Quels sont les médicaments qu’il vaut mieux éviter ?

Quels sont les médicaments qu’il vaut mieux éviter ?

Le 29 janvier 2018.

Selon nos confrères de la revue indépendante Prescrire, certains médicaments seraient parfaitement inutiles, voire dangereux pour la santé. Explications.

Des risques disproportionnés par rapport aux bénéfices

Alors que l’automédication est très à la mode, il est important de savoir que certains traitements peuvent être dangereux pour la santé. Selon le bilan « des médicaments à écarter pour mieux soigner » de la revue Prescrire, 79 médicaments commercialisés en France devraient être évités, dans la mesure du possible. Pour mener à bien leurs travaux, les auteurs de cette étude ont analysé des centaines de médicaments et leurs effets de 2010 à 2017.

Selon eux, un médicament doit être écarté quand il expose à des risques disproportionnés par rapport aux bénéfices qu’il apporte, quand il est ancien, que son utilisation est dépassée, que d’autres médicaments récents ont une balance bénéfices-risques favorable et quand il est récent et que sa la balance bénéfices-risques est moins favorable que celle de médicaments anciens.

Des médicaments potentiellement dangereux

La revue Prescrire pointe du doigt également « les médicaments dont l’efficacité n’est pas prouvée au-delà d’un effet placebo, et qui exposent à des effets indésirables particulièrement graves ». Sur de médicaments, on trouve des traitements contre certains cancers, d’autres qu’on utilise en cardiologie, pour les patients qui ont du diabète ou en dermatologie. On trouve également des anti-nauséeux et des décongestionnants.

Très récemment on apprenait que l'Agence nationale de sécurité du médicament avait justement interdit de publicité une dizaine de médicaments contre le rhume en vente libre. En cause : « des cas rares mais graves d’effets indésirables cardiovasculaires (hypertension artérielle, angine de poitrine) ou neurologiques (convulsions, troubles du comportement et accident vasculaire cérébral) ». Pour d’informations, demandez conseil à votre pharmacien. 

Marine Rondot

Lire aussi : Les plantes peuvent-elles remplacer les médicaments ?