Le cancer du col de l'utérus: le dépistage demeure essentiel

Le cancer du col de l'utérus: le dépistage demeure essentiel


 

Qu'est-ce que le test de Pap?

Aussi appelé « frottis vaginal », le test de Pap est effectué dans le cadre d'un examen gynécologique. À l'aide d'un coton-tige, d'une petite brosse ou d'un autre instrument, le médecin prélève un échantillon de cellules du col utérin.

L'échantillon est placé sur une lame de verre et est analysé en laboratoire afin d'y détecter la présence de cellules anormales le cas échéant.

Celles-ci peuvent indiquer qu'un cancer du col utérin pourrait apparaître tard. Lorsqu'on les décèle tôt, ces cellules anormales peuvent être traitées efficacement avant qu'elles se transforment en cancer.

On estime que jusqu'à 9 % des résultats des examens sont anormaux ou insuffisants et nécessitent de refaire le test de Pap ou de faire un test supplémentaire.

Test de Pap, version moderne

Il existe une variante « moderne » du test de Pap, appelée « Pap en milieu liquide » ou « cytologie en milieu liquide ».

Ce test permet de repérer efficacement la présence de cellules anormales ou du virus et de détecter les souches responsables de l'infection.

Depuis peu, Santé Canada a approuvé un test qui consiste à analyser l'ADN du VPH. On l'effectue seulement si le résultat du test de Pap s'avère anormal. À l'heure actuelle, il n'est pas offert partout au Canada.

 

Martin LaSalle - Ninjagames.info
Le 7 avril 2008

 

Références

1. Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, Le virus du papillome humain : la répandue des infections transmissibles sexuellement, décembre 2006. La brochure est accessible à l'adresse suivante : www.sexualityandu.ca/adultess [consulté le 7 avril 2008].
2. Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ), Prévention par la vaccination des maladies attribuables aux virus du papillome humain au Québec - Sommaire et recommandations et synthèse des connaissances, Institut national de santé publique, octobre 2007, p.48. Le document est accessible à l'adresse www.inspq.qc.ca [consulté le 7 avril 2008].
3. Mercier J, Mentez pour obtenir un Pap test, Le Droit, 19 février 2008. L'article est accessible à l'adresse www.cyberpresse.ca [consulté le 7 avril 2008].
4. Akom E, et al, L'infection au virus du papillome humain (VPH), Recension des écrits et consultation d'experts dans une perspective de santé publique, Institut national de santé publique du Québec, 2003, p. 49. Le document est accessible à l'adresse suivante : www.inspq.qc.ca [consulté le 7 avril 2008].