Donner au suivant, apprendre et s'amuser!

Le don est probablement l'une des activités humaines qui nourrissent le l'âme. Que ce soit sous forme de soutien moral ou de soutien matériel, le don est une manifestation d'entraide qui a un effet psychologique facilement vérifiable : il provoque un sentiment d'harmonie entre le monde et soi. Comparez ce sentiment avec celui qui vous habite lorsque vous êtes dans un bouchon de circulation et que chacun défend subtilement ou agressivement sa place : les sentiments sont aux antipodes.

Il n'est donc pas surprenant que le don soit l'un des trois principaux motifs mentionnés par les personnes âgées lorsqu'on leur demande pourquoi elles s'impliquent et participent à des activités sociales : il y a un véritable plaisir à donner. Pour compléter le trio des motifs de la participation sociale des « aînés » ajoutez « apprendre » et « s'amuser ».

On peut apprendre à tout âge, n'est-ce pas? Et tant qu'on le fait sans contraintes, c'est une grande source de plaisir. Parce qu'on y gagne chaque fois un petit espace supplémentaire de liberté. En ce qui concerne le plaisir de s'amuser, pas besoin de faire un dessin pour comprendre son effet moral bénéfique.

Pourquoi cette question de la participation sociale des aînés mérite-t-elle notre attention? Je parie que vous connaissez déjà la réponse : c'est un important facteur de bonne santé physique et morale.

À son niveau élémentaire, la participation sociale se définit par des choses aussi simples que communiquer, s'alimenter et s'informer. À son niveau le actif, on parle d'implication formelle dans le bénévolat, dans un engagement citoyen, dans un centre de jour. Entre les deux, on trouve les relations entre amis, les activités sociales hors de la maison, les relations d'entraide et de voisinage.

Plus on participe, moins on souffre de solitude, de troubles cognitifs et de chutes, et on a de relations sociales positives, de force physique et d'estime de soi. Détail intéressant, les hommes et les femmes ont tendance à privilégier des formes différentes de participation sociale : les femmes seront davantage portées vers le soutien personnel (le rôle d'aidante « naturelle »), les hommes s'impliqueront davantage sur le plan social (engagement citoyen). Vénus et Mars, toujours.

Alors, si vous avez un papi ou une mamie, une amie ou un voisin âgé qui pourrait apprécier une petite visite pour Noël et la période des Fêtes, n'hésitez pas. Non seulement ce sera bon pour leur santé, mais vous recevrez la prime qui vient avec le don : quelques instants de paix et d'harmonie qui font du bien à l'âme.

À l'année prochaine.


Commentaires (6)
Envoyé par Gisèle
14-01-2008 09:35:00

Bravo et merci. J'apprécie tellement tout ce que je peux trouver sur ce site. En j'apprend; comme je suis intéressée à prendre soin de ma santé, de mon corps, c'est merveilleux d'être aussi bien servi. J'ai toujours hâte de recevoir le bulletin.

Mon souhait pour le futur: que çà continue d'être aussi aidant et surtout que les gens qui font ce travail, qu'ils continuent d'être vrais et aidant.

Envoyé par Roger Page
14-01-2008 08:34:00

Votre article est un très beau message d'amour et je vous en félicite. D'ailleurs, l'amour est ce qui existe de meilleur pour la santé, faisant partie de la CHALEUR, premier des six facteurs d'une vie saine et nous permettant de jouer un rôle social fécond(les cinq autres facteurs sont l'AIR, l'EAU, le MOUVEMENT,le REPOS et l'ALIMENTATION). «L'homme est exactement aussi grand que la flamme qui brûle en lui», disait Bismark. Le sermon de Christ(ian) sur la montagne mérite un gros bravo...
Roger Page, N.D.

Envoyé par Pauline
31-12-2007 11:15:00

Tout à fait d'accord avec le contenu de cet article. La seule difficulté dans tout ça c'est de le mettre en pratique n'est ce pas ? Sourire..

Je n'ai compris que beaucoup tard dans ma vie qu'il y avait une différence entre les actions qui viennent "vraiment" du coeur et celles que l'on fait parce que "c'est bien". Il y a peu de plaisir et de bien-être à retirer de ces dernières.

Et quelques fois, il est mieux d'apprendre à quelqu'un à faire quelque chose que de le garder dépendant de nous, non ? Mais alors, il nous faut trouver un autre récipiendaire de nos "bonnes actions"!

J'aime votre blogue,j'aime cette revue - il y a de la substance dans les articles, ce que je recherchais.

Pauline

Envoyé par Lucky
18-12-2007 10:04:00

Oups ... petite erreur! "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" est bien tiré de Matthieu mais plutôt au chapitre 22 et verset 17

Envoyé par Janine
18-12-2007 08:45:00

Bonjour,

J'aime beaucoup le commentaire de Lucky, concis mais explicite ...quelque soit l'âge il faut apprendre à s'oublier comme dit la chanson .."et s'oublier" ...finalement on pense à soi on se crée de problèmes et on est malheureux ,c'est vrai que ce n'est pas évident mais c'est comme cela, s'oublier ne veut pas dire se sacrifier pour les autres mais comme le dit Matthieu: tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Bonnes fêtes.

Janine

Envoyé par Lucky
17-12-2007 07:36:00

En résumé:

"Il y a de bonheur à donner qu'à recevoir" Actes des Apôtres 20:35
"Tu aimeras ton prochain comme toi-même" Matthieu 20:37
"Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous aussi pour eux" Matthieu 7:12

Commentez cet article
Publier mon commentaire