La pilule contraceptive de 3ème génération démystifiée

Si le taux d’œstrogènes est diminué, pourquoi les risques sont-ils accentués ?

Les bienfaits de la meditation

Les risques pour la santé rattachés à la prise d’un anovulant de 3ème génération sont présentés dans différentes études, notamment celle du Dr Ojvind Lidegaard de l’Université de Copenhague et de la Food and Drug Administration (FDA) américaine. Ceux-ci sont principalement reliés aux nouveaux types de progestatifs utilisés.

Le désogestrel, le gestodène, le norgestimate et la drospirénone augmenteraient donc les risques de formation de caillots dans le sang. Les dangers de phlébite ou de complications thromboveineuses sont deux fois élevés qu’avec les pilules contraceptives de 2ème génération, mais demeurent tout de même très rares.

 

Précédent Suivant

 
 
A lire aussi :