Mal au ventre : d'où vient-il ?

Mal au ventre : d'où vient-il ?


 

Description

On l’appelle aussi communément « mal d’estomac », « douleur abdominale » ou « douleur intestinale », le mal de ventre est un symptôme fréquent, qui arrive à tout le monde à un moment ou à un autre de la vie. Il est à relier à la présence de nombreux organes présents dans la région : l’intestin, le foie, l’estomac, les reins, mais aussi les organes reproducteurs.

Le mal de ventre peut être doux ou sévère, persistant ou aller et venir. Il peut être de courte durée, s’installer progressivement ou rester des semaines, des mois ou même des années.

Souvent bénin, le mal de ventre peut tout de même être le signe d’une atteinte sévère. Aussi, il est conseillé d’aller aux urgences dans les cas suivants :

  • si le mal de ventre est arrivé à la suite d’un accident ;
  • s’il s’accompagne d’essoufflement et de vertiges ;
  • si vous vomissez du sang ;
  • si du sang se retrouve dans les urines ;
  • ou encore s’il est accompagné d’une forte fièvre.

Les causes

Le mal de ventre peut trouver son origine dans de multiples troubles ou maladies. Mais la plupart du temps, il est bénin.

La localisation précise de la zone douloureuse peut permettre de préciser l’origine du mal : le ou les organes qui y sont logés seront probablement mis en cause :

  • une douleur en bas du ventre peut indiquer que le colon, les reins, les conduits urinaires ou les ovaires sont touchés ;
  • si la douleur est située en haut du ventre, alors cela concerne a priori l’estomac, le foie ;
  • à gauche, c’est peut-être les intestins, la rate ou les reins ;
  • à droite, la douleur peut provenir d’une atteinte de la vésicule biliaire ou encore des intestins.

Mais la manière dont il s’installe (aigue, chronique, progressive, intermittente, épisodique, etc) est aussi une source d’indications précieuses pour le médecin qui doit faire son diagnostic.

Ainsi une douleur aigue peut notamment être le signe de :

  • un trouble digestif, avec gaz, ballonnements, diarrhée ou constipation ;
  • l’appendicite ;
  • une inflammation de la vésicule biliaire (on parle de cholécystite) ;
  • une inflammation de la vessie (cystite) ;
  • une grossesse extra-utérine ;
  • une infection rénale ;
  • des calculs rénaux ;
  • une ischémie mésentérique, c’est à dire une diminution du débit sanguin vers les intestins ;
  • une inflammation de la doublure abdominale (péritonite) ;
  • un infarctus pulmonaire, c’est à dire une perte de circulation sanguine vers les poumons) ;
  • un abcès (c’est à dire une poche remplie de pus) dans le foie ;
  • une inflammation du pancréas (pancréatite) ;
  • une infection urinaire ;
  • une infection de la rate ;
  • ou encore une gastro-entérite d’origine virale.

Une douleur chronique pourrait notamment signifier :

Un mal de ventre qui s’installe progressivement peut par exemple être le signe de :

  • une maladie de Crohn ;
  • un cancer du foie, des reins, de l’estomac ou encore du pancréas ;
  • un empoisonnement au plomb ;
  • une inflammation du foie (hépatite) ;
  • ou encore une accumulation de déchets dans le sang.

Notons que dans la cas particulier de la grossesse, le mal de ventre fait partie des maux fréquents : brûlures d’estomac, nausées et vomissements,

Cela peut aussi être le signe de contraction dite de Braxton Hicks, c’est à dire des « fausses contractions ». Elles sont la conséquence d’un resserrement et d’un relâchement de l’utérus.

Evolution et complications possibles

Le mal de ventre est souvent un des symptômes qui caractérisent une maladie précise. En ne considérant pas ce symptôme, et en ne tentant pas de le soigner, la maladie peut progresser.

Traitement et prévention : quelles solutions pour soulager le mal de ventre ?

Le médecin proposera un traitement en fonction de la cause du mal de ventre. Celui-ci peut être :

  • des antispasmodiques ;
  • des pansements digestifs ;
  • des anti-inflammatoires ;
  • des antalgiques ;
  • ou encore des laxatifs.

Pour tenter de prévenir les maux de ventre et notamment ceux dus à un trouble de la digestion, il est conseillé d’avoir une alimentation équilibrée, de manger lentement (de mastiquer longtemps), au calme.

Rédaction : Marion Spée, journaliste scientifique
Avril 2017