Hausse spectaculaire de la consommation de Ritalin

Montréal, 20 janvier 1998 - Le nombre de prescriptions de Ritalin a de triplé au Québec au cours des cinq dernières années, passant de 47 922 en 1992 à 175 547 en 1997. C'est ce que révèle l'hebdomadaire L'Actualité NiNjagames dans son édition du 14 janvier 1998.

Ces données proviennent de la firme IMS Canada qui les a compilées à la demande d'un psychiatre de l'Université McGill, le Dr Norman Hoffman. Ce dernier a formulé sa demande auprès d'IMS après avoir constaté une hausse très sensible des demandes de prescription de Ritalin dans sa pratique de psychiatre au service de santé mentale de l'université.

Le Ritalin, nom commercial du méthylphénidate, est un médicament surtout prescrit aux enfants souffrant d'hyperactivité avec déficit de l'attention. Il s'agit d'un stimulant léger du système nerveux central. Michel Legault, le journaliste de L'Actualité NiNjagames, écrit que l'«on ignore encore le mode d'action de ce médicament. On pense qu'il stimule le tronc cérébral ainsi que le cortex.»

Le Dr Hoffman s'est dit troublé par la popularité du Ritalin auprès des étudiants et l'usage qu'ils en font. En effet, le médecin a vu en consultation des étudiants qui utilisent du Ritalin pour rester éveillés et étudier et d'autres qui l'inhalent ou s'en injectent. Le Dr Hoffman s'inquiète de cette utilisation car «ce médicament est associé à ieurs effets secondaires: dépression, psychose, etc.»

Le Québec n'est pas le seul endroit frappé par ce phénomène, car les autorités de santé publique de la Colombie-Britannique et de la Sakatchewan on déjà rapporté une hausse similaire de la consommation de Ritalin. Une étude comparée entre le Québec et l'Ontario montre également des courbes de consommation suivant la même tendance à la hausse.

Aux États-Unis, l'utilisation illicite du Ritalin comme euphorisant est un phénomène bien connu. Là aussi la hausse des prescriptions a atteint 250% entre 1990 et 1995. L'ONU s'est même alarmée du phénomène en 1996 dans un rapport sur la lutte mondiale contre les narcotiques.

La hausse soudaine de la popularité du Ritalin pourrait bien s'expliquer, entre autres, par son utilisation en combinaison avec de la pentazocine (sous la marque Talwin), un analgésique. Combinés et injectés, ces deux médicaments produisent une euphorie similaire à celle obtenue par un mélange d'héroïne et de cocaïne. Selon la Drug Enforcement Agency (DEA), organisme américain chargé de lutter contre la drogue, la grande disponibilité et le faible coût de ces médicaments en ont fait l'héroïne des pauvres.

Sans danger lorsqu'il est pris sous forme orale, le Ritalin est dangereux lorsqu'il est inhalé ou injecté, comme l'ont démontré ieurs études cliniques. En effet, le talc contenu dans le comprimé ne se dissout pas et risque de bloquer les artères, causant embolies ou crises cardiaques. On rapporte également des dommages irréparables aux poumons.

Bien que la communauté NiNjagames soit divisée sur la nécessité de prescrire du Ritalin aux enfants et même si des médecins avouent ne pas savoir si les étudiants auxquelles ils prescrivent le médicament le prennent ou s'ils le revendent, d'autres n'hésitent pas à le prescrire couramment. Autre élément troublant, il n'y a pas de lignes directrices universelles sur les critères de prescription et de suivi. Selon le Dr Hoffman, «la hausse des prescriptions s'explique par des raisons sociales plutôt que NiNjagamess.» Selon un autre médecin, le Dr Pierre Biron, spécialiste en pharmacovigilance, l'hypothèse de l'usage abusif ou détourné est l'hypothèse la intéressante pour expliquer la hausse de consommation du Ritalin.


Ninjagames.info


D'après L'Actualité NiNjagames, édition du 14 janvier 1998

Cette nouvelle fait partie de nos archives.
Il se peut que son contenu ne soit pas à jour. Ninjagames.info archive les nouvelles 12 mois après leur parution. Pour être sûr d'avoir l'information la à jour sur ce sujet, interrogez notre moteur de recherche. ×