Les ganglions

Les ganglions


 

Que sont les ganglions ?

Les ganglions, désignés de façon exacte par le terme ganglions lymphatiques, sont de petits organes qui assurent la filtration de la lymphe. La lymphe est un liquide clair qui circule dans le système lymphatique, un ensemble de vaisseaux et d’organes disséminés dans tout l’organisme.

Le système lymphatique joue ieurs rôle : il draine le liquide interstitiel, qui est le liquide dans lequel baignent les cellules, le filtre et assure la défense de l’organisme grâce aux lymphocytes (ou globules blancs).

Les ganglions sont groupés le long des vaisseaux lymphatiques et il en existe des centaines. Certains « nœuds » lymphatiques, ou groupements de ganglions, sont mieux connus car ils sont parfois perceptibles : ce sont surtout ceux de l’aine, des aisselles, du cou.

La plupart des ganglions mesurent entre 1 et 25 mm de longueur et ont la forme de haricots.

Lorsqu’ils enflent, soit à cause d’une infection (dans la plupart des cas), soit à cause d’une tumeur, les ganglions sont souvent douloureux et perceptibles à la palpation (ils mesurent facilement de 1 cm dans ces cas). On parle alors d’adénopathie.

Quelles sont les causes qui peuvent faire enfler les ganglions ?

Les causes d’adénopathie, c’est-à-dire de gonflement anormal des ganglions, sont multiples. Le souvent, ce sont certains ganglions seulement qui enflent, en particulier dans la région cervicale (tête, cou ou zone ORL), au niveau d’une ou des clavicules, au niveau de l’aine ou des aisselles.

Si la survenue d’un ganglion gonflé doit toujours alerter, elle est le souvent bénigne. Une infection ou une blessure à proximité du ganglion gonflé est généralement responsable.

  • dans la région cervicale (ganglions du cou notamment), il peut s’agir d’une simple infection ORL (pharyngite, rhume, grippe, etc.), d’une infection d’une glande salivaire, d’un abcès dentaire, etc.
  • au niveau des clavicules, le ganglion enflé est suspect, et peut-être le signe d’un cancer. Les organes « drainés » par ces ganglions sont le tube digestif, les reins, le poumon et le pelvis/abdomen généralement, donc les possibilités sont multiples.
  • au niveau de l’aine, il peut s’agir d’une infection de la région uro-génitale, anale, ou d’un problème au niveau des membres inférieurs
  • au niveau des aisselles : il faut s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un cancer du sein.

Lorsqu’un ou ieurs ganglions commencent à gonfler, on considère qu’il s’agit d’un cancer dans environ 1% des cas.

Certaines maladies infectieuses peuvent entraîner des adénopathies généralisées, en particulier :

  • la mononucléose infectieuse
  • la toxoplasmose
  • le VIH
  • les hépatites
  • certaines maladies parasitaires acquises dans les pays tropicaux, la tuberculose, la brucellose, etc.

Mais aussi :

  • la prise de certains médicaments (phénytoïne, carbamazépine, etc.)
  • des cancers de type lymphome ou leucémie
  • Certaines maladies inflammatoires comme le lupus, l’arthrite rhumatoïde ou la sarcoïdose

Attention : sentir une boule sous la peau ne veut pas forcément dire qu’il s’agit d’un ganglion. Des kystes, des boules graisseuses, des hernies ou des masses artérielles peuvent être confondus avec des ganglions.

Quelles sont les conséquences des ganglions enflés ?

Le fait qu’un ganglion enfle est un signe anormal. Le souvent, le ganglion retrouve son état normal en quelques jours, lorsque l’infection en cause disparaît.

Si un ganglion reste gonflé, qu’il est dur au toucher, ou que l’adénopathie est généralisée, il faut absolument consulter un médecin sans tarder. Cela peut être le signe d’un cancer sous-jacent, et des examens poussés (notamment une biopsie) seront nécessaires.

Quelles sont les solutions en cas de ganglions gonflés ?

S’il existe une infection évidente, à proximité du ganglion enflé, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Celui-ci retrouvera son aspect normal au bout de quelques jours, une fois l’infection traitée. Dans certains cas (infections bactériennes), il peut être nécessaire de prendre des antibiotiques pour traiter la cause.

Dans les autres cas (aucune infection évidente), ou lorsque les ganglions restent enflés, qu’ils ne sont pas sensibles au toucher mais plutôt fermes, indurés et élastiques, il est important de consulter son médecin sans tarder. Le ganglion peut être le signe qu’un cancer se développe à proximité.

A lire aussi :

Ce qu'il faut savoir sur la mononucléose
Notre fiche sur les hépatites
Notre fiche sur la toxoplasmose

Fiche créée en avril 2015