Vitamine D: un apport recommandé à la hausse, mais est-ce suffisant?

Vitamine D: un apport recommandé à  la hausse, mais est-ce suffisant?10 décembre 2010 - L'Institute of Medicine américain (IOM) et Santé Canada ont triplé l'apport recommandé nutritionnel (ANR) en vitamine D : il est passé de 200 UI à 600 UI pour la population de 1 an à 70 ans. Pour les 70 ans et , l'apport a été fixé à 800 UI.

La révision de l'ANR de la vitamine D était très attendue par de nombreux chercheurs qui souhaitaient une hausse substantielle, mais ieurs ont été déçus du conservatisme de l'IOM.

Le rapport de l'IOM

Dans le cas du calcium et de la vitamine D, les premières recommandations uniformisées entre les gouvernements américain et canadien ont été établies en 1997. Devant le débat qui sévissait depuis au sujet de l'effet préventif de la vitamine D contre ieurs maladies, un comité d'experts - l'IOM - a donc été mandaté pour scruter les nouvelles données scientifiques. Voici ses conclusions1.

  • L'IOM a trouvé de nouvelles données solides et convaincantes sur les bienfaits de la vitamine D sur la santé osseuse. Sur cette base, les experts ont pu fixer un apport nutritionnel recommandé en vitamine D, plutôt qu'un apport suffisant2, comme c'était le cas auparavant. Voir les tableaux ci-dessous.
  • L'examen approfondi de l'IOM a toutefois révélé des résultats souvent contradictoires ou non concluants concernant l'effet protecteur de la vitamine D contre le cancer, les troubles cardiovasculaires et le diabète, sur l'immunité, etc. Le comité n'a donc pas tenu compte de ces données pour faire une recommandation de santé publique.
  • Selon des enquêtes effectuées dans les 2 pays, la majorité des Canadiens et des Américains ont un taux sanguin de vitamine D suffisant pour leur assurer une bonne santé osseuse, soit 50 nanomoles par litre (nmol/l). Santé Canada et l'IOM concluent donc que la majorité de la population n'a pas à modifier son apport alimentaire en vitamine D et n'a pas besoin de prendre de suppléments3.
  • En de fixer des ANR, l'IOM établit, pour certaines vitamines et minéraux, un apport maximal tolérable (AMT). L'AMT en vitamine D est passé de 2 000 UI à 4 000 UI par jour, car selon le comité, des essais préliminaires laissent penser que des effets indésirables sont possibles au-delà de cette dose.

Les réactions


Reinhold Vieth

« Je suis content que les apports en vitamine D aient été augmentés, mais c'est loin d'être suffisant, affirme Reinhold Vieth, professeur au Département des sciences de la nutrition de l'Université de Toronto. Un ANR de 600 UI, c'est tout juste assez pour assurer une bonne santé osseuse, mais ce n'est pas assez pour profiter des autres bienfaits de la vitamine D. »

Selon lui, les données concernant la prévention du diabète, du cancer du côlon et du cancer du sein sont les prometteuses. « Mais tous ces travaux ont été rejetés du revers de la main, parce que le niveau de preuve exigé pour fixer un apport recommandé est le même que pour la mise en marché d'un médicament », s'insurge-t-il.

Son avis est partagé par John H. White, professeur aux Départements de physiologie et de médecine de l'Université McGill. « Nous disposons maintenant de preuves substantielles et convaincantes que la vitamine D, en de son utilité pour la santé osseuse, réduit le risque de ieurs cancers, contribue à la santé cardiovasculaire et stimule la réponse immunitaire en cas de maladie infectieuse », affirme ce membre du panel scientifique de Vitamin D*action4, dans le site internet de ce regroupement5.

Le professeur Vieth, tout comme ieurs autres membres de Vitamin D*action, ne sont pas du tout d'accord avec le taux sanguin de vitamine D jugé adéquat par l'IOM. « Si un taux de 50 nmol/l est suffisant, pourquoi les comités d'éthique exigent-ils 75 nmol/l pour les participants à une étude sur le traitement de l'ostéoporose? Cette contradiction n'a aucun sens! », s'exclame-t-il.

Aliments ou suppléments?

En conférence de presse, la présidente du comité de l'IOM a précisé que, pour la plupart des Canadiens et des Américains, l'alimentation est suffisante pour atteindre les apports recommandés en vitamine D. « C'est faux! », répond Reynold Vieth. « Là encore, les autorités se contredisent. Par exemple, le Guide alimentaire canadien, qui date de 2007 et qui est basé sur un apport de 400 UI par jour, recommande aux adultes de de 50 ans de prendre un supplément de 400 UI de vitamine D. Il n'y a donc aucune logique à dire que nous pouvons obtenir 600 UI par jour dans nos aliments. »

Un avis partagé par Edward Giovannucci, professeur de nutrition et d'épidémiologie à l'École de santé publique de l'Université Harvard. « Bien qu'on ne dispose pas de preuve hors de tout doute, prendre chaque jour de 1 000 à 2 000 UI de vitamine D sous forme de supplément me semble justifié », affirme-t-il dans le site Vitamin D*action5.

