Hypoacousie : tout savoir sur cette baisse de l’audition

Hypoacousie : tout savoir sur cette baisse de l’audition


 

Définition : qu’est-ce que l’hypoacousie ?

L’hypoacousie est un type de surdité, c’est-à-dire un trouble affectant la perception des sons. Elle est caractérisée par une baisse auditive partielle, contrairement à l’anacousie, ou cophose, qui désigne une perte totale de l’audition. L’hypoacousie ne doit également pas être confondue avec l’hyperacousie, qui correspond quant à elle à une hypersensibilité aux sons environnants.

Les caractéristiques de l’hypoacousie varient selon les cas. Ce trouble de l’audition est généralement défini de façon qualitative et quantitative.

D’un point de vue qualitatif, l’hypoacousie peut être décrite de la façon suivante :

  • unilatérale ou bilatérale, lorsqu’elle concerne une ou deux oreilles ;
  • homogène ou hétérogène, lorsqu’elle affecte de manière identique toutes les fréquences sonores, ou seulement certaines fréquences ;
  • avec la présence ou l’absence de distorsions sonores, qui correspondent à des déformations des sons.

D’un point de vue quantitatif, la surdité lors d’hypoacousie peut être considérée comme :

  • une surdité légère, avec une perte entre 20 et 40 dB ;
  • une surdité moyenne, avec une perte entre 40 et 70 dB ;
  • une surdité sévère, avec une perte entre 70 et 90 dB ;
  • une surdité profonde, avec une perte entre 90 et 120 dB.

Explications : quelles sont les causes de l’hypoacousie ?

La baisse de l’audition peut avoir de nombreuses explications. Selon l’origine de l’hypoacousie, il est possible d’en distinguer ieurs types :

  • l’hypoacousie de transmission, ou surdité de transmission, qui traduit un problème dans le transport du son ;
  • l’hypoacousie de perception, ou surdité de perception, qui résulte d’un problème dans l’analyse du son ;
  • l’hypoacousie mixte, ou surdité mixte, qui concerne à la fois la transmission et la perception des sons.

Ces différents types d’hypoacousie sont la conséquence d’une atteinte au niveau de l’oreille. Plusieurs structures peuvent être touchées : l’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne.

Les causes d’hypoacousie liées à l’oreille externe

L’hypoacousie mixte, ou de transmission, peut être due à une atteinte de l’oreille externe :

  • un bouchon de cérumen, qui provoque une obstruction du conduit auditif ;
  • la présence d’un corps étranger ;
  • une otite externe, c’est-à-dire une inflammation diffuse du conduit auditif externe ;
  • un ostéome du conduit auditif externe, qui correspond à la formation d’excroissances osseuses ;
  • une tumeur du conduit auditif externe ;
  • un traumatisme crânien, c’est-à-dire un choc au niveau du crâne dont l’intensité peut notamment provoquer une fracture de l’os tympanal au niveau de l’oreille.

Les causes d’hypoacousie liées à l’oreille moyenne

L’hypoacousie mixte, ou de transmission, peut également être provoquée par une atteinte de l’oreille moyenne :

  • une otite séreuse, c’est-à-dire une inflammation de la muqueuse de l’oreille moyenne qui dure pendant de deux mois et provoque un épanchement de liquide ;
  • une otite moyenne aiguë, c’est-à-dire une inflammation aiguë d’origine infectieuse au niveau des cavités de l’oreille moyenne ;
  • une perforation du tympan, qui est souvent la conséquence d’un traumatisme ou d’une otite infectieuse ;
  • une atteinte des osselets de l’oreille moyenne, notamment en cas de fractures, d’une dislocation ou d’une malformation.

Les causes d’hypoacousie liées à l’oreille interne

L’hypoacousie mixte, ou de perception, peut être la conséquence d’une atteinte de l’oreille interne :

  • un traumatisme sonore, c’est-à-dire une exposition brutale à des sons de trop forte intensité ;
  • un traumatisme crânien ;
  • une surdité brusque, c’est-à-dire une surdité neurosensorielle brutale qui est généralement provoquée par une inflammation d’origine virale et associée au stress ;
  • une labyrinthite aiguë, qui est une inflammation de l’oreille interne ;
  • la prise de médicaments ototoxiques, c’est-à-dire l’usage de substances altérant les fonctions auditives ;
  • une presbyacousie, qui correspond au vieillissement de l’organe de l’audition ;
  • une surdité congénitale, qui correspond à une surdité présente dès la naissance.

Evolution : quel est le risque de complication ?

Dans de nombreux cas, traiter la cause de l’hypoacousie permet de faire disparaître la baisse d’audition. Néanmoins, dans certains cas, celle-ci peut devenir permanente. Des formes graves d’hypoacousie peuvent parfois survenir. Généralement liées à une atteinte de l’oreille interne, ces dernières nécessitent une prise en charge médicale rapide pour limiter le risque de séquelles.

Traitement : comment traiter l’hypoacousie ?

Le traitement consiste à traiter la cause de l’hypoacousie. Selon l’origine diagnostiquée, le traitement peut par exemple reposer sur :

  • la prise de médicaments anti-inflammatoires,
  • l’usage d’antiagrégants plaquettaires ;
  • la mise en place d’une oxygénothérapie.

Rédaction : Quentin Nicard, journaliste scientifique
Octobre 2017