Faut-il arrêtez les médicaments ?

Catherine Solano
Catherine Solano
Médecin généraliste

Ses convictions : Chacun doit être encouragé à prendre en charge sa santé physique et mentale car la médecine et les médecins ne peuvent pas tout, loin de là. Et si tout le monde le faisait, les systèmes d’assurance maladie feraient du bénéfice !

Il me semble important de réaliser que les médicaments sont des produits chimiques très actifs, pour nous soigner, certes, mais aussi pour nous causer des effets indésirables nocifs.

Le paracétamol est-il anodin ?
Le médicament le vendu dans le monde est le paracétamol ou acétaminophène. Une molécule que vous retrouvez sous forme de Doliprane, Dafalgan, Effegalgan, Géluprane. Tylenol, Analgine, Perfalgan…
Ce médicament est très facilement consommé car il est en vente libre et réputé sans beaucoup d’effets indésirable.
Pourtant, le paracétamol peut être très toxique pour le foie. En prise unique à dose massive ou à dose répétée, il tue parfois. Il est l’une des principales causes d’intoxication médicamenteuse et de décès liés à des intoxications (1). En Europe (2), l’intoxication au paracétamol représente la première cause d’insuffisance hépatique aiguë. Cela signifie qu’il peut détruire le foie, le seul traitement pour survivre étant alors une greffe de foie.
Une étude parue en 2015 s’intitulait : « Paracétamol, pas aussi sûr que nous le pensions ? (3) » et relevait une augmentation de mortalité de 63 % chez les personnes en prenant de manière régulière à dose relativement élevée (mais autorisée).

L’ibuprofène est-il anodin ?
Du côté de l’ibuprofène, sans doute le deuxième médicament le vendu, sous le nom d’Advil, Antarene, Nureflex, Nurofen, Spedifen, Antarene, Bruffen, Cliptol, Dolgit, Exgix, Expanfen, Gelufene, Ibufetum, Ibupradoll, Iubtabs, Ibutop, Intralgis, Nurofenflash, Pedea, Spifen, Upfen, etc.
Ce médicament est aussi sur la sellette :  il est soupçonné d’être à l’origine de malformations génitales survenant chez l’enfant de sexe masculin encore dans le ventre de sa mère à cause d’un effet hormonal (perturbateur endocrinien) (4). Plus récemment, l’INSERM (5) alerte sur le fait que l’ibuprofène entraîne des anomalies hormonales chez l’homme adulte, et qu’elle a des effets négatifs sur la production d’hormones par les testicules.

De mon point de vue de médecin...
Je suis médecin depuis de 20 ans, et j’avance, je pense qu’il faut prendre le minimum de médicaments. Autrement dit, ne prendre que des médicaments vraiment indispensables pour votre santé. En effet, je parle ici des médicaments les consommés dans le monde. Ils sont du fait de leur fréquence d’utilisation, bien étudiés que d’autres. Pourtant, ces effets indésirables n’ont été mis à jour que très tard par rapport à la mise sur le marché de ces médicaments.

Quand un médicament présente un effet indésirables fréquent très grave ou mortel, il est souvent détecté assez rapidement. Je pense à la thalidomide qui faisait naître les enfants sans bras et sans jambes. Déjà quand on pense au Distilbène qui a entraîné des problèmes immenses chez les enfants dont les mères en avait pris pendant la grossesse, la réaction a été tardive. C’est aussi le cas pour le Médiator(6) ou l’Isoméride, médicaments qui ont beaucoup fait parler d’eux.

Et les autres médicaments ?
En fait, nous n’en savons rien. Si vous prenez quelques comprimés d’un médicament quel qu’il soit, et que dans 20 ans, vous avez une maladie de Parkinson, une DMLA, un infarctus ou un AVC, une maladie d’Alzheimer ou un cancer d’ici ou là, ou une toute autre maladie, personne ne pensera que c’est à cause de ces comprimés. Et pourtant, ce sera peut-être le cas ! Pour démontrer de tels problèmes, il faudrait d’innombrables études qui ne seront jamais faites.

Se soigner si c’est indispensable
Cela me fait penser qu’il ne faut prendre un médicament que si c’est vraiment nécessaire. Personne ne vous engagera à vous faire traiter sans anesthésie chez le dentiste, ou à supporter une maladie grave sans vous faire soigner. Mais en cas de petits maux du quotidien, est-ce bien raisonnable de prendre des risques ? Bien sûr, c’est à chacun de choisir, mais en étant informé de cet état de fait. Nous ne connaissons pas tous les effets indésirables des médicaments, quand bien même certains sont exposés sur les notices de ces médicaments.

Et pour finir sur une note très positive vis à vis des médicaments
On découvre également des effets non recherchés très positifs aux médicaments !
Je pense par exemple à l’aspirine dont on a longtemps ignoré qu’elle fluidifiait le sang, je pense au Viagra qui a démontré agir en cas d’hypertension artérielle pulmonaire, une maladie grave, je pense encore au Baclofène prescrit au départ comme relaxant musculaire et qui agit sur la dépendance à l’alcool.
Les médicaments existants représentent également une énorme source de découvertes pour de nouvelles indications !

Et vous, qu'en pensez-vous ? Prenez-vous le moins possible de médicaments ? Laissez un message ci-dessous pour nous donner votre point de vue...

(1) : M. Ramlawi, C. Marti, F. Sarasin. Intoxication aiguë au paracétamol. Rev Med Suisse 2013 ; 9 : 1478-82
(2) : Insuffisance hépatique aiguë. F. Belafia, B. Jung, S. Jaber, C. Paugam-Burtz. Urgences 2012
(3) : Roberts E, et al. Paracetamol: not as safe as we thought ? A systematic literature review of observational studiesAnn Rheum Dis 2016;75:552–559. doi:10.1136/annrheumdis-2014-206914
(4) : Inserm 2010. Prendre des médicaments contre la douleur pendant la grossesse n’est pas sans risque
(5) : INSERM : Attention à la prise soutenue d’ibuprofène chez l’homme. 08-01-2018.
    David Møbjerg Kristensen and al. Ibuprofen alters human testicular physiology to produce a state of compensated hypogonadism. PNAS. http://www.pnas.org/content/early/2018/01/03/1715035115
(6) :
;

Droit d'auteur: <a href='https://fr.123rf.com/profile_kirillica'>kirillica / 123RF Banque d'images</a>
 


Commentez cet article
Publier mon commentaire
suivez-nous sur

consultez d’abord un médecin ou un professionnel de la santé en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé. En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

La reproduction totale ou partielle des textes, images, extraits vidéo et audio de Ninjagames.info, sur quelque support que ce soit, de même que l’utilisation du nom de Ninjagames.info ou toute allusion à Ninjagames.info à des fins publicitaires sont formellement interdites sous peine de poursuites.


Reproduction et droit d'auteur © 1998-2018 Oxygem - Conditions d'utilisation - Charte de confidentialité