sanguin ou urinaire ?

L’acide urique est un déchet de l’organisme. Plus précisément, il est le produit final de l'excrétion de molécules appelées les acides nucléiques et les purines.

Généralement, la plupart de l’acide urique contenu dans le corps humain se dissout dans le sang et rejoint les reins pour être éliminé dans les urines. Mais dans certains cas, l’organisme produit un excès d’acide urique ou ne parvient pas à en éliminer assez. Cette condition peut être à l’origine de troubles divers.

Acide urique et alimentation

L’acide urique étant le produit final de la dégradation des purines, son taux varie en fonction de la teneur en purine dans l’organisme. Et il se trouve que les purines se retrouvent notamment dans l’alimentation. 

Citons certains les aliments riches en purines à éviter :

  • les anchois, le hareng, le maquereau, les sardines, les crevettes, etc ;
  • le foie, le cœur, la cervelle, les rognons, le ris de veau, etc ;
  • les pois, les haricots secs, etc

La consommation d'alcool, et notamment de bière, n'est pas conseillée quand on souhaite diminuer son acide urique.

Au contraire, parmi les aliments autorisés pauvres en purine, citons :

  • le thé, le café, les boissons gazeuses ;
  • les fruits et les légumes ;
  • les œufs ;
  • le pain et les céréales ;
  • le fromage et généralement les produits laitiers

Pourquoi faire une analyse d'acide urique ?

Le médecin prescrit un dosage sanguin (on parle d’uricémie) et/ou un dosage urinaire de l’acide urique pour :

  • détecter la goutte ;
  • évaluer le bon fonctionnement des reins ;
  • il peut aussi être demandé en cas de grossesse ;
  • ou chez les personnes en surpoids.

Notons que l’analyse de la concentration d’acide urique dans l’urine permettra aussi de mieux comprendre l’origine d’un taux élevé d’acide urique dans le sang.

L'analyse sanguine de l'acide urinque

Dans le sang, la valeur normale d’acide urique est comprise entre 35 et 70mg/L.

Une concentration élevée d’acide urique dans le sang est appelée hyperuricémie et peut être causée par une sur-production d’acide urique dans l’organisme ou par une diminution de son élimination par les reins. Ainsi, des taux élevés d’acide urique dans le sang peut être le signe de :

  • la goutte (c’est d’ailleurs la cause principale d’une augmentation du taux d’acide urique dans le sang) ;
  • un excès de dégradation des protéines de l’organisme qui a lieu par exemple lors des chimiothérapies, des leucémies ou encore des lymphomes ;
  • l’alcoolisme ;
  • un excès d’exercice physique ;
  • la présence de calculs rénaux ;
  • un amaigrissement rapide ;
  • un diabète ;
  • un régime alimentaire riche en purine ;
  • une prééclampsie au cours de la grossesse ;
  • ou encore une insuffisance rénale.

Au contraire, il est possible que le taux d’acide urique sanguin soit faible que la normale, mais c’est une condition rare que le scénario où il se retrouve élevé.

Ainsi, des taux d’acide urique en dessous des valeurs normales peuvent être reliés à :

  • un régime pauvre en purines ;
  • la maladie de Wilson (une maladie génétique caractérisée par une accumulation de cuivre dans l’organisme) ;
  • une atteinte rénale (comme le syndrome de Fanconi) ou hépatique ;
  • ou encore une exposition à des composés toxiques (plomb).

Dans l’urine, la valeur normale d’acide urique est comprise entre 250 et 750 mg/24 heures.

Notons que les valeurs normales peuvent légèrement varier en fonction des laboratoires qui effectuent les analyses.

Touchant 5 à 15% de la population, c’est une anomalie biochimique fréquente, résultant d'une surproduction d’acide urique et/ou d'une élimination rénale diminuée. Elle se développe souvent sans douleur et n’est donc pas toujours immédiatement diagnostiquée.

Les taux élevés d’acide urique peuvent s’expliquer par :

Les hyperuricémies idiopathiques ou primitives

Elles représentent la grande majorité des cas. Des prédispositions héréditaires sont retrouvées chez 30% des sujets, mais elles sont souvent associées à l'obésité, la suralimentation, l'hypertension artérielle, l'abus d'alcool, le diabète et l'hypertriglycéridémie.

