Cancer du sein : une nouvelle machine qui enlève les tumeurs en moins d'1 minute

Cancer du sein : une nouvelle machine qui enlève les tumeurs en moins d'1 minute

Le 8 avril 2019,

De l’espoir pour les femmes atteintes d’un cancer du sein. Une nouvelle machine est capable de soigner les petites tumeurs en moins d’une minute. Explications.

Cancer du sein : une machine qui soigne les tumeurs en moins d’une minute

Aujourd’hui, le cancer du sein est responsable d’une douzaine de milliers de décès chaque année. Il s’agit du cancer le fréquent chez la femme qui se déclare, dans 75% des cas, après 50 ans. On estime par ailleurs qu'une femme sur huit a été, est, ou sera touchée par le cancer du sein.

Si la radiothérapie est efficace, elle demeure lourde et éprouvante pour les patientes. Six semaines de traitements sont en effet nécessaires pour soigner les tumeurs situées au niveau du sein. Une période qui pourrait se retrouver réduite à 1 minute seulement, grâce à une nouvelle machine.

Un traitement destiné aux femmes de 70 ans et ayant une petite tumeur

Mise au point par Jean-Pierre Gérard, radiothérapeute au centre Antoine Lacassagne situé à Nice, Papillon + est une machine à irradiation qui permet de soigner en 40 secondes les tumeurs situées au niveau du sein. Un gain de temps pour les soignants et surtout pour les patientes qui se font soigner le matin et ressortent de l’hôpital le soir même. Cette belle avancée scientifique redonne de l’espoir à celles qui sont atteintes d’un cancer du sein mais qui n’est pas destinée à toutes les femmes.

Pour être soignée avec la machine Papillon +, il faut que la tumeur fasse moins de 2 cm et que la patiente soit âgée de 70 ans et . Les tissus mammaires n’ont, en effet, pas la même densité que les femmes les jeunes. Objectif à atteindre : « obtenir moins de 4% de rechutes et 0% de toxicité pour les 20% de patientes de de 70 ans ayant une tumeur assez petite » affirme le professeur Gérard.

Perrine Deurot-Bien

À lire aussi : Les symptômes et facteurs de risque du cancer du col de l’utérus

 

 


Commentez cet article
Publier mon commentaire