L'exophtalmie (yeux exorbités)

L'exophtalmie (yeux exorbités)


 

Comment se définit une exophtalmie ?

L’exophtalmie est le terme utilisé pour désigner la protrusion d’un œil ou des deux yeux en dehors de l’orbite. On parle aussi d’yeux ou d’œil exorbité(s).

L’œil paraît gros, « ouvert », ce qui peut gêner la fermeture de la paupière en de causer une gêne esthétique. L’exophtalmie n’est pas due à une augmentation de la taille de l’œil, mais plutôt à une augmentation de la taille des muscles ou des structures à l’intérieur de l’œil (présence possible d’une masse dans l’orbite). L’œil exorbité peut aussi être dévié et donner l’impression de regarder dans une autre direction que l’œil normal. Dans la plupart des cas, cependant, les deux yeux sont atteints.

L’exophtalmie peut être isolée ou associée à d’autres symptômes, comme une baisse de l'acuité visuelle, une vision double (diplopie), des douleurs, des rougeurs, etc.

L’exophtalmie peut être flagrante et défigurer, mais elle n’est pas toujours évidente d’emblée : elle peut aussi être découverte lors d’un examen ophtalmologique de routine.

Quelles sont les causes d'une exophtalmie ?

Il existe ieurs causes possibles d’exophtalmie : endocriniennes, tumorales, inflammatoires, traumatiques et vasculaires.

L’ophtalmologiste évaluera le caractère uni ou bilatéral du trouble, son évolution (rapide ou non), le fait que l’œil soit dévié ou non (caractère « axile » ou non axile), et le fait de ressentir un « pouls » ou une pulsation dans l’œil (caractère pulsatile).

De manière générale, la survenue brutale d’une exophtalmie fait plutôt penser à un traumatisme ou à une maladie inflammatoire. Lorsqu’elle s’installe progressivement, elle est plutôt causée par une pathologie endocrinienne ou tumorale.

Voici les causes les fréquentes :

  • la maladie de Basedow : il s’agit d’une maladie de la glande thyroïde (hyperthyroïdie) généralement d'origine auto-immune. Elle cause, indirectement, une inflammation des tissus du globe oculaire, qui enflent et provoquent la protrusion de l’œil. D’autres troubles de la thyroïde peuvent être en cause (on parle d’orbitopathie dysthyroïdienne de façon générale : hyperthyroïdie dans 80 % des cas, hypothyroïdie dans environ 10 %). Le souvent, l’exophtalmie est bilatérale.
  • la fistule carotido-caverneuse : c’est la cause fréquemment retrouvée lorsque l’exophtalmie est unilatérale et pulsatile. Il s’agit d’une communication anormale entre la carotide interne et le sinus caverneux (formation veineuse située à la base du crâne), souvent due à un traumatisme. C’est une urgence médicale, voire vitale.
  • Les exophtalmies traumatiques : elles surviennent après un choc (hématome, fracture de l’orbite, etc.) ou un traumatisme crânien.
  • Les exophtalmies infectieuses : il s’agit le souvent des conséquences d’une ethmoïdite, c’est-à-dire une infection de l’ethmoïde, un os situé entre les deux orbites. Elle affecte surtout les enfants et les adolescents.
  • Les exophtalmies inflammatoires : leur cause n’est pas toujours connue, mais elles peuvent être associées à certaines maladies systémiques comme la sarcoïdose, la périartérite noueuse, la maladie de Wegener, les vascularites inflammatoires, etc. Elles peuvent aussi être liées à un abcès de l’orbite, à une mycose orbitaire, une cellulite, etc.
  • Les exophtalmies tumorales : elles sont dues à la présence d’une masse tumorale dans le globe oculaire. De nombreux types de tumeurs peuvent atteindre cette zone. Il peut aussi s’agir de métastases provenant d’un autre site.

Quelles sont les conséquences d'une exophtalmie ?

Outre l’aspect disgracieux de l’exophtalmie, celle-ci peut gêner la vision, s’accompagner de douleurs, de complications mettant en péril la vision…Il est donc indispensable de consulter son ophtalmologiste rapidement.

Celui-ci dispose de ieurs instruments pour évaluer la gravité de l’exophtalmie. Le souvent, il prescrira des examens d’imagerie (scanner, IRM) pour établir le diagnostic.

Quelles sont les solutions en cas d'exophtalmie ?

Le traitement de l’exophtalmie dépend de la cause. Il est soit médical, soit chirurgical.

En cas de pathologie thyroïdienne, qui est la cause la fréquente, la prise d’un médicament antithyroïdien sur ieurs mois permet souvent de rétablir un taux normal d’hormones thyroïdiennes. L’ablation chirurgicale de la thyroïde et la prise d'iode radioactif peuvent aussi être proposées, selon les cas.

L’exophtalmie ne régresse pas toujours avec le traitement : elle est parfois même exacerbée par celui-ci. La prise de corticoïdes peut aider, et une intervention chirurgicale peut parfois être indiquée, une fois les taux hormonaux rétablis.

Dans les autres cas d’exophtalmie, selon la cause, ieurs solutions pourront être envisagées. Les résultats dépendent de l’atteinte et de la maladie sous-jacente.

Fiche créée en avril 2015