Les anomalies enzymatiques rares

Elles sont rencontrées notamment dans la maladie de Von Gierke et la maladie de Lesch-Nyhan. Ces anomalies enzymatiques ont pour particularité d'engendrer des crises de gouttes très précocement, c'est à dire dans les 20 premières années de la vie.

Les hyperuricémies secondaires à une maladie ou à un traitement médicamenteux.

Ces hyperuricémies peuvent être dues :
- à un défaut d'élimination de l'acide urique. C’est le cas pour les insuffisances rénales, mais aussi à cause de certains médicaments (les diurétiques, mais aussi les laxatifs et certains antituberculeux).

- à une augmentation de la dégradation des acides nucléiques. On voit cela dans les maladies du sang (leucémies, hémopathies, anémies hémolytiques, psoriasis étendu), et dans les suites de certaines chimiothérapies cancéreuses.

Les conséquences de l'hyperuricémie

L'hyperuricémie peut provoquer deux types de problèmes :

  • La goutte responsable de douleurs articulaires de type inflammatoire.

Lorsque les microcristaux d’acide urique dissout dans le sang sont en trop forte concentration et que les conditions locales sont favorables (notamment une acidité du milieu suffisante), ils précipitent et entraînent une inflammation locale. Celle-ci touche préférentiellement l’articulation du gros orteil. Seule 1 personne sur 10 ayant trop d’acide urique dans le sang deviendra goutteuse : il faut donc une susceptibilité supplémentaire pour la contracter.

  • Les lithiases urinaires.

Elles sont dues à la présence d'un ou de ieurs calculs dans les voies urinaires et sont responsables de coliques néphrétiques. La lithiase urinaire est une maladie très fréquente puisque 1 à 2% de la population est touchée en France.

Comment se déroule l'analyse ? 

L’analyse du taux d’acide unique peut s’effectuer dans le sang et/ou dans les urines :

  • l’examen sanguin consiste en un prélèvement de sang veineux, en général dans le pli du coude ;
  • le taux d’acide urique dans les urines se mesure pendant 24 heures : pour ce faire, il suffit d’uriner dans un récipient prévu à cet effet et fourni par le personnel médical pendant une journée et une nuit.

Notons qu’il est conseillé de ne rien boire ni manger pendant les heures qui précèdent le test.

Quels sont les facteurs de variation  ?

De nombreux facteurs sont susceptibles de faire varier le taux d’acide urique, dans le sang ou dans les urines. Citons notamment :

  • les aliments (pauvres ou riches en purines) ;
  • des médicaments (pour signer la goutte, l’aspirine, ou encore des diurétiques) ;
  • l’âge, les enfants présentant des valeurs faibles ;
  • le sexe, les femmes ayant généralement des taux faibles que les hommes ;
  • le poids, les personnes obèses présentant un taux important.

Les traitements médicamenteux si l’hyperurémie est symptomatique sont les suivants : 

  • Les réducteurs de synthèse d’acides nucléiques, comme l’allopurinol. Il faut être très vigilant car il existe de nombreuses interactions avec d’autres médicaments.
  • Les médicaments inhibants la réabsortion rénale de l'acide urique, comme le benzbromarone.
  • Les traitements enzymatiques qui posent souvent des problèmes d’allergie.

Quoiqu’il arrive, c’est le médecin qui doit décider si un traitement doit être suivi, et lequel est le adapté.

A lire aussi : 

Comment interpréter le résultat de sa prise de sang ?

Tout savoir sur les reins

La goutte

L'insuffisance rénale

Marion Spée, journaliste scientifique
Avril 2017

Revu par PasseportSanté
Mai 2017

 


suivez-nous sur

consultez d’abord un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé. En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

La reproduction totale ou partielle des textes, images, extraits vidéo et audio de Ninjagames.info, sur quelque support que ce soit, de même que l’utilisation du nom de Ninjagames.info ou toute allusion à Ninjagames.info à des fins publicitaires sont formellement interdites sous peine de poursuites.


Reproduction et droit d'auteur © 2017 - Conditions d'utilisation - Charte de confidentialité