Même si l'apport maximal tolérable a été doublé, le professeur Vieth le remet en question. « C'est deux poids deux mesures, souligne-t-il. Il faut une preuve béton pour dire que la vitamine D peut contribuer à prévenir le diabète, mais pour affirmer qu'elle peut être dangereuse à partir de 4 000 UI, on se contente de données très peu appuyées. On sait que le corps peut en fabriquer jusqu'à 10 000 UI lorsqu'il est exposé au soleil. Il serait logique de considérer que ce que le corps fabrique lui-même est sécuritaire. »

Cela dit, il reconnaît que la vitamine D, comme toute molécule ayant un effet sur la santé humaine, peut causer des effets indésirables si elle est prise en excès.

Des recommandations

La Société canadienne du cancer maintient sa recommandation, établie en 2007, de prendre 1 000 UI de vitamine D par jour sous forme de supplément en automne et en hiver :« Notre message demeure le même. Prendre 1 000 UI de vitamine D par jour sous forme de supplément fait partie des stratégies de prévention du cancer. Bien que les études actuelles ne permettent pas de conclure de façon définitive, le rapport bénéfice/sécurité de la vitamine D est très bon », soutient le porte-parole, André Beaulieu.

De son côté, le pharmacien Jean-Yves Dionne, expert en produits de santé naturels, juge les nouveaux apports beaucoup trop faibles et affirme dans son blogue6 qu'il continuera à prendre « 4 000 UI par jour de vitamine D (au moins 8 mois par année) jusqu'à preuve du contraire ».

Apport recommandé en vitamine D depuis décembre 2010

ge

Quantité

AMT

de 0 à 12 mois

400 UI

2000 UI

de 1 an à 70 ans

600 UI

4000 UI

de 70 ans

800 UI

4000 UI

Apport suffisant* en vitamine D avant décembre 2010

ge

Quantité

AMT**

de 0 à 50 ans

200 UI

1000 UI

de 51 à 70 ans

400 UI

2000 UI

de 70 ans

600 UI

2000 UI

*En l'absence de données scientifiques suffisantes, l'IOM avait fixé, en 1997, non pas un apport nutritionnel recommandé (ANR), mais un apport suffisant (AS). L'apport suffisant est un apport quotidien moyen recommandé qui repose sur les apports moyens chez les Nord-américains en bonne santé.

**Apport maximal tolérable (AMT). Quantité maximale d'un nutriment que la majeure partie de la population peut ingérer de manière continue sans risquer d'effets indésirables pour la santé.

Réagissez à cette nouvelle dans notre blogue

 

Françoise Ruby- Ninjagames.info

1. Institute of Medicine. Dietary Reference Intakes for Calcium and Vitamin D. Report Brief - November 2010. www.iom.edu [Consulté le 30 novembre 2010]
2. Conférence de presse de l'IOM au sujet des apports recommandés en vitamine D et en calcium, tenue le 30 novembre 2010. www.visualwebcaster.com
2. En l'absence de données scientifiques suffisantes, l'IOM fixe, non pas un apport nutritionnel recommandé (ANR), mais un apport suffisant (AS). L'AS est un apport quotidien moyen recommandé qui repose sur les apports moyens chez les Nord-américains en bonne santé.
3. Santé Canada. Aliments et nutrition. La vitamine D et le calcium : Révision des apports nutritionnels de référence. www.hc-sc.gc.ca . [Consulté le 1er décembre 2010]
4. Vitamin D*action est un regroupement de 41 scientifiques et d'institutions qui recommandent de faire mesurer son taux de vitamine D afin de détecter une possible déficience en vitamine D, une situation qui serait généralisée au Canada et au États-Unis selon eux.
5. Vitamin D*action. Quotes on the State of Vitamin D Science, Reference to IOM Report from the D*action Panel of Vitamin D Scientists/Researchers. www.grassrootshealth.net [Consulté le 9 décembre 2010]
6. Dionne, Jean-Yves, [Consulté le 1er décembre 2010]

Cette nouvelle fait partie de nos archives.
Il se peut que son contenu ne soit pas à jour. Ninjagames.info archive les nouvelles 12 mois après leur parution. Pour être sûr d'avoir l'information la à jour sur ce sujet, interrogez notre moteur de recherche. ×